mercredi 26 février 2020

Israël Shamir. OK Boomer !


Quelle merveilleuse vie enchantée nous avons eu, nous les boomers! La vie était facile, le logement était abondant et peu coûteux, les salaires étaient élevés, les filles étaient peu farouches. Le monde nous a été offert comme un tas d'huîtres perlières sur un plateau d'argent. Nous pouvions voyager, changer de pays et d’emplois comme nous le voulions, nous pouvions nous battre pour la justice et la miséricorde pour les autres, nous pouvions même chercher notre propre chemin vers Dieu. C'était génial de naître après la guerre. [1]

Vous ne le croirez pas, les enfants des générations précédentes (ou antérieures), ne savaient pas que la vie pouvait être si splendide. Nous pouvions acheter une maisonnette de deux chambres à Kensington avec un salaire de journaliste junior à la BBC. Nous pouvions traverser l'Afrique et gravir le Kilimandjaro, faire du trek au Népal, faire un reportage sur les guerres, et aller à Paris pour le week-end.
Et le monde était plein de variété; pas cette fausse diversité écœurante de la vie à côté d'un noir, d'un chinois et d'un indien qui achètent dans le même supermarché et regardent les mêmes films hollywoodiens que vous; mais la vraie variété des Anglais d'Angleterre et des Japonais du Japon. À Londres, de la fin des années 60 au début des années 70, les pubs servaient de la vraie bière chaude, des saucisses grises britanniques et de la tarte aux steaks et aux rognons; du Thé Ty-Foo à cinq heures; on pouvait fumer à table; nous pouvions monter et descendre à deux étages ouverts; les ceintures de sécurité étaient inconnues. Les serveuses des cafés aux cuillères graisseuses m'appelaient «chéri». A Kyoto, les femmes circulaient en kimono; et les hommes passaient de longues nuits à boire du saké; Noh et Sakura Viewing étaient populaires. La Suède était blonde sans honte, et les jeunes filles nordiques aux seins nus bronzaient et éclaboussaient de leur beauté les lacs frais.
Pour le FUN, quelques affiches de Mai-68 :
Résultat de recherche d'images pour "affiches mai 68"Résultat de recherche d'images pour "affiches mai 68"Résultat de recherche d'images pour "affiches mai 68"Résultat de recherche d'images pour "affiches mai 68"Résultat de recherche d'images pour "affiches mai 68 la cause du peuple"
Israël était un pays pauvre en difficulté de garçons et de filles bronzés à keffieh. Nous étions fiers de notre service militaire et de la culture du blé dans le kibboutz; tandis que les Arabes étaient de nobles paysans et vivaient dans de belles vieilles maisons. Les Israéliens avaient une bonne réputation en ces temps-là en tant que randonneurs infatigables. Nous nous appelions nous-mêmes les «Chasseurs blancs», comme dans les histoires africaines d'Hemingway.
(Tout cela a disparu. Récemment, je n'ai pas pu trouver un seul pub anglais à Londres; ils servent du vin et des plats européens. Vous n’apercevez aucune dame en kimono à Kyoto. Les filles suédoises ont mis un soutien-gorge parce que les immigrants les reluquent de manière trop intense. Vous ne pouvez fumer nulle part, vous ne pouvez pas boire et conduire, et les fichues ceintures sont devenues obligatoires même dans les bus.)
Notre génération était plus sophistiquée que la précédente. Nous avons inventé « il est interdit d’interdire » en 1968. Nous avons arrêté la guerre du Vietnam. Nous avons mis fin à la discrimination raciale. Les gays dansaient et ne pensaient pas au mariage - ils ajoutaient un élément exotique au tissu de la vie, tout comme les étrangers qui étaient rares même à Londres et à Paris. J'étais un oiseau rare, me mêlant à d'autres écrivains dans les cafés parisiens. Les serveurs étaient toujours locaux et indigènes, tout comme la nourriture et les boissons.
L'art du cinéma était florissant. Les meilleurs films ont été réalisés pour nous par Bergman et Bunuel, Godard et Oshima. Nous avons assisté à la course à l'espace de deux superpuissances et avons même  pensé que nous allions atterrir sur Mars. L'optimisme social était sans fin, nous étions sûrs que notre avenir serait meilleur que notre présent.
