samedi 29 février 2020

RUSSIE vs TURQUIE. "Je t’aime, moi non plusʺ


La Turquie et la Russie ont entretenu de bonnes relations au cours des dernières années. Le président islamiste, Recep Tayyip Erdoğan (alias le Prez), et le président russe Vladimir Poutine (alias le Tsar) ont entretenu des relations très cordiales durant cette époque.

Selon les données fournies par la BBC Türkçe, ils ont parlé environ 40 fois par téléphone et environ 24 fois en personne depuis le coup d'État de 2016.

Il est révolu le temps où les affaires intérieures et extérieures de la République de Turquie étaient résumées dans la célèbre phrase d'Atatürk "Paix au pays, paix à l'étranger" (20 avril 1931). Mais maintenant c'est la Nouvelle Turquie, une nation de croyants dirigée par un Tayyip Erdoğan trop ambitieux:
«La Turquie a été au premier plan de l'effort armé visant à renverser Bachar al-Assad depuis le tout début. Même si au cours des années précédentes, Erdoğan et Assad avaient été les meilleurs amis, depuis que les soi-disant protestations pacifiques contre Damas se sont déclenchées, devenant la guerre civile syrienne, il a été catégorique quant au fait que le régime dirigé par les Alaouites à Damas devait tomber et être remplacée par une administration favorable aux sunnites, sans doute dirigée par les Frères musulmans et / ou ses mandataires », comme je l'ai dit fin 2015.

Mais le président Poutine a alors mis les bâtons dans les roues: «Les avions de guerre russes ont lancé leurs premières frappes aériennes. . . contre des cibles de l'opposition en Syrie [le 30 septembre 2015] », comme le signalait alors la presse grand public.
Et par la suite, le gouvernement syrien a officiellement invité les Russes le 2 octobre 2015 à envoyer des troupes pour aider à la lutte contre diverses factions djihadistes (i.e. terroristes islamistes sunnites), dont ISIS/État islamique, qui luttaient pour renverser le gouvernement de Damas.
Et dans le contexte d'avions russes volant dans le ciel local, une grave crise diplomatique entre Ankara et Moscou s'est produite - à savoir lorsqu'un F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un Su-24 russe qui avait accidentellement pénétré dans l'espace aérien turc le 24 novembre 2015. .
À la suite de cette urgence absolue, «Vladimir Poutine et Tayyip Erdoğan se sont engagés dans une bataille de mots sur la Turquie et ses buts et objectifs politiques», comme je l'écrivais à l'époque.
Poutine n'a pas hésité à attaquer son homologue turc: «le problème n'est pas la tragédie dont nous avons été témoins hier. . . Le problème est bien plus profond. On observe . . . que la direction turque actuelle, depuis un nombre important d'années, poursuit une politique délibérée de soutien à l'«islamisation» de leur pays. »
Cette accusation peut sembler étrange compte tenu du fait que Poutine lui-même est bien connu comme un champion de l'Église orthodoxe en Russie. Le Tsar a émis ses critiques dans le cadre d'un «discours accusateur beaucoup plus large liant la Turquie sous l'AKP à l'État islamique (IS / ISIS / ISIL) et ses vols de pétrole et expéditions d'armes illégitimes».
Le Prez a répondu de manière plus facétieuse, affirmant que «l'Etat islamique vend le pétrole qu'il soutire à Assad. [Et] c’est aussi de là qu’il tire son argent », liant la Russie de Poutine à l’État islamique (IS / ISIS / ISIL).
Congélation et décongélation et nouvelle congélation des relations russo-turques
Malgré ce duel de mots, les deux dirigeants ont finalement pu se retrouver face à face. Avant que ce rapprochement ne puisse se produire cependant, Poutine a exercé une certaine pression sur Erdoğan, la Russie frappant la Turquie avec une série de sanctions - une «interdiction d'importer des fruits et légumes turcs, de la volaille et du sel. Interdiction de vendre des voyages à forfait russes en Turquie. Il comprenait la suspension de projets de construction impliquant des entreprises turques en Russie. Ainsi que des restrictions sur les citoyens turcs travaillant pour des entreprises enregistrées en Russie et la suspension du nouveau gazoduc de la mer Noire qui devait stimuler les exportations de gaz russe vers la Turquie », comme le précise consciencieusement la BBC. De cette façon, le Tsar a frappé le Prez là où ça lui faisait mal, dans le portefeuille de son pays.
