mardi 7 avril 2020

Yémen. Fiasco du «Blitzkrieg» de l’Arabie saoudite


Il y a cinq ans, l'Arabie saoudite, sous prétexte de venir en aide au gouvernement  du Yémen dirigé par le président Abdrabbou Mansour Hadi à l'époque, a dirigé une coalition composée de 10 nations arabes qui ont lancé l'opération Tempête Décisive contre la majorité du peuple yéménite, des chiîtes  Zaydites, conduite par le mouvement  Houthi (alias Ansar Allah, pour «Aides / partisans de Dieu»). Le conflit armé, qui a commencé en 2015, a provoqué la plus grande crise humanitaire de la région à l'heure actuelle. Selon les données de l'ONU, 70% de la population du Yémen, soit environ 20 millions de personnes, meurent de faim. Plus de 2,5 millions de citoyens yéménites souffrent du choléra. Le conflit de cinq ans et la crise intérieure qui l'accompagne ont entraîné la mort de centaines de milliers de citoyens yéménites, dont un dixième est décédé des suites de frappes aériennes menées par la coalition.

À l'époque, une telle réponse armée à l'agitation croissante en septembre 2014 causée par l'opposition, composée de Zaydites du nord du pays luttant contre les marionnettes de Riyad et de l'alliance entre le gouvernement du Yémen et les États-Unis, soi-disant pour rétablir une théocratie chiite (qui avait régné dans le nord du Yémen avant le coup d'État militaire de 1962), semblait être une promenade pour l’Arabie saoudite. Les Émirats arabes unis étaient le principal allié de Riyad dans la coalition anti-Houthi.
Cependant, dès le départ, cette guerre «Blitzkrieg» a été stoppée dans son élan par la ferme opposition des Houthis, soutenue par l'Iran dans les coulisses. La guerre est rapidement devenue un conflit prolongé avec de nombreuses victimes et, plus important encore, d’un prix élevé pour Riyad, car un plus grand nombre de ses soldats ont été tués, du matériel détruit et les coûts de remplacement ont considérablement augmenté, ce qui a renfloué les caisses de l’Oncle Sam. Outre les erreurs de calcul initiales, d'autres problèmes se sont posés alors que les principaux alliés de l'Arabie saoudite dans la guerre yéménite, de 2016 à 2017 ont perdu leur zèle. Et fin 2019, le Soudan, pays qui a fourni de nombreuses troupes chair à canon, s'est retiré de la coalition. En outre, le Front pour la libération du Yémen du Sud occupé (FLOSY), qui aurait été créé grâce aux fonds des émirats, a effectivement ouvert un deuxième front contre le gouvernement pro-saoudien au Yémen.
Le partenaire clé de l'Arabie saoudite au sein de l'alliance anti-Houthi, les Émirats arabes unis, s'est également retiré de la coalition cette année, sous prétexte qu'elle devait défendre ses propres territoires alors que les tensions au Moyen-Orient entre les États-Unis et l'Iran continuaient d'augmenter. Et peu de temps avant le début de la «guerre des prix du pétrole», le 12 février 2020, les EAU avaient fini de retirer leurs troupes du Yémen laissant ainsi ses anciens alliés affronter seuls (avec l’aide discrète d’Israël et des USA) les Houthis et l'Iran. Cela a immédiatement entraîné de graves problèmes sur le front de l’Est, où les Houthis ont battu une à une douzaine d’unités combattant pour le gouvernement vendu aux saoudiens et ont libéré une partie substantielle du territoire national de ces forces.
Par conséquent, au cours des 5 dernières années, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite n'a pas eu beaucoup de succès dans sa bataille contre les rebelles houthis, qui continuent de recevoir le soutien militaire de l'Iran. À l’heure actuelle, Ansar Allah est toujours aux commandes à Sana’a, la capitale du Yémen, et dans des régions importantes du nord et de l’ouest de cette nation la plus pauvre du monde arabe.
Il devrait maintenant sembler évident à tout le monde que l’assistance au président Abdrabbou Mansour Hadi, qui avait fui Sanaa en janvier 2015, n’était pas la véritable raison de l’intervention armée de l’Arabie saoudite au Yémen - mais plutôt la position stratégique de la nation et ses ressources en hydrocarbures. Alors que les Émirats arabes unis accordaient la priorité à leurs ambitions commerciales et économiques pour étendre leur influence sur toute la côte de la Corne de l'Afrique et au Yémen, l'Arabie saoudite était principalement intéressée à contrôler les richesses pétrolières du Yémen [1]. Une autre preuve de cette hypothèse est ajoutée par le fait que, depuis que les Émirats arabes unis ont annoncé le retrait de leurs troupes du Yémen, les forces saoudiennes se sont concentrées sur les territoires dotés de gisements de combustibles fossiles, tels que Shabwah et Ma’rib, en plus de Hadhramout. L'un des objectifs de l'Arabie saoudite est de prendre le contrôle du gouvernorat d'Al Mahrah afin de poser ensuite des oléoducs dans cette région, qui traverseraient les territoires yéménites vers la mer d'Oman, offrant ainsi une voie alternative pour exporter du pétrole du golfe Persique et atténuer la constante menaces de Téhéran de fermer le détroit d'Ormuz.
À partir de l'automne de l'année dernière, les Houthis ont commencé à faire des progrès visibles contre les forces fidèles au président Abdrabbou Mansour Hadi. Les rebelles ont commencé leur poussée militaire fin février. En attaquant de différentes directions, ils ont percé les défenses des forces gouvernementales près de la ville d'Al Hazm et l'ont capturée. C’est une ville assez petite mais clé du gouvernorat d’Al Jawf et elle est également la porte d’entrée des régions montagneuses du pays vers le gouvernorat plus plat de Ma’rib où se trouvent les principales installations de production de pétrole et de gaz. Par conséquent, après que les Houthis se sont emparés de la ville d'Al Hazm et, par conséquent, ont eu accès aux principaux champs pétroliers et gaziers du pays dans le gouvernorat de Ma'rib, toute l'intervention militaire de l'Arabie saoudite était soudainement en danger d'échouer et tout avantage financier potentiel improbable.