Nous étions tellement bien! Il est vraiment dommage que le monde que nous transmettons à nos enfants et petits-enfants ne soit pas si merveilleux. Il est devenu encombré et trop réglementé. Peut-être que notre vie était bonne parce que nous sommes venus au monde fraîchement fécondé par des millions de morts, après la grande calamité de la guerre mondiale. Les historiens disent que l'Europe après la peste noire était également un endroit merveilleux. Nous le ressentons, même si nous n'osons pas le dire explicitement, mais ceci est une explication partielle de l'humanité courtisant Armageddon.
Le nouveau virus chinois en est un exemple. Il a un taux de mortalité de 2 p.c. et ce n'est pas beaucoup. Il semble que les enfants et les Européens n'en meurent pas, même s'ils sont infectés. Donc, une sorte de grippe méchante mais pas terriblement méchante. Aux États-Unis, chaque virus de la grippe en fuite tue plusieurs fois plus de personnes. La grippe porcine américaine avec son milliard infecté et des centaines de milliers de morts en 2009 ressemble à une montagne à côté du coronavirus. C'était peut-être une arme biologique fabriquée en laboratoire [2], mais elle n'est pas particulièrement efficace, à moins que sa méchanceté ne devienne apparente avec les années.
Et pourtant, le battage médiatique est immense. Chaque cas de cette super-grippe est traité par les médias comme une épidémie de peste bubonique. En Israël, il n'y a aucun cas de nouveau virus, mais toutes les nouvelles commencent par les rapports sur ses progrès. En Russie, zéro cas; au contraire, deux touristes chinois étaient malades et se sont rétablis. Bien que la Russie ait beaucoup moins d'hystérie induite par le virus que l'Occident; et le président Poutine a exprimé son soutien au peuple chinois, et ils sont reconnaissants de sa sollicitude, mais même la Russie a fermé ses frontières aux touristes chinois sauf en transit. Poutine hésitait probablement à risquer même quelques morts (inévitables) que ses ennemis allaient lui attribuer.
Oui, c'est une attaque contre la Chine. Je vois qu'elle a été élargie par les suspects habituels qui ont écrit sur l'holocauste ouïgour et sur les combattants de la liberté de Hong Kong. Mais les Chinois nous ont mis en état d'alerte par leurs mesures de prévention inhabituelles.
Il y a un facteur d'aide. Nous attendons l’Apocalypse, l’invasion des zombies, la guerre nucléaire, la catastrophe climatique – non pas dans la peur, mais car nous sommes prévoyants, comme un débiteur épuisé attend une frappe ennemie qui le tuera ainsi que son créancier implacable. Nous sommes débiteurs, endettés et assaillis par l'État et les entreprises. Depuis 1789, les Européens n’ont pas été aussi impuissants. Nous ne pouvons pas survivre sans le soutien de l’État, nous ne pouvons pas obtenir de soins médicaux abordables ou d’enterrement à moins que nous ne soyons dans le système. Tout fonctionnaire peut faire de nous ce qu'il veut. De plus en plus souvent, on demande que la sécurité sociale et les pensions soient restituées à l’État rétroactivement pour quelques années, s’ils estiment que le dossier du débiteur est douteux. Aux États-Unis, le bien-être diminue, tout comme les bons emplois, alors que les prêts étudiants augmentent.
Nous affrontons de tristes lendemains. L'IA enverra des millions à l’allocation de chômage, si celle-ci est toujours disponible. Les milliardaires fleurissent comme dans l'Ancien Régime. Quiconque est indigné par les excès des révolutions française et russe et les attribue aux francs-maçons et aux juifs, aura une chance de juger par lui-même, car le régime prérévolutionnaire est susceptible de revenir. La démocratie ne survivra pas; nous ne survivrons que si nous voulons être esclaves. Pourquoi les Européens ne se reproduisent-ils pas pour survivre, demandez-vous? Est-il sensé de survivre, telle est la question.
Si tant de gens attendent inconsciemment la nouvelle grande guerre à venir, elle viendra si St Greta Thunberg et ses combattants verts ne détruisent pas notre civilisation en premier.[3] En effet, ce mouvement parrainé par Soros est la plus grande menace pour notre santé mentale et physique. Quand ils feront leur chemin, nous serons ramenés à l'âge de pierre.