Résultat de recherche d'images pour "caricature russie turquie"
En conséquence, ce dernier a pu constater l'erreur de ses choix, ce qui lui a permis de reprendre ses esprits et de présenter des excuses:
«Je tiens à nouveau à exprimer ma sympathie et mes sincères condoléances à la famille du pilote russe décédé et je dis:« Je suis désolé », rapporte Reuters citant une déclaration du Kremlin (27 juin 2016). Car au lendemain de l’abattage du jet russe - s’écrasant dans la région montagneuse de Jabal Turkman dans la province syrienne de Lattaquié - son pilote, le lieutenant-colonel Oleg Peshkov, qui avait sauté en lieu sûr, a été tué en l’air par un groupe armé de « Les rebelles turkmènes. "
Ces soi-disant «rebelles» faisaient partie des factions terroristes djihadistes combattant le gouvernement Assad. Le véritable Turkmène abattant le Russe s'est avéré être un citoyen turc, un jeune homme appelé Alparslan Çelik, originaire du district de Keban dans la province d'Elazığ.
Plus surprenant encore est le fait que ce tireur d'élite, qui n’est pas du toutun syrien turkmène, s'est même avéré être le fils d'un ancien maire appartenant à l'ultra-nationaliste (ou fasciste, si vous voulez) MHP (ou Parti du Mouvement nationaliste) , comme l'a indiqué la journaliste Tunca Öğreten.
Cette coloration politique explique probablement pourquoi Çelik a agi en tant que commandant de la brigade turkmène parcourant la campagne. À l'heure actuelle, le MHP soutient ouvertement le gouvernement dirigé par l'AKP et, en tant que groupe politique, le parti adopte un programme ouvertement raciste (ou turciste, si vous voulez). En tant qu'organisation turciste, le MHP soutient et aide toujours chaque groupe social ou individu revendiquant une identité turque (ou turciste).
Il se trouve que la zone où l’avion a été touché était une région où vivent des membres de la communauté ethnique turkmène de Syrie. Les autorités turques ont même affirmé que l'avion russe abattu avait participé à des attaques aériennes contre des villages turkmènes de la région, connus sous le nom de Bayirbucak (ou Bayırbucak, en turc).
Le journaliste turc Öğreten affirme même que les brigades turkmènes actives dans la région combattaient et s'entraînaient à l'époque avec le groupe terroriste djihadiste Jabhat al-Nosra (actuellement appelé «HTS» ou Hayat Tahrir al-Sham).
Le journaliste et commentateur de droite vétéran Taha Akyol explique que «les Turkmènes syriens se sont installés en Syrie avec les Seldjoukides [1072-1194], les Turkmènes des régions de Bayır et Bucak y ont été relocalisés d'Anatolie par les Ottomans [1299-1922], avec le sécurité de la route de pèlerinage vers La Mecque et, en réalité,  une stratégie démographique  . . » et même d'ajouter que « pour cette raison, ils ont beaucoup de parents en Turquie », ce qui pourrait sans doute expliquer la présence d'Alparslan Çelik sur le terrain.
Après les excuses publiques d'Erdoğan, les choses ont évolué assez rapidement. Les producteurs de tomates de Turquie étaient à nouveau satisfaits de pouvoir vendre leurs marchandises à la Russie. Ankara, dirigée par l'AKP, a de nouveau été mise en place là où les rêves de transformer la Turquie en un véritable centre énergétique étaient à nouveau vivants, avec des projets de pipeline TurkStream qui se sont concrétisés il y a quelque temps. Les touristes russes affluent à nouveau vers Antalya.
Et sur le plan politique et diplomatique, la Nouvelle Turquie de Tayyip Erdoğan a rejoint les grands garçons à la table de négociation - dans le cadre du processus d'Astana (qui a débuté les 23 et 24 janvier 2017) et de l'accord de Sotchi (22 octobre 2019), négocié les colonies qui étaient censées mettre un terme à la guerre civile pas si syrienne.
En conséquence, la Turquie est devenue une partie des réalignements de la nouvelle guerre froide, prenant sa place à côté de la Russie, de la Chine et de l'Iran - un développement qui a conduit le politologue pro-AKP Burhanettin Duran, qui dirige le groupe de réflexion turc SETA comme son directeur général, pour déclarer que «les alliés occidentaux de la Turquie ont effectivement contraint les Turcs à travailler plus étroitement avec Moscou et Téhéran »(6 octobre 2017).
