jeudi 20 février 2020

SYRIE . La Turquie s’oriente vers une défaite stratégique à Idlib


En vertu de l'accord de Sotchi de 2018, la Turquie était censée désarmer l'organisation terroriste Hayat Tahrir al-Sham et s’en dissocier . Son échec à cet égard a semé les graines de son inévitable défaite en Syrie.

Lorsque la Turquie a donné son poids à la rébellion anti-Assad en 2011, elle l'a fait en pensant qu'elle serait en mesure de dicter le résultat sur le terrain en contrôlant les principales forces de résistance organisées, à savoir la soi-disant Armée syrienne libre (ASL), formé des rangs de transfuges de l'armée syrienne et de divers groupes de combattants islamistes affiliés aux Frères musulmans. Mais la rébellion a pris sa propre vie, et en 2012, un islamiste syrien combattant pour Al-Qaïda en Irak est retourné en Syrie pour former une nouvelle organisation de résistance fidèle à Al-Qaïda qui est devenue connue sous le nom de Front Al-Nosra.
Au fil du temps, le Front Al-Nosra d'Abou Mohammad al-Jolani est devenu l'organisation de combat anti-régime la plus efficace, dépassant l'ASL sous contrôle turc pour sa pertinence sur le champ de bataille. L'affiliation d'Al-Nosra   à Al-Qaïda, cependant, a nui à sa capacité à recevoir des financements extérieurs, des armes et de l'équipement, et à partir de 2015, Al-Nosra   a subi une série d'efforts de changement de marque, avant de prendre son nom actuel, Hayat Tahrir al-Sham (HTS) , début 2017. Mais les efforts de changement de marque n'ont pas pu changer le fait que HTS est resté un groupe terroriste   aux yeux d'une grande partie du monde, y compris la Turquie.
Aujourd'hui, le HTS de Jolani comprend la majeure partie des quelque 30.000 combattants anti-régime opérant dans la province d'Idlib, le dernier bastion du territoire contrôlé par les terroristes en Syrie. L'armée syrienne, soutenue par des milices pro-iraniennes et l'armée de l'air russe, attaque les positions de l’ASL et du HTS à Idlib depuis 2015 pour restaurer l'autorité du gouvernement syrien sur la région. En septembre 2018, pour épargner à la population civile d'Idlib des dépravations de la guerre, un cessez-le-feu a été convenu par les dirigeants de la Russie, de la Turquie et de l'Iran lors d'un sommet organisé dans la station russe de la mer Noire,  Sotchi.
Aux termes du soi-disant accord de Sotchi, la Russie et la Syrie renonceraient à des opérations militaires offensives à Idlib en échange de l'application par la Turquie de ce que l'on appelle les «zones de désengagement», où les forces anti-régime rendraient leurs armes lourdes et les combattants appartenant à des organisations terroristes  , comme le HTS, seraient désarmés et évacués.
Pour soutenir cet effort, la Turquie a créé une série de «postes d'observation» lourdement armés dans toutes les «zones de désengagement». Cependant, au lieu de désarmer l'ASL et d'expulser HTS, la Turquie a utilisé ses avant-postes comme dissuasion pour toute nouvelle action offensive de la Russie et des forces armées syriennes. En bref, la Turquie n'a respecté AUCUN de ses engagements   de Sotchi. À l'été 2019, la Russie et la Syrie ont décidé que le cessez-le-feu n'était plus en vigueur et ont renouvelé leur offensive, ciblant les forces HTS anterrées dans et autour des «zones de désengagement» désignées.
Cette offensive syro-russe a réussi à détruire ou à déplacer des dizaines de milliers de terroristes HTS, entraînant la reprise de nombreuses villes stratégiques par l'armée syrienne, ainsi que de vastes étendues de territoire. Les forces turques dans les postes d'observation étaient impuissantes à arrêter l'offensive et, en février 2020, dix des douze postes d'observation avaient été encerclés par l'armée syrienne.
L'impuissance apparente de l'armée turque face à l'attaque combinée russo-syrienne a enragé et embarrassé le président turc Recep Erdogan, qui a envoyé quelque 5.000 soldats accompagnés de centaines de pièces d'équipement militaire, y compris des chars, des véhicules blindés de combat et des pièces d'artillerie. dans Idlib. Certaines de ces forces ont été prises sous le feu des militaires syriens, avec au moins 13 soldats turcs tués. La Turquie affirme avoir répondu en nature, tuant des dizaines de soldats syriens.
Les pertes en vies humaines n'ont fait qu'énerver encore plus Erdogan, le poussant à menacer de destruction les forces armées syriennes et russes opérant à Idlib si elles ne se repliaient pas sur les positions occupées au moment de l'accord de Sotchi. La réponse des militaires russes et syriens a été de poursuivre l'attaque, ce qui a entraîné le retour d'un plus grand nombre de villes et de territoires au gouvernement syrien.
