samedi 11 avril 2020

COVID-19. La chasse au patient zéro


Le terme patient zéro, ou cas index, est utilisé pour désigner la première personne d'une épidémie à avoir été contaminée par un agent pathogène.
Il peut être porteur sain, mais il est important de l'identifier pour contenir la maladie, et pour s'assurer qu'une nouvelle épidémie ne reprendra pas. En effet, son identification permet d'identifier les personnes ayant été en contact avec lui et donc potentiellement contaminées. De plus, il permet de trouver le réservoir de la maladie, les lieux à désinfecter, etc.

Trouver le cas index, ou Patient Zero, d'une épidémie est essentiel pour comprendre et enrayer la transmission. La datation de sa première apparition, le séquençage de ses génomes, le suivi des changements dans sa structure génétique et la recherche de la racine de son arbre généalogique génétique aident à estimer l'ampleur et la portée de la transmission de l'épidémie, à trouver des hôtes intermédiaires, à comprendre comment la propagation a eu lieu et à freiner la transmission future en concentrant les ressources pour le contenir. Étant donné que les données de séquençage génétique ne peuvent provenir que des personnes diagnostiquées, les agents de santé s'appuient toujours sur la recherche des contacts pour trouver des personnes dont les infections n'ont pas été détectées. Une fois qu'un patient est diagnostiqué, ses contacts principaux doivent être localisés et interrogés sur les symptômes pertinents et, si l'un de ces contacts tombe lui-même malade, il déclenche une deuxième couche de recherche de contacts et la charge de travail augmente de façon exponentielle. La longue incubation et la transmission asymptomatique de Covid-19 peuvent rendre la recherche herculéenne: les responsables de la santé indiens ont contacté 2666 personnes après la confirmation du premier cas au Karnataka.
Tous les responsables de la santé publique sur terre le savent encore, malgré ses obligations envers l’OMS, le CDC refuse d’identifier le Patient Zero américain et attaque ceux - y compris l’OMS elle-même - qui demandent ces informations. La thèse de cet article est que la dissimulation du CDC échouera et les révélations qui en découleront accéléreront la chute de notre Première République [1].
***
En 2012, la Rand Corporation a conclu que `` les seules menaces capables de détruire le mode de vie américain sont les pandémies ''.
En 2015, après qu'Ezra Klein eut parlé à Bill Gates de son modèle algorithmique montrant comment une nouvelle souche de grippe pouvait se propager rapidement, il a écrit, «Une pandémie est la catastrophe la plus prévisible de l'histoire de la race humaine, ne serait-ce que parce qu'elle est arrivée à la race humaine plusieurs fois auparavant
En 2017, le Dr. Anthony Fauci a déclaré «sans aucun doute» que le président Trump ferait face à une pandémie virale pendant son mandat. En 2019, le rapport sur la pandémie de la Crimson Contagion du HHS, marqué `` à ne pas divulguer '', a révélé que les agences fédérales tentaient de déterminer qui était en charge, les États et les hôpitaux luttant pour déterminer quels équipements étaient stockés ou disponibles, et les villes et les États suivaient leurs propres voies sur les fermetures de groupes et d'écoles. C'est vraiment étonnant, car depuis :
*   Patient Zero pour la grippe espagnole et la grippe porcine (les pandémies les plus meurtrières [2] de leurs siècles), étaient des Américains.
*   Notre système de santé publique est si inefficace que nous accueillons maintenant des maladies endémiques comme typhus, généralement observées uniquement en temps de guerre.
*   Notre système de santé publique est si inefficace que notre espérance de vie et notre bonne santé à la naissance sont inférieures à celles de la Chine.
*   Le CDC est remarquablement corrompu.
*   Le CDC a souvent mis du temps à détecter les flambées pandémiques et n'a pas voulu les retracer.
*   Le CDC classe les discussions sur Covid-19 Top Secret.
*   Le CDC est dirigé par un officier militaire non scientifique.
*   Le CDC n'a rien fait lorsque l'OMS a publié son avertissement le 3 janvier.