À ce stade, le Dr Duran a déclaré que la Turquie semblait "se déplacer vers l'axe eurasien", mais a ajouté avec perspicacité qu'il "n'est pas possible d'ignorer les différences d'opinion entre la Russie et l'Iran". Et le refroidissement soudain actuel de l’amour russo-turc ne fait que souligner les réserves de Duran.
Les derniers développements de la guerre (pas vraiment civile)  en Syrie ont soudainement aigri les relations - à tel point que l'écrivain turc Burak Tuygan a même récemment proposé que «cette lune de miel [turco-russe] ne puisse pas durer longtemps», en particulier maintenant avec «l'émergence de les développements à Idlib »(12 février 2020).
Et le ministère russe de la Défense n'a rien fait à ce sujet, publiant une déclaration disant que «la raison de la crise dans la zone de désescalade d'Idlib est malheureusement le non-respect par nos collègues turcs de leurs engagements de séparer les militants de l'opposition modérée des terroristes, ” Un élément clé de l'accord de Sotchi.
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a pour sa part ajouté que «selon [l'accord de Sotchi], la partie turque s'est engagée à garantir la neutralisation des groupes terroristes à Idlib. Nous continuons de noter avec regret que ces groupes mènent des frappes à partir d'Idlib sur les forces syriennes et mènent également des actions agressives contre nos installations militaires », ajoutant de façon inquiétante que« c’est inacceptable ».
Sotchi et Idlib: le terroriste de l’un est le combattant de la liberté pour l’autre
En tant que tel, on ne peut que s'interroger sur la Russie et ses intentions, la Turquie s'étant vu confier une tâche impossible - séparer «les militants modérés des terroristes» - étant donné que le simple concept de «militant modéré» semble étranger à la réalité sur le terrain, et en particulier à Idlib.
Même  l'envoyé spécial des États-Unis, Brett McGurk, a déclaré officiellement que «la province d'Idlib est le plus grand refuge sûr d'Al-Qaïda depuis le 11 septembre, liée directement à Ayman al Zawahiri, c'est un énorme problème» (27 juillet 2017). Et cela semble être la raison derrière la position intransigeante actuelle de Prez sur Idlib, car j'ai soutenu ailleurs qu'il voyait  le «Théâtre syrien comme un laboratoire pour [son] agenda islamiste».
Le groupement HTS (Hayat Tahrir al-Sham), déjà mentionné, contrôle efficacement toute la province en tant qu’acteur clé, imposant son réseau de tribunaux de la charia à la population d’Idlib.
À côté du HTS, une foule d'autres petites factions terroristes du Jihad sont actives dans la province - comme le Jabhat al-Wataniya Li-Tahrir (ou Front de libération nationale / NLF), que la BBC appelle une «alliance rebelle soutenue par la Turquie, », Ce qui dénote sans doute son lien nominal avec la soi-disant ASL (ou al-Jaysh as-Sūrī al-Ḥurr ou Armée Libre Syrienne) maintenant rebaptisée ANS (ou al-Jaysh al-Watani as-Sūrī ou Armée Nationale Syrienne); Hurras al-Din (ou gardiens de la religion); et de manière significative, le PIT (ou Hizb al-Islami al-Turkistani ou Parti Islamique du Turkestan).
Dans le cadre de ce dernier groupe, le leader du HTS, Abu Mohammad al-Julani (Ahmed Hussein al-Shar'a), a déclaré ceci dans une récente interview à l'International Crisis Group (ICG): «Quant au Parti Islamique du Turkestan, les choses sont un peu différentes. Ces gars-là sont en Syrie depuis sept ans et n'ont jamais constitué une menace pour le monde extérieur. Ils se sont engagés uniquement à défendre Idlib contre l'agression du régime. En tant que Ouïghours, ils font face à la persécution en Chine - que nous condamnons fermement - et ils n'ont nulle part où aller. Bien sûr, je sympathise avec eux. Mais leur lutte en Chine n'est pas la nôtre, alors nous leur disons qu'ils sont les bienvenus ici tant qu'ils respectent nos règles - ce qu'ils font. »
En d'autres termes, je dirais que la Turquie, ou à tout le moins, le MHP désormais fermement aligné sur l'AKP ou ses formations populaires connues sous le nom de Loups Gris (ou Bozkurt ou Ülkücü, en turc) ont joué un rôle déterminant dans le transport de ces Ouïghours islamistes vers le théâtre syrien où ils ont rejoint avec enthousiasme le Jihad contre Assad comme une sorte de combat déplacé contre les autorités chinoises chez eux au Xinjiang.
