samedi 25 avril 2020

IRAN vs USA. Comment se déroulerait la guerre ?


Le vendredi 17 janvier 2020, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a pris la parole lors de la grande prière, ce qui ne s’était pas produit depuis 2012. Il a réaffirmé que son objectif à long terme restait d’évincer les forces américaines de la région. La tension reste ainsi présente entre les deux protagonistes. Selon le Stockholm International Peace Research Institute, les États-Unis consacrent plus d’argent à leur armée que le total des budgets de la défense des neuf autres pays qui les suivent au classement. Pourtant, la puissance de leur armée n’est pas invulnérable et cela n’a pas vraiment permis d’assurer la paix. La question d’un affrontement militaire se pose donc.

Warren Getler prédit dans le quotidien israélien Haaretz que l’étincelle viendra sans doute du terrain militaire au Moyen-Orient.  Il parie sur « une attaque de groupes armés pro-chiites et donc pro-iraniens, contre des troupes américaines ou leurs alliés, en Syrie ou en Irak ». Selon lui, à la Maison Blanche, des conseillers du président américain comme Mike Pompeo, Secrétaire d’État des États-Unis, n’attendent que cela pour justifier une intervention américaine. Une tentation que le New York Times dénonce. Selon le journal, un conflit en Iran est un piège et il appelle la population à ne pas se laisser “berner” : « qui peut encore croire, après avoir vécu le bourbier en Irak et en Afghanistan, qu’une guerre contre l’Iran ne serait pas longue et impitoyable? » Le journal américain rappelle également que dans ces deux autres conflits, « la puissance militaire écrasante des États-Unis s’est heurtée à la culture locale, à la géographie, aux rivalités ethniques et religieuses, mais surtout à la détermination d’un ennemi opiniâtre capable de se fondre aisément dans la population ».
De plus, les forces militaires iraniennes, contrairement aux forces irakiennes ou celles affrontées en Afghanistan, disposent d’un arsenal non conventionnel extrêmement sophistiqué (missiles balistiques et drones). Alex Ward sur le site d’informations Vox, ajoute que la République islamique contrôle un grand nombre de milices alliées dans tout le Moyen-Orient soit à peu près 250000 miliciens chiites. Un point de vue partagé par le géopolitologue français Didier Billion.  Selon lui, avec les groupes chiites présents au Liban, en Syrie et en Irak, l’Iran peut cibler des intérêts américains et des bases américaines au Moyen-Orient. Une tendance qui semble se confirmer puisque le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a juré de venger de la mort de Soleimani en désignant les soldats américains comme une cible.
Alex Ward rappelle que la puissance chiite dispose également de capacités sophistiquées dans le domaine de la cyberguerre. Un argument qui donne à la République islamique de redoutables capacités dans le domaine de la « guerre hybride » (un type de conflit qui implique à la fois des moyens conventionnels et non conventionnels). Pour Foreign Policy, ces moyens pourraient être utilisés par l’Iran pour endommager les lieux stratégiques non pas des États-Unis mais de leurs alliés. Par exemple, l’Arabie saoudite, comme ce fut le cas lors de l’attaque sur des sites pétroliers au mois de septembre dernier [1] et qui n’a suscité aucune réaction de la part de Washington.