*   Le CDC a bloqué les tests Covid-19 pendant des mois après que des milliers de personnes aient commencé à mourir.
Le CDC a démantelé notre système de santé publique. En 2018, la Maison Blanche a poussé le Congrès à éliminer 252 millions de dollars pour les programmes de sécurité contre les maladies et à réduire les dépenses de santé de 15 milliards de dollars en réduisant les budgets opérationnels du CDC, du NSC, du DHS et du HHS de lutte contre les maladies et en éliminant le Fonds pour les crises complexes de 30 millions de dollars. Le président a ordonné la fermeture de l'unité de la sécurité sanitaire globale du Conseil de sécurité nationale et a réaffecté l'amiral Timothy Ziemer et son équipe. Le conseiller à la sécurité nationale de l'époque, John Bolton, a fait pression sur son homologue du DHS, Tom Bossert, pour qu'il démissionne lui aussi, et aucune des deux équipes n'a été remplacée. Une grande partie du personnel de la section Santé globale du CDC a été licenciée et les pays coopérants ont été ramenés de quarante-neuf à dix, et le directeur du CDC, Robert Redfield, a demandé une nouvelle réduction de 7 milliards de dollars pour l'exercice 2021. En novembre dernier, un groupe d'experts bipartite convoqué par le CSIS a conclu «Les États-Unis doivent soit payer maintenant pour obtenir protection et sécurité, soit attendre la prochaine épidémie et payer un prix beaucoup plus élevé en coûts humains et économiques.»
Une série d'événements malheureux.
Le 30 juin 2019, une pneumonie de cause inconnue à Greenspring, une maison de soins infirmiers à quinze minutes de Fort Belvoir [3], en Virginie, a fait trois morts et 54 malades.
Le 9 juillet, une autre pneumonie de cause inconnue a été signalée à Alexandria, en Virginie, et toutes les images pulmonaires montraient l’ombre du «verre dépoli» typique de Covid-19. Par coïncidence, le CDC a choisi cette date pour retirer le seul épidémiologiste américain intégré au CCDC de Pékin. La semaine suivante, une épidémie de pneumonie a été signalée dans une maison de soins infirmiers à Burke, en Virginie, et le Virginia State Health Bureau a interdit les activités collectives et a commencé à dépister les résidents dans les établissements de soins assistés et nécessitant une meilleure hygiène. Début août, le CDC a étendu son système de détection des patients atteints de pneumonie et, dans une intervention civile sans précédent dans les affaires militaires, a fermé le principal laboratoire de guerre biologique de l'armée (et le site de Superfund), ), Fort Detrick, MD où, selon un scientifique principal, l'atmosphère était une de «peur et de méfiance».
Fin août, le Virginia Department of Health a confirmé trois autres cas de maladie pulmonaire grave d'origine inconnue. Entre août et octobre, 2500 patients ont signalé des symptômes gastro-intestinaux commençant avant les symptômes respiratoires, avec de la fièvre, une fréquence cardiaque élevée et un nombre élevé de globules blancs - tous les symptômes typiques de Covid-19. Beaucoup ont cherché des soins ambulatoires à plusieurs reprises avant l'hospitalisation et leurs images pulmonaires montraient une ombre de «verre dépoli». Cinquante pour cent avaient besoin d'une intubation, plusieurs nécessitaient de l'oxygène supplémentaire et certains nécessitaient une ventilation assistée. Cinquante-trois sont morts et la cause de l'épidémie reste inexpliquée [4]. Une épidémie similaire [5] s'est produite simultanément en Lombardie, en Italie.