Cela est expliqué par l'auteur basé à San Francisco, Chris Kanthan: «[de] 2009 à 2015, il y a eu beaucoup d'attaques terroristes par les djihadistes [ouïghours] (voici un exemple). C’est là que la Chine a décidé de sévir. Au plus fort de la guerre en Syrie, environ 18.000 musulmans [ouïghours] radicalisés se sont rendus en Syrie et ont rejoint l'EI pour combattre Assad », avec l'aide des Loups Gris désormais alliés au gouvernement de la Nouvelle Turquie, sans aucun doute.
Cependant, publiquement, le Prez hésite à approuver tout type d'agenda islamiste ou djihadiste en Syrie. Il a prononcé des mots exprimant des objectifs et des intentions très différents: «nos postes d'observation militaires jouent un rôle vital à Idlib et ils resteront en place. . . nous avons informé [les Russes] que nous ne permettons pas la réalisation d'un massacre civil et d'une [nouvelle] vague migratoire de réfugiés. »
Tayyip Erdoğan a fait ces annonces le 3 février 2020, lors d'une visite en Ukraine. En fait, le président turc joue vraiment avec le feu, car la veille, le gouvernement turc a promis une aide de 200 millions de TL (33,4 millions de dollars) à consacrer aux besoins de l'armée ukrainienne, comme l'a confirmé l'ambassadeur d'Ukraine à Turquie, Andrey Sibiga.
Compte tenu de la situation tendue dans l'Est du pays où les forces pro-russes sont confrontées aux assauts de l'armée ukrainienne ainsi qu’aux groupes armés d'extrême droite tels que le bataillon Azov - un conflit que l'Occident aime à présenter comme un exemple de « Agression russe »- cet échantillon de la générosité turque ne peut être considéré que comme un défi lancé par le Prez au Tsar.
Considérant que, en ce qui concerne la Syrie, les messages diffusés par Erdoğan expriment de manière générale des préoccupations humanitaires (avec des massacres et des crises de réfugiés possibles), impliquant même que le but des postes d'observation que la Turquie a installés sur les territoires syriens ne sert qu'à garantir la philanthropie d'Ankara dirigée par l'AKP en faveur de la population d'Idlib.
En réalité, cependant, ces incursions tant vantées de la souveraineté syrienne ne semblent même pas faire partie de la politique du gouvernement turc ni même d'une initiative des Forces armées turques (TSK). Au lieu de cela, ériger des postes d'observation dans tout Idlib était une idée que Tayyip Erdoğan a reçue de son proche conseiller Adnan Tanrıverdi et de l'organisation qu'il a fondée et supervise, SADAT A.Ş.
Cette organisation se présente comme «la première et la seule entreprise en Turquie à fournir des services de conseil et de formation militaire à l'échelle internationale dans le secteur de la défense et de la sécurité intérieure internationales». En d'autres termes, plutôt que de remplir une fonction stratégique ou tactique dans les plans militaires turcs en Syrie, les postes semblent avoir vu le jour en réponse à une opération conçue et facilitée par une entité privée et financée par l'État turc.
De cette façon, l'amour traditionnel pour la privatisation manifesté par l'AKP fait désormais également partie des opérations militaires de la Turquie, ce qui signifie qu'Erdoğan a également privatisé l'entreprise de guerre. D'une certaine manière, cette refonte des affaires militaires turques semble faire écho aux plans de Donald Rumsfeld exprimés à l'origine le 10 septembre 2001.
Et cela signifie qu'une décision interprétée par beaucoup comme prouvant les tendances expansionnistes de la Nouvelle Turquie fait en réalité partie d'un plan plus large de gagner de l'argent concocté par l'un des hommes de main de Prez - Adnan Tanrıverdi, l'homme qui, à la fin de l'année dernière, a provoqué un grand émoi dans la pays lorsqu’il a déclaré publiquement: «nous devons préparer le terrain pour la venue du Mahdi».
Pour être clair, je voudrais rappeler à tout le monde que «les musulmans sunnites et les chiites attendent une personne dénommée Al-Mahdi (les chiites l'appellent Imam Mahdi parce qu'ils s'attendent à ce qu'il soit leur 12e imam). . . Aucun Hadith ne nous dit explicitement le nom réel du Mahdi », comme on peut le lire sur le site web Discovering Islam.
