jeudi 12 septembre 2019

Poutine offre à Erdogan une glace et des jets de 5ème Génération


Malgré d’éventuelles divergences entre la Turquie et la Russie au sujet d’Idlib – divergences qui résultent de leurs manières quelque peu différentes de traiter le dernier grand bastion du Djihad en Syrie – le fait que les deux pays continuent à s’engager diplomatiquement et à élargir la portée de la coopération diplomatique et militaire montre combien leurs relations bilatérales sont importantes et combien ils souhaitent étendre et approfondir encore leurs liens. Pour l’Occident, et en particulier pour l’OTAN, cette relation croissante et la résilience dont elle continue de faire preuve est un signe alarmant.

 
Erdogan se transforme progressivement en un « homme de Poutine » au sein de l’OTAN, ce qui en fait un échec potentiel auquel l’organisation pourrait être incapable de faire face en mettant simplement fin à l’adhésion de la Turquie à l’OTAN en raison de ses contraintes structurelles. Tout ce que l’Occident/OTAN peut essayer de faire, c’est de ne pas aliéner davantage la Turquie. Cependant, c’est exactement le contraire qui se produit, créant de plus en plus d’espace pour que Poutine puisse offrir de la crème glacée et des jets de 5ème génération à la Turquie pour s’assurer que la Turquie reste du côté russe dans l’échiquier géopolitique du Moyen Orient.
La récente visite d’Erdogan en Russie a été, dans ce contexte, un événement majeur en ce sens qu’elle s’est déroulée pendant l’offensive syro-russe combinée en cours à Idlib. La politique douce de Poutine d’offrir de la crème glacée Erdogan et la politique dure de montrer et d’offrir des jets russes de 5ème génération, c’est-à-dire les Su-35 et Su-57, qui sont la réponse de la Russie aux avions F-35 US/OTAN, n’ont pas manqué de retenir l’attention de l’Occident. Cette visite, qui intervient juste après la livraison du système de défense antimissile S-400 à la Turquie, a également montré que la coopération militaire entre la deuxième puissance militaire de l’OTAN et la Russie commençait à peine à se développer et qu’il n’y avait aucune fin en vue malgré les différences tactiques existant entre les pays sur Idlib.
Ce qui est assez significatif, c’est que c’est cette coopération qui a mis les relations de la Turquie avec les États-Unis et l’OTAN sur une corde raide en premier lieu. Tout cela s’est déroulé dans le contexte de l’offre faite par Washington aux Turcs de jouer un rôle dans la fabrication d’un grand nombre de composants du F-35, dont des pièces du fuselage. Et même si elle aurait pu récolter des milliards de dollars à l’exportation et acquérir un savoir-faire technologique essentiel dans l’industrie de l’armement, ce qui aurait été un atout majeur pour sa propre industrie de défense, elle a choisi une autre voie, principalement en raison de son insistance pour acquérir des systèmes de défense antimissile S-400.
Washington a donc choisi d’exclure la Turquie du programme F-35, ce qui a donné à la Russie une nouvelle occasion d’offrir à la Turquie ses propres avions de combat de 5ème génération. En ce qui concerne la Turquie, elle a envoyé un message clair aux États-Unis : le F-35 pourrait être remplacé par le Su-57 tout comme le système Patriot a été remplacé par le S-400. Ankara prévoyait d’acheter une centaine de F-35 et faisait partie du programme multinational de développement des chasseurs depuis sa création il y a plus de 25 ans.
Le message s’inscrivait dans le contexte d’une position américaine inchangée à l’égard de l’achat par la Turquie d’un système de missiles russes S-400. Le 29 août 2019, le Secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a déclaré lors d’une conférence de presse que tant que la Turquie continuerait d’insister pour acheter des S-400, elle ne serait pas autorisée à revenir au programme F-35. Pour citer Esper :
« J’ai été très clair dans mes commentaires publics et en privé avec mon homologue turc : c’est soit le F-35 soit le S-400. Ce n’est pas les deux. Ce n’est pas en ranger un dans le garage, et en sortir l’autre. C’est l’un ou l’autre, a déclaré Esper. Nous en sommes donc là où nous en sommes et c’est regrettable. Comme je l’ai dit, la Turquie est un partenaire et un allié de longue date, et j’espère qu’elle reviendra dans notre direction et qu’elle respectera réellement ce que l’OTAN a accepté il y a de nombreuses années, à savoir commencer à se départir du matériel russe de l’ère soviétique » , a-t-il ajouté.
le système de défense antimissile S-400
Mais la Turquie a clairement indiqué qu’alors qu’elle se considère toujours comme faisant partie du programme F-35, elle chercherait des alternatives, y compris en Russie, si les États-Unis et l’OTAN bloquaient la vente des F-35, a déclaré Mevlüt Çavuşoğlu, Ministre des Affaires Étrangères.
Et l’offre russe de coopération en matière de défense ne s’arrête pas à une offre de Su-35 et Su-57. Face à l’appétit croissant de la Turquie pour l’éloignement de l’Occident, la Russie a également proposé à la Turquie de l’aider à construire son premier avion de combat national TF-X. Fait significatif, cette offre particulière a une dimension géopolitique dans la mesure où la Turquie a l’intention d’utiliser TF-X comme remplacement potentiel de ses avions de combat F-16 de fabrication étatsunienne. Une fois de plus, l’offre russe de coopération pour la construction de TF-X arrive à un moment où le motoriste britannique Rolls Royce a annoncé en mars qu’il avait réduit le projet de développement du moteur de TF-X en raison de la décision de la Turquie de s’allier à la Russie.
Dans ce contexte, il apparaît clairement que la profondeur, le renforcement et la résilience des relations bilatérales entre la Russie et la Turquie sont largement dus à l’incapacité des États-Unis et de l’OTAN à laisser la Turquie poursuivre sa politique étrangère de manière indépendante. La résolution des États-Unis et de l’OTAN de faire pression sur la Turquie pour qu’elle mette littéralement fin à ses relations avec la Russie afin de pouvoir accéder à la technologie occidentale est un chantage qui continue de pousser la Turquie plus loin de l’Ouest vers l’Est, obligeant Erdogan à développer son propre goût des choses russes, notamment la glace et la technologie militaire la plus avancée.
par Salman Rafi Sheikh.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.