Le mois suivant, le directeur adjoint de la CIA a participé à un exercice sur table en cas de pandémie, événement 201, qui a modélisé une pandémie fictive de coronavirus et, après des années de réduction des effectifs, le CDC a commencé à embaucher des gestionnaires de quarantaine:
En janvier, après des séances d'information privées sur la pandémie de COVID-19, cinq sénateurs ont évité des pertes importantes en vendant leurs actions importantes et 219 PDG, la plus grande cohorte de tous les temps, ont pris leur retraite au sommet du marché boursier.[Voir : L’ère des pirates du COVID-19 (2/2). Pourquoi des centaines de PDG ont-ils démissionné juste avant l'épidémie de coronavirus? ]
Le 3 janvier, ILINet[6] fonctionnait normalement lorsque l'OMS a alerté le CDC de Covid-19. Lorsque Pékin a téléchargé sa séquence génétique une semaine plus tard, le CDC a interdit à ses sentinelles, y compris le Dr Helen Chu[7],  de l'UW, de la tester. Un lecteur du New York Times a commenté [8]  qu'une telle suppression d'informations est courante avec le CDC: «Je suppose que son laboratoire continue d'effectuer des tests pour la recherche mais n'a pas le droit de partager les résultats avec les autorités de santé publique. J'étais auparavant l'investigateur principal d'une étude d'imagerie cérébrale non clinique approuvée par l'IRB pour la recherche il y a de nombreuses années. Nous avons décidé que dans les rares cas où nous avons détecté une anomalie dans le cerveau d'un participant, nous suggérons fortement de consulter un clinicien. De même, votre laboratoire pourrait peut-être informer un participant dont le test est positif pour le virus dans votre étude de consulter immédiatement un médecin. »
Deux mois plus tard, le Dr Chu a ignoré l'injonction du CDC et a immédiatement découvert des décès de Covid-19 à Seattle. Le CDC fait toujours obstacle et décourage les tests.
DETROIT - UNE INFIRMIÈRE a été retrouvée morte d'un coronavirus après que son employeur aurait refusé de la tester parce qu'elle ne présentait aucun symptôme. Lisa Ewald, 53 ans, a travaillé comme infirmière à l'hôpital Henry Ford de Détroit pendant plus de 20 ans, mais est décédée la semaine dernière après avoir été exposée au virus mortel. Ewald a déclaré qu'elle croyait avoir été exposée au coronavirus par un patient vers le 24 mars alors qu'elle travaillait aux urgences. Le voisin Alexis Fernandez a déclaré qu'Ewald avait immédiatement essayé de se faire tester, mais que son employeur lui avait dit qu'elle ne pouvait pas le faire jusqu'à ce qu'elle présente des symptômes. Selon sa famille, l'infirmière s'est vu refuser un test à deux reprises.
WASHINGTON - Un coroner de l'Indiana a voulu savoir si le coronavirus avait tué un homme début mars, mais a déclaré que son service de santé avait refusé un test. Les ambulanciers paramédicaux de New York disent que de nombreux patients décédés à la maison n'ont jamais été testés pour le coronavirus, même s'ils présentaient des signes révélateurs d'infection. En Virginie, un directeur de funérailles a préparé les restes de trois personnes après que les agents de santé l'ont averti qu'ils avaient chacun été testés positifs pour le coronavirus. Mais un seul des trois avait le virus noté sur le certificat de décès. Aux États-Unis, même si les décès de coronavirus sont enregistrés en nombre terrifiant - plusieurs centaines par jour - le vrai nombre de morts est probablement beaucoup plus élevé. New York Times, 7 avril 2020.
La chasse au patient zéro
Des recherches chinoises montrent que le virus a été introduit de l’étranger dans leur pays [Voir : CONFIRME. Les USA ont introduit le COVID-19 en Chine à l'occasion des "Jeux Militaires" de Wuhan]. Des études japonaises et taïwanaises indiquent que les États-Unis sont sa source probable, et les autorités russes et tchèques partagent ces soupçons. [9]. Kristian Andersen, biologiste évolutionniste du Scripps Institute, a déclaré qu'il était `` tout à fait plausible '' que des personnes infectées aient introduit le virus sur le marché des fruits de mer de quelque part à l'extérieur et daté de leur `` ancêtre commun le plus récent '' dès le 1er octobre 2019, lorsque des athlètes américains ont participé à les Jeux mondiaux militaires 2019 à Wuhan. Daniel Lucey, expert en maladies infectieuses à l'Université de Georgetown, a déclaré que la première infection avait été confirmée en novembre 2019 (pas à Wuhan), suggérant que le virus était originaire ailleurs. "Un groupe a indiqué l'origine de l'épidémie dès le 18 septembre 2019. La Chine doit avoir réalisé que l'épidémie n'était pas originaire de ce marché de fruits de mer de Wuhan Huanan." Lucey a également noté que le MERS provenait à l'origine d'un patient en Arabie saoudite en juin 2012 [Voir Il est beau, le pipi de chameau ] , mais plus tard, des études plus approfondies l'ont établi à une épidémie hospitalière antérieure de pneumonie inexpliquée en Jordanie en avril de la même année et aux histoires d'origine des médias occidentaux sur Le SRAS, le MERS et le ZIKA se sont tous révélés faux par la suite.