Russie et Turquie: voisins, rivaux et ennemis ou amis
Bien que voisins partageant la Mer Noire, la Turquie entretient depuis longtemps des relations difficiles avec la Russie - en fait, depuis très longtemps, si nous voulons faire confiance au professeur Dr Halil İnalcık (1916-2016), parrain de la Turquie pour l'histoire ottomane et l'historiographie, qui a écrit un article savant en 1947, indiquant que l'année « 1569 marquait le début de la «rivalité ottomane-russe».
Une rivalité qui devait conduire à une guerre ouverte un peu plus d'un siècle plus tard (1677-78). Et la Turquie pseudo-ottomane dirigée par l'AKP aujourd'hui a été déchirée dans une véritable relation d'amour-haine avec son voisin du nord. Alors que la Turquie est souvent considérée comme un pont à cheval sur l'Europe et l'Asie, la Russie en tant que construction politique et culturelle est considérée comme occupant une «position double ou médiane entre l'Europe et l'Asie», comme l'a exprimé la spécialiste respectée de la Russie, le Dr Marlene Laruelle.
Ces mots obtus (ou cet exercice de verbiage académique) semblent indiquer que l'occidentalisation russe a progressé plus rapidement que celle de la Turquie (ou son prédécesseur impérial ottoman). En fait, le Tsar Pierre le Grand (1682-1725) semble avoir initié à lui seul sinon accompli cet exploit de transformation matérielle et culturelle, en «poussant par la force la Russie dans le monde occidental», comme le dit l'éminent historien BH Sumner (1893 -1951) en 1950.
De cette façon, le Tsar Pierre a définitivement éloigné Mère Russie de l'Orient où elle avait précédemment occupé le poste du défunt «Empire byzantin» (330-1453) en tant que Puissance Centrale locale de la chrétienneté orthodoxe.
Dans son nouveau livre, Reclaiming Byzantium (Récupérer Byzance), l'historienne Dr Pınar Üre affirme que «la Russie impériale a ouvert l'un des principaux centres mondiaux d'archéologie byzantine à Istanbul [en 1894], l'Institut russe d'archéologie - son but était de faire valoir que la Russie était l'héritier correct de «Tsargrad» (comme Istanbul était mentionné dans les cercles russes). » [1]
Le travail du Dr Üre ajoute une dimension religieuse à la tension actuelle entre Moscou et Istanbul (de nos jours, Ankara bien sûr), une dimension qui n'a probablement pas non plus échappé à l'attention du président Poutine, car je dirais qu'il a « poussé un programme orthodoxe à depuis son arrivée au pouvoir à la fin de l'année 1999. » [2]
Pourtant, loin des sphères religieuses ou idéologiques, en termes de modernisation comme d'occidentalisation, les Ottomans (ou la Turquie, si vous voulez) ont pris du retard, car ils n'ont pu participer au Concert européen des Nations qu'un siècle plus tard que leur voisins du nord - comme Pierre le Grand, le sultan Mahmud II (1808-39) força ses sujets à s'habiller à la mode européenne et «changea complètement la structure de l'empire ottoman. L'occidentalisation proprement dite a commencé sous son règne », comme l'a déclaré l'historien populaire turc Erhan Afyoncu. Le fils et successeur du sultan Mahmud,  Abdülmecid (1839-61) a proclamé l'édit impérial de Gülhane qui a conduit directement aux réformes Tanzimat (1839-76) qui ont complètement modernisé l'État ottoman et ses institutions.
Ces deux voisins situés sur le flanc oriental de l'Europe se sont donc tous deux lancés dans un processus de modernisation drastique d’occidentalisation pour se retrouver le plus souvent en désaccord: «Les guerres russo-ottomanes ont eu lieu entre la fin du XVIIe et la fin du XIXe siècle. . . La Russie [a été] en guerre contre l'Empire ottoman. . . plus souvent . . . qu'avec n'importe quel autre pouvoir », explique l'historien Victor Taki.
