samedi 15 février 2020

Trump super-menteur. De plus en plus de mensonges sur l'Iran, démentis par les faits


Certes, le cycle des nouvelles aux États-Unis dure rarement plus de vingt-quatre heures, mais cela ne devrait pas servir d'excuse lorsqu'une histoire majeure qui contredit ce que prétend l'administration Trump apparaît et meurt soudainement. Le public qui suit les informations pourrait se rappeler, il y a un peu plus d'un mois, que les États-Unis ont assassiné un haut responsable iranien du nom de Qassem Soleïmani. Tuer ouvertement quelqu'un appartenant à un gouvernement d'un pays avec lequel on n'est pas en guerre est pour le moins inhabituel, en particulier lorsque le crime est perpétré dans un pays tiers avec lequel l'auteur et la victime entretiennent des ̏ relations amicales ʺ. La justification fournie par le secrétaire d'État Mike Pompeo, au nom de l'administration, était que Soleïmani était en Irak en train de planifier un massacre «imminent» d'Américains, pour lequel aucune preuve n'a été fournie, ni à ce moment-là, ni depuis lors.

Il est vite apparu que le général iranien était en fait à Bagdad pour discuter avec le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi d'un plan qui pourrait conduire à la désescalade du conflit en cours entre l'Arabie saoudite et l'Iran, une réunion dont la Maison Blanche était apparemment au courant, et qu’elle pourrait même avoir approuvée. Si tel est le cas, les événements, au fur et à mesure qu'ils se déroulent, suggèrent que le gouvernement américain aurait pu encourager Soleïmani à faire son voyage afin qu'il puisse être facilement localisé et tué. Donald Trump a, par la suite, rejeté l’absence de toute corroboration de l’histoire de «menace imminente» colportée par Pompeo, déclarant que cela importait peu car Soleïmani était un terroriste qui méritait la mort.
L'incident qui a déclenché le cycle de tueries qui a finalement inclus Soleïmani a consisté en une attaque du 27 décembre sur une base américaine en Irak au cours de laquelle quatre soldats américains et deux Irakiens ont été blessés tandis qu'un entrepreneur américain, un traducteur d'origine irakienne, a été tué. Les États-Unis ont immédiatement accusé l’Iran, affirmant qu’il avait été commis par une milice chiite iranienne, appelée Kata’ib Hezbollah. Ils n'ont fourni aucune preuve à l'appui de cette affirmation et ont exercé des représailles en frappant une base des Kata’ib, tuant 25 Iraquiens qui étaient sur le terrain pour combattre les restes de l'État islamique (EI/ISIS). Les miliciens avaient été incorporés dans l'armée irakienne et cette réponse disproportionnée a conduit à des émeutes à l'extérieur de l'ambassade des États-Unis à Bagdad, qui ont également été imputées à l'Iran par les États-Unis. L'Iran a riposté en tirant des missiles sur les forces américaines, blessant plus d'une centaine de soldats, puis abattu par erreur un avion de ligne [1], tuant 176 personnes supplémentaires. En raison du meurtre par les États-Unis de 34 Irakiens dans les deux incidents, le Parlement irakien a également voté l'expulsion de toutes les troupes américaines.
Résultat de recherche d'images pour "caricature trump lier"
Pinocchio-Trump
super menteur
Il semble maintenant que la mort initiale de l’entrepreneur américain qui a déclenché le conflit du genre « prêté pour un rendu » n’a pas été commise par Kata’ib Hezbollah. Une équipe d'enquête de l'armée irakienne a rassemblé des preuves convaincantes qu'il s'agissait d'une attaque organisée par l'État islamique. En fait, le gouvernement irakien a démontré que Kata'ib Hezbollah n'a pas été présent dans la province de Kirkouk, où l'attaque a eu lieu, depuis 2014. Il s'agit d'une région fortement sunnite où les chiites ne sont pas les bienvenus et dans laquelle tous les islamistes sunnites sont bien accueillis. C'était, en fait, l'un des lieux de naissance et de reproduction d'origine de ce qui allait devenir EI/ISIS.
