vendredi 20 septembre 2019

Attaque contre les raffineries d'Arabie: un "faux drapeau" de l'OTAN ??


Un nouveau rapport du ministère russe de la Défense (MoD) classé au plus haut niveau d’importance circulant aujourd'hui au Kremlin parait expliquer pourquoi le président Donald Trump a stoppé d’accuser l'Iran d'avoir attaqué en Arabie saoudite  le plus grand complexe de raffinerie de pétrole. Les Saoudiens eux-mêmes réclament maintenant une enquête des Nations Unies sur cet incident, et déclarent que l'épave du missile affichée hier par les Saoudiens prouve hors de tout doute qu'il s'agissait d'une attaque sous "faux drapeau"  - comme en témoigne le fait que cette épave de missile provenait d'armes perfectionnées fabriquées pour les forces militaires de l'OTAN.

De plus, l’un des moteurs de missiles de croisière trouvés ayant été fabriqué par la République tchèque, membre de l'OTAN, ayant un boîtier de missile de croisière endommagé clairement identifié par un Numéro d'armes de l'OTAN du MC 79050 conforme au système (JETDS)  (Joint Electronics Type Designation System) d'identifier ces armes —Avec la lettre “M”  désignant celui-ci comme arme mobile (tirée d'un avion de guerre) et la lettre “C” le désignant comme un dispositif de brouillage électronique faisant ainsi de ce missile de croisière l’un des nombreux produits par le missile avancé hyperfréquence à haute puissance de Counter-Electronics Projet (CHAMP).
Le ministère de la Défense saoudien expose l'épave d'un missile après l'attaque du 14 septembre 2019
L’épave comprend un moteur de fusée produit en République tchèque (à gauche et à comparer à un nouveau à droite)… …
Ainsi que le numéro d’identification de l’OTAN clairement indiqué pour les missiles de croisière à brouillage électronique (l’Iran ne marque pas leurs missiles de lettres en anglais)…