Dans son livre Tsar and Sultan de 2016, le Dr Taki raisonne même que « des représentations essentiellement textuelles des réalités brutales des conflits russo-turcs ont contribué à l'orientalisation de l'Empire ottoman [aux yeux des Russes] et ont aidé à construire l'identité russe en tant que contre-image du Turc diabolisé. "
Ces mots montrent à quel point les deux voisins ont vraiment été interdépendants, bien que la plupart du temps de manière hostile, pendant de longues périodes. Cependant, au lendemain de la Grande Guerre, l'Union soviétique (en tant que successeur de l'Empire russe) était d'abord en bons termes avec son voisin du sud, fournissant même un soutien logistique et autre au mouvement de résistance turc dirigé par Mustafa Kemal (qui sera connu sous le nom d'Atatürk, 1881-1938) [3].
Après la création de la République de Turquie (1923), un traité d'amitié turco-soviétique a été signé en 1925, qui a été renouvelé en 1929, 1931 et 1935, l'Union soviétique fournissant même une assistance technique et des prêts sans intérêt. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale (1939-45) a amené la Turquie à s'engager dans une grande variété de manœuvres diplomatiques qui ont permis au pays de rester neutre jusqu'à la fin.
Alors que la fin de la Seconde Guerre mondiale a cédé la place à la guerre froide entre l'Est et l'Ouest, avec le largage de bombes atomiques sur le Japon (août 1945) comme le coup d'envoi informel de ce dernier conflit, comme le soutiennent habilement Oliver Stone et Peter Kuznick dans leur histoire magistrale Untold History of the United States.
En conséquence, la République turque qui venait de rejoindre la partie alliée a été utilisée comme tête tampon contre l'Orient communiste. Au lendemain de la guerre froide et de l'effondrement de l'Union soviétique, la Turquie a grandement profité des liens commerciaux et des échanges avec les nouveaux États du nord et du nord-est. Pourtant, les relations politiques étaient tendues, en particulier lorsque la Russie a violemment maîtrisé les séparatistes tchétchènes déterminés à rompre avec Moscou et la Fédération de Russie (1994-1997, 1999-2009).
En tant que musulmans et, en tant que nombreux réfugiés tchétchènes qui avaient fui vers les terres ottomanes dont les descendants sont maintenant des Turcs (ou des citoyens turcs, si vous voulez), la République s'est également sentie moralement obligée de soutenir la position tchétchène contre la Russie. Mais finalement, comme indiqué ci-dessus, la Turquie dirigée par Erdoğan est parvenue à un accord avec la Russie dirigée par Poutine.
Actuellement à Idlib
Mais maintenant, le soutien ouvert de Tayyip Erdoğan à l'activité terroriste djihadiste à Idlib a mis à rude épreuve les relations de la Turquie avec la Russie, qui avaient été quelque peu fragiles au début, compte tenu de l'histoire désormais fastidieuse du président turc de diffamation envers son homologue syrien et de la Russie qui a épousé ouvertement la position du gouvernement de Damas.
Résultat de recherche d'images pour "caricature russie turquie"L'armée arabe syrienne (ou AAS) a agi contre les points d'observation turcs à Idlib, qui constituent fondamentalement un casus belli légitime car ils composent une occupation étrangère du sol national, en ce qui concerne le gouvernement Assad: « L’AAS encercle des postes d'observation turcs depuis août 2019 alors qu'elle a repris les territoires détenus par l'opposition. » L’allié russe de la Syrie s’est également exprimé ouvertement sur la Turquie, son incursion et son non-respect des accords conclus antérieurement.
L’affirmation susmentionnée de Burak Tuygan selon laquelle la lune de miel turco-russe est terminée n’a cependant pas tenu compte des incroyables talents de danseur (Derviche Tourneur) du Prez qui lui permettent de faire des pirouettes entre l’Est et l’Ouest, entre Moscou et Washington, entre Poutine et Trump. Et cette capacité inquiétante a conduit à une réunion de haut niveau entre les délégations turque et russe à Moscou les 17 et 18 février.
Hélas, ces réunions semblent n’avoir abouti à aucun résultat réel, comme l’a déclaré par la suite le porte-parole de l’AKP, İbrahim Kalın: «Il n’ya pas eu de résultat satisfaisant pour la Turquie lors des réunions avec la Russie sur  Idlib. Nous avons rejeté le papier et la carte qui nous étaient proposés. » Dans le cas suivant, Erdoğan a proposé une réunion multilatérale le 5 mars.
L'agence de presse Reuters rapporte que «les dirigeants allemand et français ont exprimé leur inquiétude quant à la situation humanitaire à Idlib et ont appelé à la fin du conflit, tandis que le Kremlin a déclaré qu'il discutait de la possibilité de tenir un sommet à quatre» le 4 mars 2020.