Cette nouvelle évolution a été rapportée dans le New York Times dans un article intitulé «Les États-Unis avaient-ils tort au sujet d'une attaque qui a presque déclenché une guerre avec l'Iran? Les responsables militaires et des services de renseignement irakiens ont émis des doutes quant à savoir qui a tiré les roquettes qui ont déclenché une spirale d'événements dangereuse. » Malgré la nature sensationnelle du rapport, il a généralement été ignoré dans les informations télévisées et dans d'autres médias grand public, laissant l'administration Trump s'en tirer avec un autre gros mensonge, qui aurait facilement pu conduire à une guerre avec l'Iran.
Les enquêteurs irakiens ont trouvé et identifié le pick-up Kia blanc abandonné avec un lance-roquettes Katyusha improvisé dans le véhicule qui a été utilisé pour organiser l'attaque. Il a été découvert sur une route déserte à portée de la base conjointe irako-américaine K-1 qui a été touchée par au moins dix missiles en décembre, dont la plupart ont frappé la zone américaine.
Il n'y a aucune preuve directe liant l'attaque à une partie en particulier et le camion improvisé KIA est utilisé par toutes les parties dans les combats régionaux, mais les responsables irakiens soulignent le fait incontesté que c'est l'État islamique qui a mené trois attaques distinctes près de la base au cours des 10 jours précédant le 27 décembre. Et il y a des informations selon lesquelles l'EI aurait été de plus en plus actif dans la province de Kirkouk au cours de l'année écoulée, menant des attaques quasi quotidiennes avec des bombes artisanales improvisées et des embuscades utilisant des armes légères. En fait, il y avait eu des rapports des services de renseignement irakiens qui avaient été partagés avec le commandement américain avertissant qu'il pourrait y avoir une attaque de l'EI contre la base K-1 elle-même, qui est une base aérienne irakienne partagée avec les forces américaines.
Les informations sur l'attaque ont été partagées avec les enquêteurs américains, qui ont également examiné la camionnette. Le Times rapporte que le commandement américain en Irak continue d'insister sur le fait que l'attaque a été menée par les Kata’ib sur la base d'informations, dont des interceptions de communications, qu'il refuse de rendre publiques. Les forces américaines n'ont peut-être pas partagé les informations dont elles disposent avec les Irakiens, craignant qu'elles ne soient divulguées à l'Iran, mais les officiers supérieurs irakiens sont néanmoins perplexes devant la réticence des Américains à se confier à un allié.
Si l’enquête irakienne sur les faits entourant l’attaque de la base K-1 en décembre est fiable, les actions irréfléchies de l’administration Donald Trump en Irak fin décembre et début janvier ne peuvent être justifiées. Pire encore, il semblerait que la Maison Blanche cherchait une excuse pour attaquer et tuer un haut responsable iranien pour envoyer une sorte de message, une provocation qui aurait facilement pu entraîner une guerre qui ne profiterait à personne. Certes, l'administration Trump a tellement menti sur les développements au Moyen-Orient qu'on ne peut plus lui faire confiance. Malheureusement, exiger toute responsabilité de la part de l'équipe Trump nécessiterait un Congrès prêt à assumer sa responsabilité pour la vérité au sein du gouvernement, soutenu par des médias prêts à assumer une administration qui punit régulièrement quiconque ou toute entité qui ose la contester. Telle est la triste réalité en Amérique aujourd'hui.
Source : More Lies on Iran: the White House Just Can’t Help Itself as New Facts Emerge
Par Philip Giraldi • February 13, 2020
Des similitudes grandissantes entre Trump et Hitler
Déjà durant les élections américaines de 2016, de nombreux commentateurs politiques, représentants d’organismes publics et privés et journalistes de grands journaux comme le Washington Post ou le New York Times n’hésitaient pas à comparer Donald Trump avec Adolf Hitler.