Que les gens espèrent un avenir meilleur, aussi bon que notre passé. Et pour cela:
1. Rendre le logement abordable. Même The Economist, un magazine britannique Thatcheriste, le suggère. À cette fin, rendre la propriété très peu rentable. Taxez le loyer au maximum et interdisez-leur d'expulser les locataires non payants. Taxez les maisons vacantes. Cela a été pratiqué par les travaillistes britanniques dans les années 1960 avec un grand succès, et les propriétaires-occupants ont remplacé les propriétaires [4]. Ce serait considéré comme antisémite, d'accord, mais qu'est-ce qui ne va pas avec un antisémitisme pratique?
2. Revenez au projet des forces armées. La guerre est trop importante pour être externalisée. C'est excitant pour un jeune homme de faire son service militaire. Un homme qui n'a jamais servi dans l'armée peut devenir un John Bolton, une personne qui exprime son soutien à la guerre tout en évitant le service militaire actif et en envoyer d'autres à la guerre. Un homme qui a servi peut devenir John F. Kennedy et aspirer à la paix. Il n'y a pas de mouvement anti-guerre aux États-Unis car il n'y a pas de projet . Les jeunes Américains ne se soucient pas des guerres sans fin en Afghanistan et en Syrie, car ils ne sont pas appelés à combattre et à mourir là-bas. Un projet devrait rétablir une politique militaire responsable.
3. Faites durer les choses. Une voiture peut servir pendant trente ans, correctement entretenue. Apple a été condamné à une amende pour avoir ralenti les anciens modèles d’I-phone; C'est un bon exemple. Rendez tout réparable. Rendez obsolète le terme «obsolète».
4. Encouragez l'artisanat au lieu de la production de masse; maintenez les salaires des travailleurs à un niveau élevé; limitez les migrations massives et les importations alimentaires massives. Défaites le tourisme de masse.
5. Si vous en voulez plus, enseignez aux enfants que la cupidité est pire que le racisme. Rendez les financiers misérables. Ils ne devraient pas gagner plus qu'un travailleur professionnel. Taxez-les durement, pas tant à des fins de redistribution que pour sauver ces personnes dynamiques de l'adoration de la cupidité et les inciter à faire des choses utiles, comme Henry Ford, Walt Disney et notre ami Ron Unz. Ce n'est pas une coïncidence si ces hommes émettaient leurs doutes quant à l'amour du juif traditionnel pour l'argent.
Ainsi, le paradis perdu des jeunes années des baby-boomers, sinon de nos jeunes, peut être retrouvé. Nous l'avons eu très bien, vous aussi vous pouvez l’avoir!
Source : OK Boomer
Par Israel Shamir
Traduction : H. Genséric
NOTES d’H.G.
[1] « OK Boomer » est une phrase fétiche et un mème Internet qui a gagné en popularité en 2019. Il est utilisé pour tourner en dérision les attitudes stéréotypées attribuées à la génération des baby boomers. L'expression « OK Boomer » est utilisée de manière péjorative pour balayer, contrecarrer, ou tourner en dérision des jugements perçus comme mesquins, dépassés ou condescendants, de la part de personnes âgées, particulièrement les baby-boomers. Le terme a été utilisé pour répliquer à ce qui est perçu comme une résistance au changement (technologique, climatique), la marginalisation des minorités, l'opposition à une droite identitaire ou aux idéaux des générations montantes.
Mais comment traduire en français cette expression moqueuse vis-à-vis des baby boomers ? En voici quelques variations proposées par les Internautes.
Conciliant :
- “D'accord, senior”
Rentre-dedans :
- “Ta gueule, l'aïeul”
Humiliant :
- “Si tu veux, gâteux”
Urbain :
- “Y'a moyen, doyen”
Pacifique :
- “Ainsi soit-il, sénile”
Respectueux (?) :
- “Fort bien, l'ancien”
[4] En Libye, Moammar Kadhafi avait fait voter la loi N°4 : « la maison appartient à celui qui l’habite » , car il considérait qu’un homme n’est pas libre s’il habite dans une maison louée. Naturellement, il fut traité de tous les noms d’oiseaux par les Grands Médias Menteurs, et de fou dangereux par les autres.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.