jeudi 6 février 2020

Poutine et ses juifs (partie 1)



Dans notre article intitulé :  Triad Claw - L'humanité est victime d'un ancien complot satanique, nous avons vu que les «crypto-juifs» sont des juifs qui prétendent être chrétiens, musulmans ou d’autres religions afin d' accomplir leur mission tout en étant cachés.

Parmi les  chefs d’état de l’époque récente, nous avons cité les crypto-juifs suivants : Giuseppe Garibaldi, Napoléon III, Edward VII, Alexandre III de Russie, Theodore Roosevelt, Guillaume II , Adolf Hitler, Harry S. Truman, Josef Staline, Empéreur Hirohito, Winston Churchill, Frankllin Delanor Roosevelt, Benito Mussolini, Gerald Ford, Empéreur Akhito, Reine Beatrix  et Justin Trudeau.  
À cette liste il faut ajouter Donald Trump et Vladimir Poutine.
H. Genséric

1. Origines de Poutine
« À Leningrad, il y a un peu plus de 50 ans, est né un garçon, qui avait pour voisins une famille juive. Le sympathique garçon fut tout de suite adopté par la famille juive voisine et dès son plus jeune âge fut imprégné par la culture juive. Là il fut nourri de nourriture juive et lut des livres juifs, et il apprécia le respect qu’ont les uns envers les autres les membres de la famille juive.
Avec le temps, le garçon grandit et devint un député maire de Saint-Pétersbourg. Un jour, il apprit qu’un autre député maire ne voulait pas permettre la création d’une école juive à Saint-Pétersbourg. Alors, il prit tous les documents sur l’organisation de l’école juive et alla chez le député maire responsable de cela, en le questionnant à propos de la raison de l’interdiction. La réponse fut celle-ci : « Je suis moi-même juif et je ne veux pas être accusé de promouvoir la construction d’une école juive, c’est pourquoi je n’ai pas donné mon accord. » Après l’avoir écouté, le garçon qui était devenu député maire signa lui-même tous les papiers et à Saint-Pétersbourg est apparue l’école juive.
Son nom était Vladimir Vladimirovich Poutine » (1), tandis que le nom de jeune fille de sa mère était Shelomova (2), faisant de Vladimir Poutine un Juif par sa mère.
D’ailleurs, de nombreuses publications écrivent que le président Vladimir Poutine est juif par nationalité de sa mère. 
Il existe un document - une demande de délivrance d'un nouveau passeport du citoyen russe Poutine Vladimir Vladimirovitch du 30 décembre 2000, qui indique la nationalité des parents. Selon les données officielles, le père - Poutine Vladimir Spiridonovitch est Russe, et la mère - Shelomova Maria Ivanovna – est juive:
La communauté juive de Russie a connu un âge d’or sous Poutine.
De la frontière maritime avec le Japon à la frontière terrestre avec la Finlande, des dizaines de synagogues en Russie ont été rendues aux communautés qui, avec l’aide de rabbins Chabad, ont commencé à prospérer et à ouvrir des centaines de jardins d’enfants, des écoles et des centres communautaires juifs.
En Russie, les attitudes hostiles aux Juifs sont répandues dans seulement 30 % de la population, selon l’indice mondial 2015 de la ligue Anti-Diffamation (ADL) – moins qu’en France (37 %), la Pologne (45 %) et l’Ukraine (38 %).
2. Poutine et les Juifs
Poutine est un proche de longue date de la secte juive des loubavitch [a] et un ami du rabbin Berel Lazar, à tel point qu’il a déjà accordé des aides financières à cette secte et la nationalité russe au rabbin (dont la « Fédération des communautés juives de la CEI » a été reconnue par Poutine comme seule organisation représentative de la communauté juive russe). Le 18 septembre 2000, le centre de la communauté juive de Moscou fut inauguré par Poutine qui, le 21 décembre, y célébra la Hanoukka, la fête des Maccabées. En janvier 2001, Berel Lazar fut invité à un diner officiel au Kremlin, où, pour s’assurer que le grand-rabbin pourrait manger casher, Poutine ordonna, une première, semble-t-il, dans l’histoire russe, que la cuisine fût entièrement « cacher ». (3)
En 2012, « Vladimir Poutine a entamé la première visite en Israël d’un président russe depuis plus de 7 ans. Il a participé à l’inauguration d’un mémorial en l’honneur des combattants juifs de l’armée rouge tombés pendant la seconde guerre mondiale. La Russie et Israël ont des relations culturelles et économiques profondes dues aux plus d’un million de migrants de l’ex-union soviétique qui vivent en Israël.  Poutine a déclaré que « Ca a été l’armée soviétique qui a mis fin à la folie de l’holocauste. Ce sont eux qui ont sauvé de l’anéantissement non seulement les Juifs mais de nombreuses autres personnes aussi. Ce magnifique monument en Terre Sainte honore l’armée soviétique. Non seulement il fait appelle à notre mémoire, mais en plus il nous rappelle que la paix est fragile et que nous devons tout faire pour que les doctrines criminelles nazies, quelles qu’elles soient déguisées, restent dans le passé. » (4)
