dimanche 18 août 2019

L'Arabie Saoudite vient de perdre sa guerre contre le Yémen


Aujourd'hui, l'Arabie saoudite a finalement perdu la guerre contre le Yémen. Il n’existe aucune défense contre les nouvelles armes acquises par les Houthis au Yémen. Ces armes menacent les bouées de sauvetage économiques des Saoudiens. C'était aujourd'hui l'attaque décisive:
Des drones lancés par les rebelles houthis du Yémen ont attaqué samedi un champ de pétrole et de gaz au fond du vaste désert de l’Arabie saoudite, provoquant ce que le royaume décrit comme un «feu limité» lors de la deuxième attaque récente contre son secteur énergétique crucial.

La reconnaissance saoudienne de l'attaque est survenue quelques heures après que Yahia Sarie, un porte-parole militaire des Houthis, ait publié une déclaration vidéo affirmant que les rebelles avaient lancé 10 drones chargés de bombes dans leur "plus grande" opération. Il a menacé de nouvelles attaques.
Nouveaux drones et missiles déployés en juillet 2019 par les forces armées alliées des Houthis au Yémen
L’attaque d’aujourd’hui est un coup « d’échec et mat » contre les Saoudiens. Shaybah est à quelque 1.200 kilomètres du territoire contrôlé par les Houthis. Il existe de nombreux autres objectifs économiques importants dans cette gamme:
La distance qui séparait ce champ du territoire tenu par les rebelles au Yémen témoigne de la portée des drones houthistes. Les enquêteurs américains ont déclaré que le nouveau drone UAV-X des Houthis, découvert ces derniers mois au cours de la guerre menée par la coalition saoudienne au Yémen, aurait probablement une autonomie pouvant atteindre 1.500 kilomètres. Cela met les champs pétroliers saoudiens, une centrale nucléaire émirienne en construction et l’aéroport international de Dubaï à leur portée.
Contrairement aux drones sophistiqués qui utilisent des satellites pour permettre aux pilotes de les piloter à distance, les analystes estiment que les drones Houthi sont probablement programmés pour frapper une latitude et une longitude spécifiques et ne peuvent pas être contrôlés une fois hors de portée de la radio. Les Houthis ont utilisé des drones, difficiles à détecter par radar, pour attaquer les batteries de missiles Patriot saoudiens, ainsi que les troupes ennemies.
L'attaque démontre de manière concluante que les actifs les plus importants des Saoudiens sont maintenant menacés. Cette menace économique s’ajoute au déficit budgétaire de 7% prévu par le FMI pour l’Arabie saoudite. La poursuite des bombardements saoudiens contre les Houthis entraînera désormais des coûts supplémentaires très importants qui pourraient même compromettre la viabilité de l’État saoudien. Les Houthis tiennent par les burnes le prince clown Mohammad bin Salman et peuvent les presser à volonté.
Les drones et les missiles utilisés par les Houthis sont des copies de matériels iraniens assemblés au Yémen avec l’aide d’experts du Hezbollah du Liban. Il y a quatre jours, une délégation houthie s'est rendue en Iran. Lors de la visite, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a reconnu pour la première fois publiquement que les Houthis bénéficiaient du soutien de l'Iran:
"Je déclare mon soutien à la résistance des hommes et des femmes croyants du Yémen ... le peuple du Yémen ... mettra en place un gouvernement fort", a déclaré Khamenei à la télévision nationale lors d'une réunion avec le négociateur en chef du mouvement houthi Mohammed Abdul-Salam.
Khamenei, qui s'est entretenu pour la première fois à Téhéran avec un haut représentant des Houthis, a également appelé à "une forte résistance contre les complots dirigés par le gouvernement saoudien visant à diviser le Yémen", a rapporté l'agence de presse semi-officielle Fars.
"Un Yémen unifié et cohérent, doté d’une intégrité souveraine, devrait être approuvé. Compte tenu de la diversité religieuse et ethnique du Yémen, la protection de l’intégrité du Yémen nécessite un dialogue national", a-t-il déclaré.