En ne respectant pas ses obligations au titre de l'accord de Sotchi de désarmer et de dissoudre les unités HTS opérant à l'intérieur de la province d'Idlib, la Turquie a ouvert la porte à l'action offensive en cours des forces appartenant à la Syrie et à la Russie. En envoyant des milliers de soldats turcs à Idlib, Erdogan espérait que ni la Russie ni la Syrie ne chercheraient à intensifier les combats à Idlib pour inclure des engagements force contre force avec un membre de l'OTAN. Lorsqu'une délégation militaire russe, envoyée dans la capitale turque Ankara au début de la semaine dernière, n'a pas été en mesure de convaincre leurs homologues turcs de reculer, Erdogan a doublé en déployant encore plus de troupes et d'équipements à Idlib, et en menaçant d'expulser de force l'armée syrienne à la fin du mois si elle ne cesse pas ses attaques.
L'armée syrienne a répondu en encerclant encore plus d'avant-postes militaires turcs, en récupérant tout Alep des forces HTS et ASL, et en pénétrant plus profondément dans le territoire tenu par HTS. Le bluff d'Erdogan avait été effectivement inefficace. Les Turcs se trouvent désormais dans une situation impossible. Dans une tentative désespérée de s'isoler des HTS, les Turcs ont ordonné à toutes les forces de l'ASL qui avaient été envoyées pour renforcer le territoire contrôlé par les HTS de retourner sur le territoire contrôlé par les Turcs, isolant effectivement les forces des HTS sur le champ de bataille, où elles ont ensuite été détruites ou forcées de se retirer plus profondément dans ce qui reste de leur bastion d'Idlib.
Pour les troupes turques encore déployées à l'intérieur d'Idlib, la situation est devenue de plus en plus périlleuse. Leur nombre et leurs dispositions excluent toute chance de défense significative d'Idlib, même si la décision a été prise d'engager l'armée de l'air russe et l'armée syrienne. Le mieux que les Turcs puissent espérer à ce stade est un nouveau cessez-le-feu qui permette à ses forces militaires à Idlib d'être retirées en toute sécurité avec leur honneur intact. En tout état de cause, en alignant ses intérêts sur ceux de Jolani et HTS, en violation de l'accord de Sotchi de 2018, la Turquie a rendu sa position à Idlib insoutenable à la fois militairement et politiquement.
Ancien officier du renseignement du US Marine Corps. Il a servi en Union soviétique comme inspecteur de la mise en œuvre du traité INF, et dans le personnel du général Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et de 1991 à 1998 en tant qu'inspecteur   de l'ONU. Suivez-le sur Twitter @RealScottRitter
Une base militaire turque complètement détruite 
Dans la zone de la ville syrienne de Tel Tamr, une base militaire turque a été complètement détruite. Auparavant, il y avait au moins 50 militaires turcs, des véhicules blindés et du matériel de communication, mais selon des sources locales, pour des raisons inconnues, un violent incendie s'est déclaré sur la base, et plus tard, les militaires turcs évacués ont été remarqués.
«L'armée turque a commencé à se retirer des positions en Syrie qu'elle occupait près de la colonie de Tel Tamr dans la province septentrionale de Hasek. Cela a été rapporté par North Press sur Twitter. Les raisons de la réinstallation ne sont pas indiquées. Selon l'agence, l'armée turque quitte également les colonies de Shabliya, Al-Manajir et Es-Saud dans le nord de la Syrie - exactement là où s'est déroulée l'opération "Source de la paix". North Press souligne que la Turquie brûle toutes ses positions avant de les quitter. »- rapporte Lenta.ru, citant les médias syriens.
Des parachutistes russes ont liquidé des terroristes
Pour aider l'Armée syrienne à liquider les terroristes à Idlib et Alep, la Russie a envoyé des troupes aéroportées en Syrie, qui, dès les premières heures de l'engagement dans des opérations militaires spéciales, ont détruit les forces supérieures de l'ennemi, détruisant les véhicules blindés et tuant un certain nombre de terroristes, forçant les survivants à une retraite précipitée.
« Selon un rapport des médias russes daté du 16 février, sous le commandement de la 98e division aéroportée des gardes russes, Valery Yuryev, la coalition syro-russe a réussi à tendre une embuscade aux Turcs et à leurs protégés. Les forces de la coalition russe ont détruit des centaines de terroristes et détruit plus de 20 véhicules blindés de combat de différents types. Parmi eux, trois véhicules blindés ACV-15 fabriqués en Turquie. Comme vous le savez, la 98e division aéroportée de la garde russe est l'une des unités militaires les plus élitistes et les plus célèbres de l'armée russe. »- rapports "Sohu."
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. Je ne pense pas qu'il y aurait un quelconque compromis. Apres les Turques et ses proxys : asl, htc, etc se sera au tour des américains à lever le camp. La partie est finie pour la turquie.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.