Preuve circonstancielle
*   Le directeur du CDC est un officier militaire de carrière et un non-scientifique.
*   Le CDC a bloqué les tests Covid-19 pendant des mois et y fait toujours obstacle.
*   Le CDC discute de Covid-19 dans une installation top secrète et sécurisée parce que, selon les membres du personnel, "cela a quelque chose à voir avec la Chine".
*   Ce n'est que sous la persistance des interrogatoires du Congrès que le directeur du CDC a révélé à contrecœur l'existence de cas antérieurs diagnostiqués comme grippaux.
*   Le directeur du CDC refuse catégoriquement de discuter du Patient Zero.
*   Les médias occidentaux ne montrent aucun intérêt à enquêter sur Patient Zero.
*   Les médias occidentaux rejettent les questions sur Patient Zero comme «politiques» malgré le fait qu’elles soient scientifiques.
*   De puissants responsables du gouvernement américain connaissaient à l’avance l'épidémie
*   Les médias attaquent l'Organisation mondiale de la santé depuis des mois.
*   Le président Trump a menacé de retirer son financement à l'OMS.
***
Ensuite, pour obtenir de la publicité pour une analyse qui aurait pu être effectuée sur un ordinateur de bureau, la Chine a choisi Tianhe, le premier ordinateur pétaflop du monde, pour comparer les images pulmonaires attribuées au vapotage et à Covid-19. À l'aide d'une analyse assistée par l'IA dont la précision de l'algorithme est supérieure à 99%, Tianhe-1 a trouvé une forte probabilité de Covid-19 dans l'image CAT d'un patient qui est tombé gravement malade entre juillet et août en Caroline du Nord. Les caractéristiques comprenaient des taches blanches empiétant sur les parties inférieures des deux poumons, un phénomène soulevant les sourcils de certains radiologues au début de l'épidémie, car il était rarement observé dans d'autres types de pneumonie. Selon le rapport généré par l'IA, "L'image montre les caractéristiques de Covid-19, et un diagnostic complet est recommandé en combinaison avec des informations épidémiologiques et d'autres caractéristiques cliniques." Le patient était l'un des cinq qui s'est présenté à l'hôpital WakeMed de Raleigh, en Caroline du Nord à peu près au même moment, avec des lésions pulmonaires aiguës, selon des informations sur le site Web du CDC. Le Dr Kevin Davidson, qui dirigeait une équipe médicale qui a examiné les patients à WakeMed, a défendu le diagnostic d'origine mais, a déclaré un médecin de Wuhan, «Le désaccord entre Tianhe et WakeMed pourrait être résolu par un test de laboratoire pour le nouveau coronavirus dans les échantillons du patient. Si les échantillons ne sont plus disponibles, un test d'anticorps peut être effectué à la place. " Les cochons voleront…
Vérité et conséquences
Il y a plusieurs autres rounds à mener mais, si la Chine gagne, ce sera une douce revanche pour les nombreuses attaques biologiques de l'Amérique depuis 1951 [11], y compris le vol par Harvard de milliers d'échantillons biologiques dans les années 1990 et les récentes épidémies d'origine mystérieuse. Avec quatre-vingt-dix pour cent de ses effectifs déjà remis en service, si la Chine gagne, où sera le monde dans douze mois si :
*   Covid-19, comme la grippe porcine et la grippe espagnole, a commencé aux États-Unis?