 Tout cela fait que les Saoudiens ont déterminé qu'ils avaient été lancées de la région frontalière entre l'Irak et le Koweït. 
Selon les parties de ce rapport hautement classifié qui ont pu être révélées,  l'état d'esprit de l'OTAN après l'utilisation de leurs armes pour mettre clairement en scène cette attaque sous «faux drapeau» contre l'Arabie saoudite leur montre que leur système global est détraqué. Le meilleur exemple de ce constat est leur déclaration que «les événements récents  dans le golfe Persique et dans la mer d'Asimov  ont démontré le besoin de puissance navale pour que les forces de l’OTAN puissent trouver et détruire des mines »- mais qui n'a pas réussi à expliquer exactement pourquoi la «mer d'Asimov» a besoin de protection, ou même dire où c’était— faits critiques négligés par l’OTAN, en particulier parce que cette mer n'existe pas sur notre Terre.
Bien que l’OTAN elle-même s’empresse apparemment de protéger la "Mer d'Asimov", où qu’elle soit dans la galaxie, le commandant des chefs d'état-major américains, le général Joseph Dunford a répondu beaucoup plus sobrement à cette attaque en admettant que la supériorité militaire de l'OTAN sur la Russie s'est érodée. Cette  érosion en pleine confirmation due au Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré plus tôt aujourd'hui que la Russie et la Chine  ont d'énormes perspectives de coopération ... et il est vital de noter que les plus de 88 systèmes Patriot déployé en Arabie Saoudite par les États-Unis au-delà croyance n'a pas réussi à repousser cette attaque sur leurs installations pétrolières.
Avec plus de 88 systèmes de défense antimissile Patriot et leurs milliers de missiles déployés en Arabie saoudite, et leur l'échec à détecter ou tirer sur un seul de ces croisières missiles attaquants l’Arabie, ce rapport conclut, démontre un catastrophique échec de la défense américaine. Cela  est amplifié  dans la stratosphère de l'incrédulité parce que ces missiles ont survolé le Koweït qui est protégé par des centaines de des systèmes de défense antimissile très avancés qui incluent des batteries Patriot, des missiles de défense aérienne Spada 2000, des missiles de défense aérienne MIM-23 Hawk, et le système de défense aérienne Sky Shield, dont aucun n'a détecté  ou tiré sur ces missiles de croisière qui passaient tranquillement par le Koweït, en direction de l'Arabie saoudite pour entrer dans la zone de protection de l’AN / TPS-59 par le système radar à longue portée de Bahreïn, couplé à ses batteries de missiles Patriotaucun d'entre eux n'a détecté ou tiré sur ces missiles de croisière ...
Ces missiles de croisière en direction de l'Arabie saoudite  sont aussi entrés dans la champ de détection et de tir des défenses aériennes protégeant les deux bases militaires américaines à Bahreïn - aucun d'entre eux n'a détecté ou tiré sur ces missiles de croisière ... et quand ces missiles de croisière sont entrés en Arabie Saoudite même, a vu tous leurs batteries de missiles échouer lamentablement : les Patriot, la défense aérienne Oerlikon Skyguard système de défense antimissile MIM-23 Hawk, et leur longue portée Les systèmes de radar AN / FPS-117 et AN / TPS-43 sont tous en panne - aucun d'entre eux n'a détecté ou tiré sur ces missiles de croisière ... tout ce qui combine à la conclusion logique que les systèmes de défense aérienne les plus avancés des États-Unis et de l’OTAN ne valent rien - un concept terrifiant à considérer comme l'Iran a rassemblé la plus grande force de missiles balistiques du Moyen-Orient - ce qui signifie donc, en environ 30 minutes, l’Iran peut détruire tout le monde qu’il veut - mais qui, en fait, est un scénario de conte de fées pour enfant comme tous ces systèmes de défense aérienne de l'Ouest sont parmi les plus avancé et puissant dans le monde - laissant ainsi la seule question pourquoi le soir du 14 septembre 2019, lorsque l'Arabie Saoudite a été attaquée, CHACUN D'EUX A ÉCHOUÉ - et devrait être répondu beaucoup plus tôt que plus tard, comme l'Iran a "Juste menacé de la guerre totale" s'ils sont attaqués - et promis plus loin «Nous ne clignerons pas des yeux».
Source :  What Does it Mean
---------------------------------------------------------------------------------
Depuis le samedi 14 septembre, Washington mène le royaume saoudien en bateau : jurant qu'il est un «fiable et puissant allié» prêt à venger l'attaque d'Ansarallah contre Aramco, son président demande sans vergogne à l'Arabie de "cracher au bassinet" en achetant plus d'armes, telles que ces Patriot inefficaces. La vache à lait saoudienne est toujours bonne à traire, tout en jouant son rôle d'ennemi numéro UN des arabo-musulmans.
D'autre part, l'envolée du prix du pétrole profite essentiellement aux producteurs américains qui étaient dans la mouise . 
Bref, la destruction des capacités pétrolières de l'Arabie profite aux soutiens de Trump : les producteurs d'armes et les oligarques du pétrole américains.
Riyad pourrait-il y croire? Dans son discours du 20 septembre, le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a vivement conseillé à l'Arabie saoudite de sortir de cet humiliant rôle dans lequel l'Amérique de Trump l'a confiné à savoir «vache à lait» et à voir ne serait ce qu'une fois la réalité en face : la guerre au Yémen est un projet US/Israël destiné à provoquer l'effondrement du royaume saoudien, voire son démembrement. L'attaque sous faux drapeau ci-dessus en serait une des nombreuses phases.
Washington se joue de Riyad et s'en fiche totalement de ce qui pourrait lui arriver tant que l'argent saoudien continue à financer les folies de grandeurs US. C'est ainsi que la promesse d'aide et de soutien militaire face au «diable iranien» s'est ainsi transformée, après 5 jours de matraquage médiatique, à l'envoi des «soldats américains en Arabie saoudite». L'envoie de soldat mais aussi la vente de davantage de batteries de missiles Patriot dont la défaillance face aux attaques au drone, a poussé Riyad à aller frapper à la porte des Sud-coréens.  
Dans la foulée, le secrétaire à la Défense américain a annoncé, lors d’un point de presse, vendredi 20 septembre au soir, que son pays apporterait «plus d’aides militaires» à l’Arabie saoudite, en soulignant que «Nous défendons nos intérêts dans la région et la Communauté mondiale doit soutenir l’économie mondiale.»
Pas un mot d'un éventuel conflit militaire à venir, ni de ce plan évoqué vendredi par Trump qui assurait Riyad des capacités des États-Unis à «frapper 15 sites pétroliers iraniens» en l'espace de quelques heures!
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. trump a fait pipi dans sa culotte hi hi hi son ami satanique nitaniahou aussi hi hi hi .le bien gagne sur le mal, doucement mais surement.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.