Une autre possibilité développée par Billion, est un impact iranien sur la circulation dans le Détroit d’Ormuz et du Golfe persique. L’Iran ne serait pas en mesure de bloquer la circulation mais plutôt de sérieusement la perturber comme en mai et juin 2019. Une analyse partagée par le centre de recherche britannique Chatham House. L’Iran a le potentiel de déstabiliser sérieusement les marchés pétroliers et ses prix mais pas de fermer la circulation dans le détroit malgré sa position stratégique. Cela entraînerait une action militaire sérieuse de la part des Américains et de nombreux de leurs alliés et vassaux. La réaction iranienne devra en outre prendre en compte les préoccupations sécuritaires russes ; et les intérêts économiques de la Chine, car ces derniers importent une partie significative de ses hydrocarbures du Moyen-Orient. Ainsi le conclut Ward : « Une guerre américano-iranienne serait un véritable enfer, tant pendant qu’après les combats. »
Le compte à rebours, lui, ne cesse de tourner.
À quoi pourrait ressembler une guerre entre les États-Unis et l'Iran
(Source : South Front)
 Le missile de croisière Nasr de fabrication iranienne. (Photo d'archives)
L'impasse américano-iranienne dans le golfe Persique est à nouveau entrée dans une phase aiguë. Le 22 avril, le président américain Donald Trump a annoncé qu'il avait ordonné à la marine américaine de «tuer et détruire» les canonnières iraniennes qui suivent ou harcèlent les navires américains. En réponse, le commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), le général de division Hossein Salami a déclaré le 23 avril que l'Iran fournirait une réponse rapide, "décisive" et "efficace" aux forces américaines si elles menaçaient des "navires civils ou navires de guerre" iraniens.
L’une des raisons de cette escalade est la rhétorique anti-iranienne   renforcée de la Maison Blanche dans le cadre de la campagne présidentielle de Trump. Une autre force motrice des actions américaines est probablement l'aggravation de la crise économique mondiale et les turbulences sur le marché de l'énergie qui ont conduit à l'effondrement spectaculaire des prix du pétrole. En effet, un nouveau conflit dans le golfe Persique pourrait théoriquement ramener les prix du pétrole à 50-60 $ le baril.
Dans la situation actuelle, l'Iran n'est pas intéressé par une escalade du conflit avec les États-Unis. L'escalade pourrait toutefois être provoquée par une provocation de l'armée américaine (ou par une attaque sous faux drapeau) :
• Un navire de guerre ou un groupe de navires de guerre pourrait pénétrer dans les eaux territoriales iraniennes;
• Un avion militaire américain pourrait violer l'espace aérien iranien;
• Les forces américaines pourraient bloquer le trafic maritime civil iranien à travers le détroit d'Ormuz, ou détenir un pétrolier iranien;
• Les navires de guerre de la marine américaine pourraient imiter une attaque contre un sous-marin iranien;
Les forces iraniennes devraient répondre à une telle provocation. Ainsi, une confrontation militaire pourrait commencer. Après avoir déclenché un incident militaire localisé, la Maison Blanche accuserait l'Iran d'actions agressives contre les forces américaines et la marine américaine pourrait mener une frappe de missile démonstrative sur une cible ou plusieurs cibles à l'intérieur de l'Iran. Une telle attaque déclencherait une réponse iranienne qui impliquerait à la fois ses capacités de guerre régulière et irrégulière.
La doctrine de la marine de l'IRGC reflète les principes de la guerre irrégulière qui incluent l'utilisation de la surprise, de la tromperie, de la vitesse, de la flexibilité et de l'adaptabilité, de la décentralisation et des unités hautement mobiles et maniables, qui sont toutes utilisées en mer. Il s’agit notamment d’attaques surprise suivis de fuites, ou d’amasser un grand nombre de moyens et de mesures pour écraser les défenses ennemies. Dans ce scénario, les forces navales employées pourraient être décrites comme un essaim de petits bateaux ressemblant à des moustiques utilisant leur taille et leur maniabilité pour traquer et attaquerles navires de guerre ennemis.

