mardi 4 février 2020

Afghanistan : qui a abattu le super avion électronique US et comment?

La semaine dernière, certaines sources d'information ont rapporté sans détailler que" Michael D'Andrea, chef des opérations secrètes de la Central Intelligence Agency (CIA) pour l’Iran, et impliqué dans l’assassinat du général du corps d'armée Qassem Soleimani, aurait été tué dans le crash de l’avion E-11 A. Depuis le 27 janvier, date de la destruction du E-11 A américain en plein ciel de Ghazni, alors qu'il accomplissait sa 10.000 ème mission en plus de 17 ans d'occupation du sol afghan, le Pentagone refuse obstinément de reconnaître les faits, préférant s'en tenir à l'hypothèse totalement ridicule d'un "crash". Or des sources afghanes portent de nouveaux éclaircissements sur cet incident qui constitue un coup très dur pour la CIA en Asie centrale et occidentale.

E-11A abattu: où est la boîte noire?
Certaines sources en Afghanistan diffusent en effet de nouvelles preuves sur la mort de Michael D. Andrea qui aurait été tué avec au moins 17 autres officiers et militaires US, alors qu'ils se trouvaient à bord du E-11A dans la province de "Ghazni" : "Un haut officier de sécurité faisait partie des personnes à bord, disent ces sources qui refusent toutefois de révéler le nom de ce responsable. 
Et ces sources d'ajouter : " En raison d'une défaillance technique, le « Bombardier Global Express E-11 A » volait à une altitude inférieure à la normale, lorsqu’il a été abattu par un missile tiré par "Strella-1", un lance-roquette russe, utilisé par les Taliban. Selon les médias internationaux, l'avion a été abattu à 13 h 10, heure locale, le lundi 27 janvier dans la zone du district de Deh Yak, contrôlée par les Taliban". Les observateurs se focalisent surtout sur cette "mystérieuse défaillance technique" qui a poussé "l'appareil à réduire son altitude de vol" et qui "pourrait avoir été causé par une cyberattaque".  
«D’autres E-11A seront abattus» (talibans)
Le journal USA Today reprend ces révélations et affirme : le « Bombardier E-11A » est une version militaire du BD-700 Global Express, construit par l'avionneur canadien Bombardier. Il est utilisé pour transporter des élites du monde entier sur de longs trajets. L'US Air Force utilise depuis récemment des avions civils modifiés pour le transport et opérations militaires. Faciliter la communication entre les troupes stationnées sur le terrain est également l'une des missions militaires de cet avion. Il sert d'outil de communication entre les forces terrestres et aériennes.
A l’instar de ce qu’elle a fait après l'attaque de missiles contre Aïn al-Assad, menée par l’Iran, l'administration Trump, a opté pour la dissimulation en ce qui concerne les circonstances du crash de cet avion et le nombre de ses passagers, et a parfois elle fait des déclarations contradictoires à ce sujet.
D'ailleurs, tous les avions et les hélicoptères abattus en Iran, en Irak, ou en Syrie sont, selon la propagande US, "tombés suite à une panne technique", ce qui n'est pas très glorieux pour la technologie américaine, et ce qui devrait décourager les clients potentiels de les acquérir.
Trois jours plus tôt, Time Magazine a rapporté que l’administration américaine prétendait que deux pilotes de l'US Air Force ont été tués dans ce crash. Mais Washington insiste sur le fait qu’aucun des passagers n’était membre de la CIA et que le crash était dû à des défaillances techniques et non à des «tirs ennemis». Ce qui renforce l’idée que l’administration américaine dissimulerait la réalité, c’est le flou autour du nombre des passagers de « Bombardier E-11A ». Les autorités américaines ont dit que 2 personnes avaient été tuées dans cet « incident », mais aucun communiqué officiel ne fait allusion au nombre de victimes.
E-11A abattu: le B-52
Alors qu'un grand nombre de médias internationaux, dont Time Magazine, Independent, Daily Mail, Middle East, citant une principale source, ont diffusé l’annonce de la mort de "l'ayatollah Mike" les responsables américains ont refusé tout commentaire. « La CIA s’est abstenue de dire si Michael D. Andrea était parmi les passagers de Bombardier E-11A », a écrit vendredi le magazine Time dans son rapport. Pour les États-Unis, la patrie la plus dure semble avoir commencé en Afghanistan. Le "crash" du E-11 A est un événement de très mauvais augure. Surtout que ce crash a été suivi de peu par l'attaque des Taliban contre un hélicoptère US à Paktia et la mort de ses passagers, alors que l'appareil se rendait à Ghazni pour porter secours aux accidentés. Dans la foulée les Américains ont prétendu avoir récupéré les débris du E-11 A mais les sources locales affirment que la boîte noire n'y était pas. 18 ans après l'occupation militaire de l'Afghanistan, 70% du pays est sous contrôle des Taliban. Les négociations de paix avec ces derniers vont d'échec en échec et l'Amérique voit le spectre Iran/Russie/Chine se pointer sans cesse à l'horizon de l'Hindo Kouch.