*   Covid-19 a commencé dans une installation de guerre biologique notoirement dangereuse?
*   Le gouvernement américain et les médias l'ont dissimulé?
*   Les États-Unis ont accusé une nation innocente?
*   Les États-Unis ont fait de l’OMS le bouc émissaire?
*   Les États-Unis ont mal géré leur propre épidémie de manière désastreuse?
*   La dissimulation américaine a précipité une nouvelle crise financière?
*   La Chine a de nouveau sauvé le monde de la récession américaine?
Pour les politiciens qui cherchent à détourner l'attention de leurs propres lacunes et à obtenir la faveur de la nouvelle superpuissance, blâmer l'Amérique peut se révéler irrésistible.
Post-scriptum: le fait que le HHS et le CDC pourraient être impliqués dans la vilénie n'est pas une nouvelle. Dans les années 1980, Linus Pauling a décrit les longueurs criminelles auxquelles le HHS est allé discréditer des années de recherche prometteuse sur les effets de la vitamine C sur la longévité de milliers de patients cancéreux.

Notes
[1] To understand how and why republics fall, read The Collapse of the Third Republic: An Inquiry into the Fall of France in 1940, by William L. Shirer.
[2] Patient Zero for the 1918 ‘Spanish Flu’ was traced to Kansas City. Patient Zero for H1N1 officially occurred in San Diego in April, 2009, but three unrelated clusters during March suggest that transmission began earlier.
[3] The US Military Games team trained at Fort Belvoir before competing in Wuhan.
[4] The CDC does not actually count and then report the number of people who contract influenza or pneumonia during the flu season, “Because influenza surveillance does not capture all cases of flu that occur in the U.S., CDC provides these estimated ranges to better reflect the larger burden of influenza. These estimates are calculated based on CDC’s weekly influenza surveillance data and are preliminary.” The numbers are statistical estimates only.
[5] Doctor Giuseppe Remuzzi, director of the Mario Negri Pharmacology Institute in Milan, became a superstar in China. In an interview that went viral, Remuzzi talks about his explosive findings in conversations with general practitioners in Lombardy. “Do you know what happened? Certain family doctors, who have the best antennas in the territory, at least the most able and attentive ones, have told me recently that they were seeing grave cases of pneumonia, which we had never seen in other years. These pneumonia cases had nothing to do with typical flu pneumonia, they were interstitial pneumonias, they had to do CT, radiography [to diagnose it], and this was seen in October, November, December. So this virus has been circulating a long time.” That was indeed in parallel with or even before the first coronavirus cases in Wuhan in mid-November. It’s been already scientifically established that the virus strains in Wuhan and in Lombardy are different. Which came first, and where from, remains a matter of incendiary debate.
[6] The US Outpatient Influenza-Like-Illness Surveillance Network of three-thousand sentinel health care providers who report the weekly percentage of outpatient ILI visits to the CDC. China’s network, modeled on the CDC’s, has 70,000 sentinels.
[7] Washington state epidemiologist Scott Lindquist recalled, “What they said on that phone call very clearly was cease and desist to Helen Chu. Stop testing.” https://reason.com/2020/03/11/how-government-red-tape-stymied-testing-and-made-the-coronavirus-epidemic-worse/
[8] Comment from Why The US Wasn’t Ready for the Coronavirus. NYT 03/11/2020.
[9] March 29. Tass, “In order to unambiguously answer the question about the origin, where the first case emerged, major research needs to be carried out. So, Washington’s accusing tone in comments against China occasions utter bewilderment. As for ‘US trace’ in the COVID-19 outbreak, we don’t have this data yet. However, for a long time we have been watching with concern the US military and biological activity carried out in direct proximity with our borders. In other words, there are indeed questions for the US.”
[10] Including the arrest of Charles M. Lieber, Chair of Harvard’s Department of Chemistry and Chemical Biology and leader of a Chinese research group using nanotechnology to identify viruses.