Le magazine américain The National Interest met en garde Donald Trump contre la puissance balistique du Corps des gardiens de la Révolution islamique:

« Une note à l’adresse de Donald Trump: les forces navales du CGRI (Corps des gardiens de la Révolution islamique) possèdent des missiles plus meurtriers », voici le titre d’un article qui a paru dans le numéro du jeudi 23 avril du magazine bimensuel américain The National Interest.  
« Des vedettes armées appartenant à la Marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique "harcèlent" d’habitude la Marine américaine et les navires alliés dans le golfe Persique, en particulier dans le détroit stratégique d’Hormuz. Maintenant, ces bateaux sont équipés de missiles volants. Selon le commandant de la Force navale du CGRI, le contre-amiral Alireza Tangsiri, le Corps des gardiens de la Révolution islamique possède maintenant des missiles antinavires d'une portée pouvant aller jusqu'à 430 milles. Disposer de tels missiles, cela pourrait avoir des conséquences sur les tensions dans la région du Golfe [Persique, NDLR] », indique The National Interest.
 
Le concept de flotte de moustiques de l'IRGCN permet la formation rapide de groupes tactiques de petites embarcations pour effectuer à tout moment une frappe surprise dans différentes directions dans une zone particulière de la zone extracôtière. Ces groupes peuvent se déployer en formation d'attaque immédiatement avant d'atteindre la zone de l'attaque.
Les artisans de la formation atteignent leur position sur la ligne d'assaut, indépendamment ou en petits groupes. C'est ainsi que la marine iranienne utiliserait le concept d'essaim. Il est important de noter la forte motivation et la formation idéologique des marins impliqués, qui comprennent bien le niveau élevé de menace qui pèse sur eux personnellement en cas d'utilisation de ce schéma tactique. Le personnel de l'IRGCN est motivé et prêt à accomplir tout exploit pour défendre sa patrie. Ce facteur (la forte motivation du personnel) rend une flotte de moustiques armée de missiles, de torpilles et d'armes anti-aériennes particulièrement dangereuse pour les forces navales des États-Unis.
Les porte-avions et les grands navires de guerre du groupe naval américain deviendraient la principale cible prioritaire de la réponse iranienne.[2] En cas de succès de l'attaque iranienne, les États-Unis devraient mener une frappe massive contre des objets d'infrastructure iraniens ou des centres de commandement politiques et militaires. Téhéran devrait soit accepter sa défaite dans cette confrontation limitée, soit réagir par une autre attaque contre les forces américaines dans la région.
La doctrine militaire américaine actuelle dicte l'emploi préalable de forces mobiles interopérables, de systèmes sans pilote et robotisés, ainsi que de frappes massives avec des armes de haute précision en conjonction avec l'utilisation maximale de la guerre électronique et de la guerre de l'information. Si la confrontation se poursuit, les États-Unis seraient obligés de mener une opération de débarquement limitée sur des parties clés de la côte iranienne. Le succès d'une opération aussi limitée dans les conditions probables d'une forte réponse militaire iranienne est improbable. En outre, cette décision serait entravée par la faible condition psychologique des militaires américains causée par les développements actuels aux États-Unis.
L'armée américaine devrait soit battre en retraite, soit s'aventurer dans une opération militaire à grande échelle dans la région du golfe Persique. Si le nombre de forces impliquées ne permet pas à Washington de porter un coup dévastateur à l'Iran dans un délai de 1 à 2 semaines, la Chine ou la Russie pourraient intervenir d'une manière ou d'une autre, transformant probablement l'impasse militaire en conflit gelé.
Il est probable qu'en dépit de toutes les difficultés, les États-Unis pourraient créer une zone d'occupation à l'intérieur de l'Iran, probablement dans la zone côtière près du détroit d'Ormuz. Le commerce du pétrole iranien serait totalement bloqué et l'industrie américaine du schiste serait sauvée. Dans le même temps, Washington devra faire face à une insurrection permanente dans la zone occupée.
Un autre scénario possible est la défaite des États-Unis dans ce conflit limité en raison de pertes importantes dans les navires de guerre, l'aviation et les militaires des forces interopérables impliquées. Dans ce cas, l'influence américaine dans la région serait considérablement affaiblie et la Maison Blanche commencerait à élaborer des plans de vengeance.
NOTES
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. bon article
    le mieux serait oublier le pétrole ( et le dollar donc les étauts unis) et passer au tout hydrogène

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.