samedi 18 avril 2020

Qu’est-ce que le Hezbollah ?


Le Hezbollah a condamné les manifestations qu’a connues le Liban depuis octobre 2019, affirmant qu’elles pourraient conduire à une nouvelle guerre civile et qu’elles jouaient le jeu des forces impérialistes. Comment cette force de la résistance, devenue un parti d’opposition porteur de revendications sociales, s’est-elle progressivement intégrée dans la vie politique libanaise, au point de soutenir la classe politique au pouvoir ?
© Hélène Aldeguer, 2020

Contre Israël
Résultat de recherche d'images pour "hezbollah"Le Hezbollah — littéralement « le parti de Dieu » — est un parti islamiste chiite formé par la fusion de plusieurs groupes de résistance chiites, à la suite de l’invasion israélienne du Liban en 1982. À partir de 1975, le Liban a été le théâtre d’une guerre civile, où se sont progressivement immiscés des acteurs géopolitiques régionaux, notamment la Syrie et Israël. Dans l’objectif de créer une zone tampon pour se protéger des attaques de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) de Yasser Arafat, dont le siège était alors à Beyrouth, et convoitant les ressources en eau de la région, Israël a occupé une partie du Sud-Liban en 1977. En 1982, il lance l’opération « Paix en Galilée », envahissant cette fois le territoire libanais jusqu’à Beyrouth. Le triple objectif israélien était d’écraser la résistance palestinienne, de stopper la menace syrienne qui avait déployé son armée jusqu’au Sud-Liban, et d’opérer une jonction avec les Forces libanaises, bras armé du Parti phalangiste qui s’illustrera dans les massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila.
Le Hezbollah a alors activement participé à la guérilla menée contre Israël au Sud-Liban, où la communauté chiite est très présente, et contre l’armée du Liban Sud qui combat aux côtés des Israéliens. Ayant fait allégeance à l’ayatollah Rouhollah Khomeiny, Guide de la révolution, le Hezbollah est soutenu par la République islamique d’Iran. En 1984, il a participé à un soulèvement contre l’armée d’Amine Gemayel, président libanais allié avec Israël, à l’issue duquel il est parvenu à contrôler la banlieue sud de Beyrouth.
Entre intégration politique et résistance armée
La fin de la guerre civile libanaise et l’affaiblissement de l’Iran à la suite de la guerre avec l’Irak (1980-1989) ont fortement concouru à un changement d’attitude du Hezbollah au début des années 1990. Le « Parti de Dieu » a renoncé à l’idée d’une République islamique et cherché à s’intégrer au système politique national en participant aux élections législatives et municipales de 1992. Il s’affirme alors comme un parti politique d’opposition, grâce à sa capacité de mobilisation sociale, notamment dans la banlieue sud de Beyrouth, et propose un grand nombre de services sociaux (sanitaires, d’éducation, d’aide à l’emploi…) pour les couches les plus marginalisées. De plus, il verse des pensions aux familles des combattants de la résistance. Il œuvre également à la médiatisation de ses actes de résistance à travers sa chaîne de télévision Al-Manar.

1 commentaire:

  1. c'est la seule organisation armée MUSULMANE digne de ce nom qui reste encore debout en ces temps de bassesse et d'allégeance servile . on craint les usa et Israël plus que tout autre...
    puisse un jour proche bourgeonneront d'autres organisations (21) pour laver l'affront ...vivre un jour LION que de vivre toute sa vie caniche...on mourra par l'épée ou par une balle ...la mort est une fin en soi inéluctable

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.