Bien sûr, cette comparaison est dangereuse. Aussi, pour beaucoup d’observateurs, cette comparaison apparaît farfelue.
Parmi les critiques de Trump qui font cette comparaison, on retrouve le directeur du célèbre Centre Anne Frank. Dans ses commentaires véhéments, Steven Goldstein établit des «parallèles alarmants» entre les États-Unis de Trump et l’Allemagne hitlérienne.
Goldstein reproche particulièrement à Trump de véhiculer des préjugés racistes concernant les réfugiés et les immigrants.
La perception du Centre Anne Frank est corroborée par Ron Rosenbaum, un autre Juif spécialiste mondial sur le dirigeant nazi. Dans son récent ouvrage Explaining Hitler : The Search for the Origins of His Evil, il affirme que Donald Trump utilise systématiquement le Mein Kampf d’Adolf Hitler comme manuel de stratégie politique.
En cela, Rosenbaum rejoint des dizaines d’observateurs qui notent des similitudes de rhétorique raciste et démagogique chez les deux dirigeants. Comme Hitler, Trump a tendance dans sa rhétorique à marginaliser certains groupes en caricaturant leurs modes de vie ou leurs croyances.
Pour Rosenbaum, la façon dont Trump dénigre les Mexicains, les musulmans, les handicapées ou les homosexuels est à la base de cette comparaison. Il y a une similitude avec la perception qu’Hitler avait des Juifs. Trump prend différents groupes comme cibles parce qu’ils ne correspondent pas à son idéal d’une société blanche, laborieuse, chrétienne et masculine.
Rosenbaum dresse aussi de nombreux parallèles dans l’ascension au pouvoir des deux dirigeants. Comme Hitler, Trump a été capable de bluffer pour accéder au pouvoir. Tous deux ont construit leur progression politique sur une biographie truffée de «fausses nouvelles». Tous deux ont ainsi réussi à confondre un système qui ne savait pas trop comment réagir.
Comme Hitler, Trump est dépeint par de nombreux psychologues comme un clown narcissique qui a réussi à prendre le contrôle d’une grande nation en trompant la population par une habile propagande et en tirant avantage du caractère dysfonctionnel du système politique qui s’est avéré incapable de bloquer son ascension.
À l’instar d’Hitler, Trump ne va pas au-delà des slogans, évitant de faire campagne sur des politiques spécifiques. Cependant, les deux dirigeants n’ont pas hésité à décrire les systèmes politiques existants comme étant à la fois fondamentalement incompétents, corrompus et incapables de proposer des solutions aux problèmes urgents existants. En conséquence, tous deux ont promis de redonner la grandeur à leur pays en offrant une nouvelle vision de leadership.
Comme Hitler, Trump normalise le mensonge, réduisant ainsi les attentes de véracité. Il en arrive ainsi à obtenir ce qu’il désire. À la manière d’Hitler, Trump définit le mensonge de telle sorte que chaque nouveau mensonge semble moins grave et moins scandaleux que le précédent, devenant ainsi plus acceptable. Aussi, comme Hitler, Trump cible les journaux qui posent un regard critique sur ses politiques.
Tous deux ont démontré leur ignorance de l’histoire, n’hésitant pas à déformer la vérité et à recourir à des comparaisons bizarres qui sont politiquement motivées. Comme Hitler, Trump a placé ses personnages douteux aux commandes, cherchant en même temps à les faire passer pour des représentants respectables de la politique américaine.
Bien sûr, Trump n’est pas Hitler. Néanmoins, il représente un réel danger pour la démocratie américaine. C’est le message que Barack Obama a livré au début de décembre devant le Club économique de Chicago.
Comparant la situation présente aux États-Unis à celle de l’Allemagne des années 1930, Obama a mis en garde son auditoire contre le danger de devenir trop complaisant. Si les gens ne font pas attention, la démocratie américaine pourrait s’effondrer comme celle de la République de Weimar le fit lors de l’arrivée d’Hitler au pouvoir.
Par Gilles Vandal,
professeur émérite à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke.
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.