Dans le même temps, le président turc a été en contact avec son homologue américain, lui réclamant un soutien aérien et "deux batteries de systèmes de missiles Patriot pour protéger sa zone frontalière des attaques aériennes". En d'autres termes, le Prez continue d'effectuer ses pirouettes à couper le souffle, mais on ne peut que se demander combien de temps il pourra continuer à tourner  comme une toupie.
Évaluant ces récents péripéties turco-russes, le chroniqueur du Hürriyet Daily News, Barçın Yinanç a récemment proposé, de manière factuelle ou d'une manière tout à fait cynique, que «le président russe Vladimir Poutine trouvera certainement une solution que la Turquie présentera en tant que compromis à son propre public. » Yinanç pense donc que le Tsar trouvera un moyen pour le Prez de sauver la face afin que la Turquie puisse avoir son gâteau et le manger aussi.
Le soutien de Tayyip Erdoğan au Jihad contre Assad signifiera-t-il sa fin sur la scène internationale, ce qui pourrait également conduire à une débâcle nationale, ou pourra-t-il encore une fois rester au sommet et continuer à gouverner sa terre avec une poigne de fer et une paume ouverte, distribuer librement des cadeaux à ses partisans et à ses croyants islamistes?!?
 Résultat de recherche d'images pour "assad doit partir"Résultat de recherche d'images pour "assad doit partir"
Erdoğan succombera-t-il à la malédiction «Assad doit partir» ou continuera-t-il à chevaucher vers le coucher du soleil?! ?? Comme d'habitude, seul le temps nous le dira.

Par  Dr. Can Erimtan. 21st Century Wire
Le Dr. Can Erimtan, est un historien indépendant et analyste géopolitique qui vivait à Istanbul. À l'heure actuelle, il est en exil volontaire en dehors de la Turquie. Il s'intéresse beaucoup à la politique, à l'histoire et à la culture des Balkans, du grand Moyen-Orient et du monde au-delà.
----------------------------------------------------

Un bombardement meurtrier pour avertir la Turquie de mettre fin à ses escapades

Le 27 Février a vu une escalade extraordinaire alors que l’armée de l’air russe bombardait un bataillon d’infanterie turc qui se dirigeait au sud de l’autoroute M4 et s’approchait de la ligne de front sud. Metin Gurcan a analysé l’événement :
Qu'est-ce qui s'est passé exactement le 27 février ? Vers 17 heures, un bataillon d'infanterie mécanisé turc, composé d'environ 400 soldats, est devenu la cible d'une frappe aérienne sur une route entre al-Bara et Balyun, à environ 5 kilomètres (3 miles) au nord de Kafr Nabl dans le sud d'Idlib. Selon des sources locales contactées par Al-Monitor, deux avions de combat Sukhoi Su-34 russes et deux avions de chasse syriens Su-22 ont intensivement bombardé des cibles de l'Armée nationale syrienne (SNA) soutenue par la Turquie dans le sud d'Idlib vers 11 heures ce jour-là. Les mêmes avions ont frappé le convoi turc dans une action coordonnée, ont indiqué les sources. Une première frappe relativement légère des Su-22, a forcé le convoi à s'arrêter, après quoi les coups se sont intensifiés, forçant les soldats à se réfugier dans plusieurs bâtiments en bordure de route. Ce qui a suivi ensuite a probablement été le largage de bombes KAB-1500L - une variante des bombes avancées de bunker-buster guidées par laser capables de pénétrer jusqu'à des profondeurs de 20 mètres (65 pieds) - par les jets russes. Deux des bâtiments se sont effondrés lors de l'attaque, laissant les soldats turcs sous les décombres.
Au moins 35 soldats turcs, certains disent 55, ont été tués et quelque 60, ou plus ont été blessés.
L’incident a été un signal envoyé à la Turquie pour que cesse ses escapades.
Au cours des dernières semaines, la Turquie a utilisé de gros drones armés pour attaquer l’armée syrienne. Les troupes turques du gouvernorat d’Idleb avaient en outre utilisé des missiles de défense aérienne portables (MANPAD) contre des hélicoptères syriens et des bombardiers russes. Ça suffisait comme ça.
La Turquie n’est pas autorisée à utiliser des drones dans l’espace aérien syrien. Mercredi, la défense aérienne syrienne a détruit l’un d’eux.