Encore une autre perte pour la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a démontré que le conflit au Yémen a véritablement embourbé Riyad. L'Arabie saoudite a dépensé beaucoup d'argent pour cette intervention, mais elle est toujours du côté des perdants, car elle continue de perdre non seulement ses troupes et son équipement militaire, mais aussi son visage. Selon diverses sources, depuis 2015, les Forces aériennes royales saoudiennes ont perdu à elles seules de 1.000 à 3.000 soldats et officiers, non seulement au Yémen, mais aussi dans le royaume lui-même, à la suite de frappes de missiles et d'opérations terrestres transfrontalières menées par les rebelles Houthi. Ces dernières années, les troupes de l'opposition combattant la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont lancé plus de 1.000 missiles balistiques et de croisière contre des cibles en Arabie saoudite et vers les Émirats arabes unis, et contre les «forces d'occupation» au Yémen lui-même. D'importantes installations militaires et de production de pétrole dans le royaume ont été atteintes. L’une des plus grandes attaques, largement diffusée dans le monde, a été la frappe aérienne visant les installations de raffinage du pétrole de Saudi Aramco dans l’est du pays en septembre de l’année dernière [2]. L'incident a entraîné la réduction de moitié de la capacité de production de pétrole dans l'un des plus grands royaumes du monde arabe. L’attaque a affecté non seulement la production de pétrole du pays mais aussi les exportations de pétrole brut.
Dans le climat économique mondial actuel, alors que les prix du pétrole baissent, la poursuite de l'intervention militaire pourrait entraîner des difficultés économiques en Arabie saoudite elle-même. Et, bien sûr, d'autres attaques de rebelles houthis contre des installations saoudiennes pour l'extraction, le traitement et le transport de son «or noir» sont possibles.
Il semble que la fatigue grandisse à la suite du conflit entre les membres de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, qui utilisent de plus en plus leurs ressources. De nombreux alliés au sein de la coalition ont déjà compris l'inutilité de cette guerre, et en minimisant leur implication, dans ce climat économique difficile, ils démontrent leur réticence à poursuivre l'intervention militaire au Yémen et leur désir de retirer leurs troupes de cette nation.
L'US Navy a tenté de bloquer les fournitures d'aide militaire aux rebelles houthis et a régulièrement intercepté des navires transportant des missiles antichars et air-sol modernes. À la mi-février, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé que d'un seul lot, les États-Unis avaient confisqué 358 missiles, dont la moitié étaient en fait des versions iraniennes du missile guidé portatif antichar Kornet. Cependant, il est impossible d'arrêter complètement la fourniture d'armes aux rebelles houthis.
Compte tenu de tout cela, l'Arabie saoudite, avec l'aide des Nations Unies, mène des négociations en coulisse avec l'opposition sur l'établissement de la paix et la cessation des attaques visant ses territoires.
Aux Nations Unies, la guerre en cours au Yémen est considérée comme l'une des plus grandes catastrophes humanitaires des temps modernes. L'organisation internationale Human Rights Watch (HRW) a publié un rapport à temps pour le 5e anniversaire de la guerre civile yéménite. Le document tient l'Arabie saoudite et la coalition dirigée par le royaume responsables de la perpétuation du conflit au Yémen et de la commission de crimes contre l'humanité pendant cette guerre.
Par Valery Kulikov, analyste politique,
Source : Saudi Arabia’s “Blitzkrieg”-fiasco in Yemen
NOTES de H. Genséric
Voici, en résumé, les crimes contre l’Humanité perpétrés par les soi-disant "Gardiens des Lieux Saints de l’Islam". Après les indicibles crimes du soi-disant "État Islamique" (soutenu par l’Arabie Saoudite et les autres émirats pétroliers) commis en Syrie et en Irak, on se demande pourquoi les « vrais » Musulmans  ne condamnent ni ne boycottent cette Arabie de malheur. Imaginons, un instant, que l’État du Vatican, commette des crimes analogues dans un pays orthodoxe voisin (Serbie ou Grèce) pour lui voler ses richesses. Quelle serait la réaction des catholiques dans le Monde ? Je doute qu’elle soit aussi honteusement silencieuse que celle des musulmans sunnites (80% des musulmans). En réalité, les sunnites sont contents que l'on extermine les  musulmans chiîtes, que cela soit au Yémen, en Syrie, en Irak ou en Iran. Les sunnites (Arabie, EAU) s'allient même avec Israël pour cela. 
C'est un triste spectacle que donne l'Islam.
-----------------
Le cap des 5 ans de guerre vient d’être franchi au Yémen. 5 ans d’un conflit qui n’en finit pas. Des combats en recrudescence. La population, en première ligne, en paie chaque jour un prix plus élevé. Depuis 5 ans, leur quotidien est marqué par des déplacements contraints, une famine qui empire, et une épidémie de choléra qui se propage chaque jour un peu plus. Les chiffres parlent d’eux-mêmes et donnent le tournis : chaque heure, 50 nouveaux cas de choléra et 90 personnes sont contraintes de tout quitter. La restriction des déplacements du fait de la crise sanitaire du coronavirus vient compliquer la situation, en rendant plus difficile le soutien humanitaire, tout en faisant planer la menace de l’épidémie sur un pays en ruine.
5 ans après le début du conflit, le Yémen garde le triste titre de « pire crise humanitaire au monde ».
Il est difficile de résumer la situation humanitaire au Yémen, de décrire le quotidien des yéménites depuis 5 ans. Les chiffres permettent de donner une idée de celle-ci. Mais leur grandeur donne le tournis, leur démesure leur fait perdre leur réalité. Pourtant, derrière chacun d’entre eux, c’est la vie d’une femme, d’un homme, d’un enfant, qui est rappelée.
Ces chiffres, ce sont les suivants (Source Oxfam) :
  • Le conflit armé a coûté la vie à plus de 100 000 personnes, dont 12 366 civils présumés morts.
  • Plus de 4 millions de personnes déplacées, contraintes de tout abandonner, pour se réfugier dans des camps de fortune ou chez des communautés hôtes. En moyenne, cela revient à 90 personnes déplacées par heure, depuis 5 ans.
  • Plus de 4,7 millions de personnes supplémentaires souffrant de la faim au Yémen, depuis le début du conflit, augmentant le nombre total à 11 millions de personnes au bord de la famine. Aujourd’hui, 20 millions de personnes, soit les deux tiers de la population, sont tributaires d’une aide alimentaire pour survivre.
  • 350 000 enfants de moins de 5 ans sont en état de malnutrition sévère.
  • 17,8 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population du Yémen, qui n’a plus l’accès à de l’eau potable, pourtant si essentielle à la vie quotidienne et à la santé de chaque personne.
  • 3 millions de femmes et de filles sont exposées à des risques directs de violences basées sur le genre.
  • 1,25 million d’employé-e-s des services publics ne reçoivent plus l’entièreté de leur salaire depuis le mois d’août 2016, des revenus pourtant vitaux pour leur survie.
La population yéménite se bat, jour après jour, pour survivre, pour s’entraider, pour se reconstruire.  

VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

6 commentaires:

  1. Avec le pétrole, on achète tout…Même les âmes…
    Ou quand l'Arabie saoudite avait pris en 2015 la tête du Conseil des droits de…l’ONU !
    Dans un communiqué (en anglais), l'ONG UN Watch, de dénoncer en ces termes : "scandaleux que les Nations unies choisissent un pays qui a décapité plus de personnes que l'Etat islamique"
    Et pour un diplomate à l’Office de Nations Unies à Genève d’affimer que « ce : sera une catastrophe pour le Conseil des droits de l’homme. Cela risque de nous renvoyer aux pires heures de l’ancienne commission qui avait sombré dans le discrédit."
    TOUT EST DIT

    RépondreSupprimer
  2. LES PIEDS POSÉS SUR LA BELLE SPHÈRE ET LES YEUX LEVÉS VERS L ATMOSPHÈRE, LA VIE EST UN MYSTÈRE, LA VIE EST UN ÉTERNEL PRÉSENT TOUJOURS OFFERT AVEC DES AVALANCHES D INSTANTS ET DES TONNES DE MAINTENANT
    ..!

    RépondreSupprimer
  3. Courage, courage, COURAGE ! PAR TEMPS D'ORAGE, La BELLE LUMINOSITÉ PERMET DE MIEUX CERNER SON ENTOURAGE !

    RépondreSupprimer
  4. Les pieds posés sur la belle sphère et les yeux levés vers l atmosphère , La VIE est un Mystère ! MA VIE EST UN ÉTERNEL PRÉSENT TOUJOURS OFFERT AVEC DES AVALANCHES D INSTANTS ET DES TONNES DE MAINTENANT ! '!

    RépondreSupprimer
  5. tant que les "musulmans" s"entretuent il est clair que les occidentaux et Israël n'interviennent pas ...car c'est eux qui ordonnent à leurs marionnettes d'entreprendre cette tâche à leur place.... la roue de l'histoire tourne et les pions marionnettes répondent de leur bassesse un jour proche...
    ce jour les MUSULMANS auront leur mot à dire...patience

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.