Poutine a ensuite été reçu par un parterre de milliardaires et millionnaires juifs. à la réception qui a suivi l’inauguration du mémorial dédié à la victoire de l’armée rouge sur les nazis, on pouvait noter la présence de plusieurs milliardaires ou millionnaires juifs d’origine russe. Dans un coin de la salle, on pouvait remarquer Mikhail Fridman, la dix-septième plus grosse fortune de Russie, estimée selon Forbes à quinze milliards de dollars. Proche de lui, Moshe Kantor, président du congrès juif européen (le magnat de la chimie « pèserait » plus de deux milliards de dollars). Les deux hommes font partie d’un groupe de plusieurs dizaines d’hommes d’affaires juifs russes ou d’origine russe invités à cette cérémonie.  (5)
Vladimir Poutine a également visité le mur des lamentations, portant une kippa et accompagné par des rabbins, à deux heures du matin, heure où il a lu les prières et deux psaumes (6). A la fin de sa visite, il s’est tourné vers un des Juifs russes présents et a dit : « Je suis venu ici prier pour que le temple soit reconstruit. » (7). Comme, sur le lieu supposé du mythique Temple se trouve aujourd’hui l’esplanade des Mosquées, Poutine semble cautionner la destruction de la Mosquée (deuxième lieu le plus sacré de l’Islam après la Mecque) pour pouvoir édifier le Temple.
Le président russe Vladimir Poutine a, pendant sa visite en Israël, invité son homologue Israélien Shimon Peres à se rendre cet automne à Moscou pour prendre part à la cérémonie d’ouverture d’un « musée de la Tolérance » dans la capitale russe.
« Nous envisageons d’ouvrir l’automne prochain un musée de la Tolérance à Moscou. Il sera principalement consacré à la Shoah. Je vous invite chaleureusement à sa cérémonie d’ouverture », a indiqué M. Poutine lors d’une rencontre avec le président Israélien.
En 2014, Poutine a affirmé qu’il soutient la lutte d’Israël et a demandé au grand-rabbin Yitzhak Yosef de dire au premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il est un véritable ami d’Israël et de Netanyahou (9). [b]
« À l’occasion du Nouvel An juif, j’adresse tous mes vœux à mes concitoyens de confession juive. Cette fête n’est pas seulement un hommage à l’héritage historique et spirituel de leurs ancêtres, c’est aussi un moment d’introspection, de pardon et de générosité. Depuis des siècles les valeurs juives servent de nobles causes. Fortes de ces valeurs, les organisations juives russes œuvrent depuis toujours au vivre ensemble dans notre pays et luttent contre l’antisémitisme et l’intolérance », a déclaré Vladimir Poutine en 2015 en souhaitant « shana tova ! » (« bonne année ! ») aux Juifs russes. (10)
NOTES
Publié le 21 novembre 2015
NOTES de H. Genséric
[a] C’est la même secte qui contrôle la Maison Blanche. En somme Poutine et Trump ont plusieurs points communs :
- ils sont sous la coupe de la secte juive Chabad Loubavitch
- leur fille a épousé un milliardaire juif
- ils sont des crypto-juifs
Hannibal GENSÉRIC
à suivre

4 commentaires:

  1. Poutine et Trump ont deux gendres Juifs cette communauté est mondialement influente ce qui la place dans une grande responsabilité vis-à-vis des Palestiniens le monde reste muet devant ce problème la paix vaut mieux que la haine.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai toujours soutenu putin depuis plus de 10 annees mais chaque information nouvelle me confirme que putin n'est autre qu'un tres bon jongleur de cirque mondial. je retire donc finalement tout mon soutient passe mais aussi futur a putin . a moins que putin punisse les juifs et usa,

    RépondreSupprimer
  3. BIEN MAIGRE BILAN DU POUTINE : vendre des S/400 puis faire la guerre !!!!
    https://www.voltairenet.org/article209154.html

    RépondreSupprimer
  4. Une précision tout de même avant d'émettre des conclusions :

    Le 10/07/1952, à 41 ans, elle donnait naissance à un fils, Vladimir, le futur président de la Russie. C'est arrivé à la maternité. V.F.Snegireva dans la rue Mayakovsky. Il n'y avait pas de berceau à la maison, à cet effet un panier à linge à deux poignées a été équipé. Elle était croyante, portait une croix et allait à l'église. Le fils a été secrètement baptisé par le conjoint du parti dans l'église de la Transfiguration sur ul.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.