Les évolutions importantes survenues dans la région de l’Asie de l’Ouest depuis l’assassinat du chef de la Force Qods et du commandant adjoint des Unités de mobilisation populaire irakien montrent que les ennemis de l’axe de la Résistance ont commis une erreur de calcul dangereuse.
La Syrie, l’Irak, le Yémen et l’Afghanistan ont tous connu ces dernières semaines des évènements sans précédent :
En Irak, l’incident le plus important a été l’attaque au missile de l’Iran contre la base aérienne Ain al-Asad dans la province Al-Anbar. Quatre semaines après, les responsables américains n’ont pas encore fourni un bilan officiel exact des victimes des treize missiles iraniens tirés sur cette base. Après un démenti initial sur leur nombre, les responsables US qui ont depuis mis à jour à plusieurs reprises leur bilan, ont jusqu’à présent admis que 64 de leurs soldats, avaient subi une commotion cérébrale. Le 5 janvier, deux jours après l’assassinat des commandants iranien et irakien à la sortie de l’aéroport de Bagdad, le Parlement irakien a voté lors d’une séance historique pour l’expulsion des troupes américaines du pays.
La situation en Syrie tourne également au profit de l’axe de la Résistance et l’armée syrienne a fait de grandes avancées ces dernières semaines. Au cours du dernier mois, les villes de Khan Touman, Maarat al-Numan, Khan Cheikhoun ont été libérées. Avec le déploiement massif des troupes de l’armée et l’appui aérien de l’aviation russe, la ville stratégique de Saraqib sera bientôt libérée. Ce qui constitue un prélude à la libération complète de la province d’Idlib.
Des combats d’envergure au Yémen contre la coalition saoudienne ont également été lancés à la suite de l’assassinat du général Soleimani. Les combattants de l’armée et d’Ansarallah ont réussi à liquider, en six jours, 1500 militaires et mercenaires à la solde de la coalition dans une opération que les experts qualifient de « sans égale depuis la Seconde Guerre mondiale », eu égard l’ampleur de la zone couverte et en raison aussi du bilan : 18 brigades et divisions démantelées, des centaines de véhicules blindés détruits, une imposante quantité d’armes, de munitions et d’équipements militaires saisis...

La situation de Washington en Afghanistan n’est pas bonne non plus. Il semble bien que « la gifle » donnée par Téhéran avec l’attaque de la base US d’Ain al Asad et sa revendication publique et rapide ait donné du courage et de l’audace aux Afghans pour attaquer les occupants chez eux. Les attaques contre les troupes américaines en Afghanistan ont-il est vrai augmenté de manière sans précédent, ont rapporté dimanche les médias, citant SIGAR (Inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan).
En ce qui concerne la situation dans les territoires palestiniens occupés, bien que l’annonce officielle du Deal du siècle soit une mesure dangereuse, cela fournira également une opportunité aux Palestiniens pour qu’ils finissent leur travail inachevé avec Israël.
Certains ont analysé l’assassinat du général du corps d’armée, Qassem Soleimani dans le cadre de la mise en œuvre du Deal du siècle, affirmant que « l’Amérique a tranquillement annoncé le Deal du siècle après l’assassinat du commandant de la Force Qods du CGRI ». La récente conversation du successeur de Soleimani, le général Ismaïl Qaani, avec les chefs de la résistance palestinienne, une conversation qui devait avoir un message très important, a montré que cette région malgré la mort en martyr du général Soleimani attendait des événements fatidiques pour les mois à venir.

Source : PressTv 

Le meurtrier de Soleimani tué avec un avion espion abattu au-dessus de l'Afghanistan (avertissement / photos désagréables / rapport original)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.