mardi 4 février 2020

La Russie a effacé une colonne blindée turque à Idlib



Comme annoncé dans Syrak. Ultimatum russe à Erdogan et Trump, la Russie a effacé une colonne blindée turque. Cette colonne turque a attaqué de front les forces syriennes dans la région d’Idlib, afin de protéger les terroristes islamistes de Jebhat al Nosra (aka Al-Qaïda).

Cela commence ainsi, selon les médias russes :
 "Le ministère russe de la Défense a justifié dans une déclaration, publiée lundi par l'agence " TAS ", que les forces du régime Assad ont pris pour cible les forces turques dans la campagne d'Idlib, et que les unités militaires turques "se sont déplacées à Idlib sans en informer la Russie", dans son communiqué. Le commentaire sur les bombardements des forces turques vise les forces du régime Assad à Idlib en réponse au ciblage par ces derniers de soldats turcs dans la région, tuant 6 d'entre eux et en blessant 9 autres. »
En vérité, les attaques ont été menées par des avions russes SU-34, qui ont anéanti une colonne turque envoyée à Idlib pour fournir un soutien direct à Al-Qaïda contre la Syrie, l'Iran et la Russie.
«Dans sa déclaration, le ministère russe de la Défense a estimé que les forces turques n’avaient pas informé la Russie de leurs mouvements à Idlib et avaient été bombardées par les forces du régime Assad tout en visant ce qu’elles qualifiaient de« terroristes ».
Erdogan se targue d'une attaque «énorme» contre les forces syriennes… mais la Russie déclare que cette attaque  ne s'est jamais produite
"Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé aujourd'hui lors d'une conférence de presse que les forces turques à Idlib ont tiré 122 coups de pièces d'artillerie et 100 obus de mortier sur 46 cibles des forces du régime d'Assad."
Puis la Turquie a publié ceci:
Fausse Histoire d'Erdogan :
«De sérieuses questions se posent quant à la capacité des systèmes russes de défense aérienne S300-400 qui couvrent l'espace aérien d'Idlib et qui semblent maintenant avoir permis à ce drone américain à longue distance de frapper sans entrave»
Bien sûr, la tentative turque d'amener les États-Unis dans le conflit en affirmant qu'un drone américain était en poste au-dessus des forces russes tuées par les troupes turques quelques jours auparavant est une forme de «retour à la maison pour retrouver maman».
Erdogan court toujours chez maman, qui, soit dit en passant, s'appelle «Netanyahou». [On l’a vu depuis 2011 : dès qu’un terroriste islamiste est blessé, il court se faire soigner en Israël. Erdogan ne déroge pas à cette tradition].
Ensuite, pour couvrir les morts de l'attaque de représailles russe contre la colonne turque, Erdogan a dressé sa liste des victimes syriennes, décédées que ni la Syrie ni la Russie ne connaissent:
«Il a ajouté que, selon les statistiques préliminaires, environ 35 membres des forces du régime d'Assad ont été tués, menaçant qu'il y ait environ 40 points pour le régime d'Assad dans la gamme des opérations de l'armée turque.
Il a souligné que «l’artillerie et les avions (F16) turcs répondent toujours aux bombardements de nos soldats à Idlib jusqu’à présent». »
Ensuite, la Russie les a frappé :
"Le ministère russe de la Défense a nié l'entrée des avions aériens turcs dans l'espace aérien syrien, et a déclaré que l'espace aérien à Idlib était sous la surveillance des forces russes, et que l'armée de l'air turque n'a pas violé la frontière syrienne, ni aucune attaque contre les positions des forces syriennes enregistrées.
Le différend entre la Turquie et la Russie à Idlib a été clair au cours des derniers jours, à la lumière du refus de la Russie d'accord avec la Turquie, et du soutien russe aux forces syriennes dans ses progrès dans la campagne d'Idlib et d'Alep et de son contrôle sur plusieurs villes et les villes dans le but d'ouvrir la route internationale Damas-Alep. "
Par Gordon Duff, Senior Editor Veterans Today
Des terroristes prisonniers révèlent le rôle de la Turquie dans la création d'Al Nosra (filiale d'Al-Qaïda)
Des militants de Jabhat al-Nosra capturés en Syrie * (une organisation terroriste interdite en Fédération de Russie) ont déclaré que la police militaire turque était directement impliquée dans la formation du "personnel" de l'organisation.
