mercredi 11 septembre 2019

Israël : l'Arabie est un tigre de papier

En évoquant les opérations au drone et au missile de l’armée yéménite contre les positions de l’Arabie saoudite, le centre de recherches de la sécurité intérieure israélienne a affirmé que les Houthis ont montré que l’Arabie saoudite était un tigre de papier.

 « Les Houthis ont prouvé que l'Arabie saoudite est un tigre de papier et c'est la raison de la confusion du prince héritier Mohammed Ben Salman », a rapporté le centre de recherche de la sécurité intérieure israélienne.
« La poursuite des attaques à la roquette et au drone lancées par les combattants d’Ansarallah et les forces de l’armée yéménite est un signe de la multiplication des dangers qui menacent la sécurité et la stabilité saoudiennes » lit-on dans le rapport de ce Centre.
Les leviers de pressions manquent à l’Arabie saoudite face à Ansarallah. Elle tente donc de « sauter les marches et il se pourrait qu’elle se montre flexible à un début de dialogue avec les Houthis », est-il écrit dans le rapport du centre de recherches de la sécurité intérieure israélienne.
Le centre de recherches de la sécurité intérieure israélienne s'est déclaré préoccupé par les différends entre les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite sur le Yémen, ajoutant qu'ils pourraient mettre en péril les intérêts israéliens.
Le message d'Ansarallah aux Emirats
En réponse aux attaques répétées de la coalition saoudienne, l'armée yéménite et les combattants d’Ansarallah ont tiré des missiles et mené des attaques au drone contre des cibles à l’intérieur de l’Arabie saoudite, affirmant que la situation resterait la même tant que les attaques contre le Yémen se poursuivraient.
L'invasion de la coalition saoudienne sur le Yémen a commencé en mars 2015 et elle se poursuit encore sous le prétexte de ramener au pouvoir Abd Rabbo Mansour Hadi, le président démissionnaire et en fuite du pays.
Selon les dernières estimations officielles au Yémen, plus de 50.000 personnes dont beaucoup de femmes et d'enfants ont été déjà tuées ou blessées.
Le sud d'Israël connaîtra-t-il le même sort que le sud saoudien?
Cinq roquettes tirées par la Résistance palestinienne ont suffi pour prouver aux colons israéliens que le bluffeur Premier ministre sioniste est loin d'être l'imbattable soldat qu'il veut apparaître. Alors qu'il menait campagne électorale devant un rassemblement de colons à Ashdod, des sirènes d'alerte l'ont poussé à couper son discours et à fuir les lieux pour se mettre à l'abri. Signe de mauvaise augure pour un Netanyahou qui vient de perdre l'un de ses plus grands soutiens en la personne de John Bolton, conseiller pour la sécurité US. Pour le reste, il s'agit d'un nouveau coup dur apporté au service de renseignement israélien, puisque les combattants palestiniens savaient l'heure, le lieu exact du meeting de Netanyahou. 
Il serait difficile désormais pour lui de justifier son discours guerrier. Pire, un équilibre de la terreur qu'il a cru pouvoir inversé le 25 août en s'attaquant au sud de Damas, puis au sud de Beyrouth, revient de force et tourne nettement au désavantage du régime israélien. En évoquant Gaza, l'ex-chef de Shin Beth, Avi Dichter, prônait il y a deux jours une longue guerre de deux ans contre Gaza pour y "réduire en cendres les infrastructures et les stocks d'armes et de munitions du Jihad islamique et du Hamas" pour qu'Israël ne devienne pas comme "l'Arabie saoudite exposée aux tirs de missiles et aux attaques au drone quotidiennes" qu'effectue Ansarallah. Mais c'est déjà beaucoup trop tard. 
Netanyahou évacué d'une salle de conférence lors d'un meeting électoral pour cause de tir de missiles palestinien, 10 septembre 2019. ©DEBKAfile
Après le triple tir de Kornet le 1er septembre du Hezbollah contre une cible militaire à Avivim, la série "noire" se poursuit : le 7 septembre, un drone palestinien a pénétré dans le ciel des territoires occupés avant de prendre pour cible de sa charge explosive un blindé humwee israélien et de gagner sain et sauf sa base. Le 10 septembre, la Résistance palestinienne a capturé un drone de reconnaissance sioniste non loin des frontières égyptiennes à Rafah et ce, à peine quelques heures après que le Hezbollah a capturé un drone israélien pour la première fois dans le ciel libanais. Ces rapides évolutions se déroulent évidemment sur fond de tir quotidien de missiles et de roquettes en direction des colonies du sud et ceux d'hier soir en ont marqué l'apogée. Le régime israélien commence à comprendre que désormais toute attaque de sa part sera immédiatement riposté et ce, que ce soit à Gaza et au Liban ou encore en Syrie. Ce message de la Résistance palestinienne a du évidemment le transmettre à la délégation égyptienne que Netanyahou a envoyée dimanche à Gaza. 
Ce changement de stratégie de la Résistance s'est pour le reste bien fait ressentir mardi au soir quand le Premier ministre sioniste a été poussé à Ashdod, lors d'un meeting électoral, à évacuer avec l'empressement les lieux tandis que son rival, et candidat de l'opposition, Gaby Ashkenazi, cherchait de se mettre lui aussi, à l'abri à Ashkelon toujours pour le même motif, à savoir la crainte des missiles de la Résistance. Toute la nuit, les colons des deux colonies se demandaient du fond de leur trou à quand le prochain tir de missiles. Ce mercredi matin, les chasseurs israéliens ont évidemment décollé de leur base pour aller frapper des sites de la Résistance à Deir el-Balah au centre, et ce, à quatre reprises mais des sites dépeuplés, histoire de ne pas perdre la face. Car tout sang palestinien versé aura désormais un prix à payer pour Israël. 
Source : Presstv
 


3 commentaires:

  1. unissez vous et cet etat voyou ,fantome de rotschild sera aneanti er rase de la carte vous pouvez et devrez le faire trump ne pourra rien faire de plus

    RépondreSupprimer
  2. Bo bi ne peut +faire le fricotin, leur suprématie ébranlée suit E aux tirs missiles, dur pour 17 09 2019 , knesset sans lui et amour Pistaches Sicilia

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.