La visite à Téhéran a prouvé que les Houthis ne sont plus un mouvement isolé et méconnu:
Des responsables iraniens, britanniques, français, allemands et italiens, ainsi que du mouvement Houthi Ansarullah du Yémen, ont procédé à un échange de vues sur le règlement politique de la guerre prolongée dans le pays de la péninsule Arabique.
La réunion s'est tenue samedi au ministère iranien des Affaires étrangères à Téhéran en présence de délégations iranienne, Ansarullah et des quatre pays européens présents.
Les délégués à la réunion ont exposé les points de vue de leurs gouvernements respectifs sur l’évolution de la situation au Yémen, y compris l’évolution de la situation politique et sur le champ de bataille, ainsi que la situation humanitaire dans le pays.
Les délégués ont souligné la nécessité d'une fin immédiate de la guerre et ont décrit les moyens politiques comme la solution ultime à la crise.
La guerre contre le Yémen entamée par MbS en mars 2015 s'est avérée être une affaire impossible à gagner. Maintenant, c'est définitivement perdu. Ni les Américains ni les Européens ne viendront au secours des Saoudiens. Il n’existe aucun moyen technologique de protéger raisonnablement contre de telles attaques. Le Yémen pauvre a vaincu la riche et sinistre Arabie saoudite.
La partie saoudienne devra accepter les négociations de paix politiques. La demande yéménite de paiements de réparation va attirer les regards et les convoitises. Mais les Saoudiens n'auront d'autre choix que de cracher tout ce que les Houthis demanderont.
Les EAU ont eu l'intelligence de se retirer du Yémen au cours des derniers mois. Leur but de guerre était de prendre le contrôle du port d'Aden. Leur alliance avec les séparatistes du sud du Yémen, qui contrôlent désormais la ville, le garantit. Reste à savoir combien de temps ils pourront conserver lorsque Khamenei rejettera une division du Yémen.
L'attaque d'aujourd'hui a une dimension encore plus grande que celle marquant la fin de la guerre au Yémen. Que l'Iran fournisse des drones d'une portée de 1.500 kilomètres à ses alliés au Yémen signifie que ses alliés au Liban, en Syrie et en Irak ont ​​accès à des moyens similaires.
Israël et la Turquie devront en tenir compte. Les bases américaines situées dans le golfe Persique et en Afghanistan doivent également être surveillées. L’Iran dispose non seulement de missiles balistiques pour attaquer ces bases, mais également de drones contre lesquels les systèmes américains de défense antimissile et aérienne sont plus ou moins inutiles. Seuls les Émirats arabes unis, qui ont acheté les systèmes de défense antiaérienne russe Pantsir S-1 sur un châssis de camion allemand MAN (!), disposent de certaines capacités pour neutraliser ces drones. Le Pentagone aimerait probablement en acheter.
C’est l’utilisation par les États-Unis de drones furtifs contre l’Iran qui a permis à ce dernier d’en capturer un, de l’analyser et de le cloner. Le vaste programme de drones de l’Iran est autochtone et assez ancien, mais il a bénéficié de la technologie fournie involontairement par les États-Unis.
Toutes les guerres menées par les États-Unis et leurs alliés au Moyen-Orient, contre l'Afghanistan (2001), l'Irak (2003), le Liban (2006), la Syrie (2011), l'Irak (2014) et le Yémen (2015), ont abouti au renforcement de l’Iran et de ses alliés .
Il y a une leçon à tirer de cela. Mais il est peu probable que les fous de Washington ait la capacité de le comprendre.
Publié par b le 17 août 2019
Voir aussi :
Traduction : Hannibal Genséric

2 commentaires:

  1. "
    Clown" pour Mbs l'équarrisseur est un euphémisme

    RépondreSupprimer
  2. La vérité c est que la guerre est un business fructueux pour les marchands d armes, du moment que cela ne se passe pas chez eux. En plus ils testent l efficacité de leurs engins de mort sur le terrain et ont l occasion de les améliorer.
    SANS ÉTAT D ÂME.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.