[11] See The Report of the International Scientific Commission for the Investigation of the Facts Concerning Bacterial Warfare in Korea and China. Sir Joseph Needham, Lead Author

NOTES
[1] Pour comprendre comment et pourquoi les républiques tombent, lisez L'effondrement de la troisième République: une enquête sur la chute de la France en 1940, de William L. Shirer.
[2] Patient Zero pour la «grippe espagnole» de 1918 a été retracée à Kansas City. Le patient zéro pour le H1N1 s'est officiellement produit à San Diego en avril 2009, mais trois grappes indépendantes en mars suggèrent que la transmission a commencé plus tôt.
[3] L'équipe des Jeux militaires américains s'est entraînée à Fort Belvoir avant de participer à Wuhan.
[4] Le CDC ne compte pas et ne signale pas ensuite le nombre de personnes qui contractent la grippe ou la pneumonie pendant la saison de la grippe. refléter le plus grand fardeau de la grippe. Ces estimations sont calculées sur la base des données hebdomadaires de surveillance de la grippe du CDC et sont préliminaires. " Les chiffres ne sont que des estimations statistiques.
[5] Le docteur Giuseppe Remuzzi, directeur de l'Institut de pharmacologie Mario Negri de Milan, est devenu une superstar en Chine. Dans une interview devenue virale, Remuzzi parle de ses découvertes explosives lors de conversations avec des médecins généralistes en Lombardie. "Sais tu ce qu'il s'est passé? Certains médecins de famille, qui ont les meilleures antennes du territoire, du moins les plus compétentes et les plus attentives, m'ont dit récemment qu'ils voyaient des cas graves de pneumonie, que nous n'avions jamais vus depuis d'autres années. Ces cas de pneumonie n'avaient rien à voir avec une pneumonie grippale typique, c'étaient des pneumonies interstitielles, ils devaient subir une TDM, une radiographie [pour le diagnostiquer], et cela a été observé en octobre, novembre et décembre. Donc, ce virus circule depuis longtemps. » C'était en effet parallèle ou même avant les premiers cas de coronavirus à Wuhan à la mi-novembre. Il est déjà scientifiquement établi que les souches virales à Wuhan et en Lombardie sont différentes. Ce qui est venu en premier, et d'où, reste un sujet de débat incendiaire.
[6] Le réseau américain de surveillance externe de la grippe ressemblant à une maladie, qui regroupe trois mille prestataires de soins de santé sentinelles qui déclarent le pourcentage hebdomadaire de visites externes de SG au CDC. Le réseau chinois, calqué sur celui des CDC, compte 70 000 sentinelles.
[7] L'épidémiologiste de l'État de Washington, Scott Lindquist, a rappelé: «Ce qu'ils ont dit très clairement lors de cet appel téléphonique était de cesser et de renoncer à Helen Chu. Arrêtez de tester. " https://reason.com/2020/03/11/how-government-red-tape-stymied-testing-and-made-the-coronavirus-epidemic-worse/
[8] Commentaire de la raison pour laquelle les États-Unis n'étaient pas prêts pour le coronavirus. NYT 03/11/2020.
[9] 29 mars. Tass, «Afin de répondre sans ambiguïté à la question sur l'origine, où le premier cas est apparu, des recherches importantes doivent être menées. Ainsi, le ton accusateur de Washington dans ses commentaires contre la Chine suscite une totale perplexité. En ce qui concerne la «trace américaine» dans l'épidémie de COVID-19, nous ne disposons pas encore de ces données. Cependant, nous observons depuis longtemps avec inquiétude les activités militaires et biologiques américaines menées à proximité directe de nos frontières. En d'autres termes, il y a effectivement des questions pour les États-Unis. »
[10] Y compris l'arrestation de Charles M. Lieber, président du département de chimie et de biologie chimique de Harvard et chef d'un groupe de recherche chinois utilisant la nanotechnologie pour identifier les virus.
[11] Voir le rapport de la Commission scientifique internationale pour l'enquête sur les faits concernant la guerre bactérienne en Corée et en Chine. Sir Joseph Needham, auteur principal


Source : The Hunt for Patient Zero
Par Godfree Roberts • April 10, 2020
Traduction : Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.