Cela a été dit aux journalistes par l'armée syrienne patrouillant dans la région d'Alep.
Les deux militants détenus - Mahmoud al Najim, alias Abou Abdal, et Hussein Abdul Aziz, alias Abou Ouday, sont syriens de naissance.
Selon eux, tous deux, après le déclenchement de la guerre ont voulu «s'échapper en Turquie» avec leurs proches, mais ont été détenus par des policiers turcs qui, selon eux, les ont forcés à rejoindre Jabhat al-Nosra  .
Voici ce que disent ces militants:
"Après l'arrestation, la police a déclaré que si je ne travaillais pas pour eux et ne me battais pas aux côtés de Jebhat al-Nosra *, ils tueraient ou arrêteraient ma famille ... Ils m'ont donné un salaire de 100 $",  a déclaré lors de l'interrogatoire Mahmoud al Najim.
«Ma famille n'avait pas assez d'argent pour se nourrir. Et ce détachement gagnait des hommes et donnait de l'argent. Je m’y suis inscrit. Ensuite, j'ai combattu dans différents groupes - Ahrar al-Sham, SSA, Brigade Zinki. Tous ces groupes faisaient partie de Jebhat an -Nosra “* a dit Hussein Abdul Aziz.
Ce qui, outre l'argent, fait que les mercenaires restent parmi les terroristes.
Quant aux proches des militants capturés, «les Turcs les ont envoyés dans un camp de réfugiés et sont retenus en otages - ils ont dit que pendant que je travaille avec Jebhat al-Nosra *, la famille est en sécurité», explique Al Najim.
Où «al-Nosra *» obtient-il de l'argent pour la guerre et les «salaires» des mercenaires
Selon les militants captifs, ( les militaires syriens les ont détenus ), la totalité de l'approvisionnement du groupe provient de la Turquie et de l'Arabie saoudite.
Cependant, les déclarations des militants capturés, que la Turquie soutient exactement les radicaux en Syrie, ne sont pas devenues une «révélation». Cela était connu en 2016.
Les radicaux combattant en Syrie, soutenus par la Turquie, veulent continuer la guerre
Recep Tayyip Erdogan ne comprend pas que la paix en Syrie est dans l'intérêt de son peuple et continue de soutenir les islamistes radicaux. À ce sujet, écrit la publication en ligne allemande Telepolis.
Du point de vue de Kamal Sido, Ankara est mécontente du cessez-le-feu qui a commencé en Syrie, et les islamistes radicaux, soutenus par la Turquie et l'Arabie saoudite, souhaitent que la guerre se poursuive.
«Malgré la reconnaissance officielle de l'opposition islamiste prétendument pro-occidentale, pro-saoudienne et pro-turque, il semble que ses groupes ne prennent pas au sérieux le cessez-le-feu en Syrie. Cette opposition continuera de se battre, elle compte toujours sur une victoire complète », déclare-t-il.
Selon lui, les opposants au leader syrien Bachar al-Assad s'attendent, avec l'aide du président turc et du roi saoudien, à expulser «tous les infidèles» du pays.
Sido explique pourquoi la Turquie n'est pas intéressée par un cessez-le-feu. «Elle se considère comme une victime et une perdante de la guerre en Syrie. Par conséquent, elle continuera ses provocations jusqu'à ce que le cessez-le-feu se transforme en effondrement. »
Nous ajoutons que le cessez-le-feu est en vigueur en Syrie depuis minuit le 27 février 2019. Cependant, il ne s'applique pas aux terroristes (DAECH, «Jebhat al-Nosra» et autres).
Selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov, de telles actions de la part de la Turquie pourraient saper l'accord conclu sur un cessez-le-feu.
Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Non non et non. Reprenons l'histoire: la Russie aide le peuple Syrien à retrouver sa liberté. Ils n'ont jamais demandé l'aide à Erdogan. Assad n'a jamais tué son peuple. C'est les terroristes sanguinaires et mercenaires à la solde de Erdogan et de l'Occident qui ont commis ces massacres.

    RépondreSupprimer
  2. Assad et ses supporteurs sont 20% de la population syrienne. Dites mois qui supporte le reste du peuple ? c'est la Turquie. Ceux que tiennent pour Assad sont les ceux que veulent la pressions éternel dictatorial sur ce peuple syrien.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.