Utiliser des MANPAD contre des avions russes est un acte de guerre. La frappe russe a rappelé aux Turcs qu’elle est tout à fait en mesure de répliquer.
La Russie a nié que ses avions avaient lancé l’attaque et la Turquie a accusé la Syrie de l’avoir fait. Mais ces déclarations visent à désamorcer la tension et à permettre la poursuite des relations pacifiques entre la Russie et la Turquie. Les deux parties savent très bien ce qui s’est réellement passé.
Erdogan menace toujours de lancer une attaque de grande envergure contre l’armée syrienne le 1er mars. Il a menacé de la repousser aux anciennes lignes de cessez-le-feu du mémorandum de Sotchi. La Russie a déplacé deux frégates en mer Méditerranée qui sont armées de missiles de croisière, qui seront utilisés si la Turquie tente réellement de mettre en œuvre son plan idiot.
L’OTAN et les États-Unis ont tous deux refusé de s’impliquer dans l’affaire d’Idleb. 
La Turquie est seule et Erdogan devra faire attention. 
Il ne perd pas seulement en Syrie mais aussi en Libye et il ne peut pas risquer d’énerver la Russie car l’économie turque en dépend.
NOTES de H. Genséric
[1] Tsargrad est le nom prophétique qui était donné par les anciens slaves à Constantinople (aujourd'hui Istanbul) et que, selon les panslavistes, devrait porter cette ville une fois que les Russes en auraient pris possession et en auraient fait la capitale. Non pas celle de l'Empire russe, mais celle d'une grande fédération slave à créer. Fiodor Dostoïevski était un des principaux hérauts des espérances panslavistes, notamment sur la ville de Constantinople et il y il consacra plusieurs pages de son Journal d'un écrivain. Le sous titre de l'article du mois de mars 1877 de ce Journal s'intitule : Encore une fois, Constantinople doit être à nous tôt ou tard.
« Oui, la Corne d'Or et Constantinople - tout cela sera nôtre... Et d'abord cela se fera par la force des choses, parce que le temps est venu... Si cela ne s'est pas produit plus tôt, c'est que les temps n'étaient pas encore mûrs. » . Source Wikipédia
[3] Parmi les grandes langues du monde musulman, c’est le turc qui a subi la transformation la plus spectaculaire au XXe siècle. Les Turcs n’ont pas seulement abandonné l’alphabet arabe en 1928 (Ataturk était d’origine juive Donech), ils ont aussi épuré leur langue littéraire au point qu’elle a perdu presque entièrement sa physionomie « islamique ». Partant à l’origine d’objectifs de modernisation plutôt modérés, le mouvement de réforme allait, sous l’influence d’un nouveau nationalisme turc républicain et anti arabo-musulman, déboucher sur une véritable révolution culturelle. Le rôle joué par la religion dans le cadre de la modernisation du turc aux XIXe – XXe siècles est un aspect négligé des études sur la Réforme (ou « Révolution ») linguistique en Turquie. Le débat, mené avec les arguments les plus divers, commence très tôt. C’est surtout autour de la question de l’alphabet et de la création d’une terminologie moderne que la religion entre en jeu. L’attachement à l’ « alphabet musulman », et, en ce qui concerne les termes techniques, aux ressources lexicales fournies par la dérivation arabe, a été pendant longtemps extrêmement puissant. Le souci de créer un vocabulaire scientifique en accord avec les autres « langues islamiques » a encore pu guider un penseur nationaliste comme Ziya Gökalp. Ce n’est qu’à partir des années 1930 que commence, sous l’influence d’un nouveau nationalisme républicain pro sioniste (la Turquie sera le premier et le seul pays musulman à reconnaître Israël, car beaucoup de Turcs se considèrent comme les héritiers de la Khazarie juive, détruite par les …Russes), une évolution qui peut être qualifiée aussi de « désislamisation ». Dans le domaine de la langue, l’évolution qui a commencé par l’adoption de l’alphabet latin et qui s’est poursuivie avec l’élimination des éléments arabo-persans, est devenue irréversible aujourd’hui, même si certains milieux islamistes s’obstinent à rejeter les innovations. Quant à la langue religieuse, l’innovation semble avoir atteint ses limites - même si la turcisation de la langue de la prière continue à être débattue.
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Aujourd'hui de s24 abattu plus des systèmes de défense aérienne 😂😂😂🤣🤣🤣

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.