mardi 20 août 2019

Khan Cheikhoun : quels sont les objectifs de l’armée syrienne

Alors que l’armée syrienne est déjà entrée dans certains quartiers de la ville stratégique de Khan Cheikhoun, au nord du pays, et que les terroristes ont préféré de prendre la fuite de crainte d’être encerclés par les forces de l’armée, les observateurs estiment que Damas cherchait à travers la libération de cette région à atteindre des objectifs plus importants.
L’éditorialiste du journal arabe Raï al-Youm, Abdel Bari Atwan, a jugé l’envoi par la Turquie d’un convoi militaire composé de 50 véhicules blindés, 5 chars de combat et des véhicule de transport de troupes pour soutenir les terroristes du Front al-Nosra au nord de Hama et empêcher l’avancée de l’armée syrienne comme une évolution importante dans la crise en Syrie. En effet, cela constitue une intervention directe et évidente d’Ankara qui pourrait déboucher sur un conflit Damas-Ankara.
Une source officielle syrienne a condamné l’intervention turque et l’a décrite comme « un comportement hostile qui n’affecterait pas la détermination de l’armée syrienne à aller de l’avant pour consolider la souveraineté de Damas sur la région ». Il a souligné que les frappes aériennes et le bombardement du convoi constitueraient un acte légitime dans le cadre de la défense de la souveraineté syrienne.
Selon Atwan, Moscou soutiendrait les frappes syriennes contre le convoi militaire turc pour empêcher Ankara d’entraver la progression de l’armée syrienne.
Résultat de recherche d'images pour "idlib khan cheikhoun"L’opération de libération de Khan Cheikhoun fait partie de la stratégie de l’armée syrienne visant à libérer toutes les régions du nord du pays.
L’opération de l’armée syrienne pour la libération de la ville de Khan Cheikhoun, qui est une première étape avant la reprise de la province d’Idlib, poursuit trois objectifs :
-  Premièrement, assurer la souveraineté de l’armée syrienne sur l’autoroute internationale Damas-Alep et sa sécurisation.
-  Deuxièmement : encercler les terroristes dans leur dernière base dans la banlieue nord de Hama avant de les vaincre.
-  Troisièmement : mettre fin à l’existence de l’observatoire turc « Mork », créé en septembre 2018 pour mettre en œuvre l’accord de coopération russo-turque signé à Sotchi, qui joue le rôle d’un tampon dans la région d’Idlib entre les forces gouvernementales syriennes et les terroristes.
Les Russes accusent Ankara de ne pas respecter ses engagements pris dans le cadre de l’accord de Sotchi. L’envoi d’un convoi militaire par la Turquie en soutien aux groupes terroristes afin de ralentir l’avancée de l’armée syrienne pourrait encore détériorer les relations Moscou-Ankara.

Ayant été totalement encerclés par les forces de l’armée syrienne, les terroristes pro-Ankara et pro-Otan se retirent de la ville clé de Khan Cheikhoun, dont la reprise, effectuée à 80%, changera totalement la donne dans le nord en faveur de l'État syrien.
 Khan Cheikhoun constitue le point de jonction et de rupture des zones contrôlées par les groupes terroristes. Sa libération est le prélude à leur effondrement militaire avec un effet domino.
Syrie: les terroristes éliminés de Khan Cheikhoun
Les sources sur le terrain font état du retrait des terroristes de la ville clé de Khan Cheikhoun ainsi que de Kafr Zita, al-Latmane et Mourak dans le nord de Hama où se trouve un poste d’observation turc.
Les forces syriennes sont à présent en train d’avancer dans les quartiers de la ville de Khan Cheikhoun. Elles ont réussi hier à prendre le contrôle d’une partie de la route internationale de Damas-Alep, coupant ainsi la voie de communication des terroristes. Elles ont en outre ciblé un renfort turc destiné aux terroristes.
 L'armée syrienne a progressé dans la campagne du sud du gouvernorat d'Idlib la semaine dernière après avoir fissuré les lignes des terroristes près de la ville de Khan Cheikhoun.
L’agence de presse Ana a retracé l’avancée de l’armée syrienne dans le sud d’Idlib, capturant des images exclusives montrant les opérations de l’armée pour se diriger vers Khan Cheikhoun.
 « Le 13 août, les Forces du Tigre ont dû relever un défi majeur. En une nuit, elles ont dû parcourir la moitié de la distance entre les villes de Hobeit et Khan Cheikhoun », a rapporté Ana News.
« Lorsque les dernières lueurs du soleil se sont éteintes à l'horizon, les forces du Tigre ont mis en marche leurs véhicules. Mais leurs mouvements ont éveillé les terroristes qui se sont préparés à lancer un assaut. Ces derniers ont tiré des obus d'artillerie en direction des forces syriennes. Après avoir pris la hauteur stratégique de Tel Ays, la ville stratégique de Khan Cheikhoun était clairement visible. Tout le monde s'attendait à ce que les troupes syriennes prennent la ville d'assaut, mais au lieu de cela, elles se sont tournées vers le nord », a ajouté Anna News en publiant une vidéo des opérations.
Idlib: le Tigre entre à Khan Cheikhoun!
Or, depuis la publication de la vidéo, l'armée syrienne a repris ses opérations qui ont conduit au retrait des terroristes de Khan Cheikhoun.
La reprise d’Idlib passe par l'expulsion des terroristes de Khan Cheikhoun. C'est pourquoi les forces de l’armée syrienne sont déployées en masse pour reprendre le contrôle de la ville, indique Seyyed Reza Sadr al-Hossein, expert iranien des questions de la région.
Après que le gouvernement et l’armée syrienne ont nettoyé les quatre cinquièmes du territoire syrien du joug des terroristes qui ont par la suite été transférés vers Idlib, les experts sont nombreux à mettre l’accent sur la défense de la souveraineté syrienne.
A l’issue d’une série de réunions tenues à Sotchi et à Astana, le gouvernement syrien a reçu durant ces dernières années, de nombreuses promesses qui, sans jamais être tenues, concernaient pour certaines la libération d’Idlib.
PressTV-Idlib: le message russe à Ankara!
Confronté à l’opposition de la Turquie, Damas avait annoncé qu’il parviendrait à lui seul à reprendre Idlib, appelant Ankara à maintes reprises à mettre fin à son soutien aux terroristes du Front al-Nosra.
Damas a fait appel aux pays garants de l’accord de Sotchi, l’Iran et la Russie, pour prendre une décision finale au sujet de la libération d’Idlib. Or, rien ne s’est passé. Les avancées de l’armée syrienne sont donc porteuses d’un message clair selon lequel le gouvernement syrien s’apprêterait à lancer les opérations de libération d’Idlib qui ont jusqu’à présent été entravées par la Turquie.
Dans la foulée, les États-Unis, la Turquie ainsi que les Nations unies pourraient tenter d’entraver l’avancée de l’armée syrienne vers Idlib.
Lundi, un méga convoi militaire turc qui partait pour la ville en appui aux terroristes a dû rebrousser chemin sous les frappes syro-russes. Et désormais, il en sera ainsi. Il va de soi que si ces deniers mettent fin à leur soutien aux terroristes, mais aussi à leurs obstructions, l’armée syrienne n’hésitera pas à annuler ses opérations.
Cela étant, la Turquie s’est mise à nouveau à propager de fausses informations déroutantes au sujet d’Idlib pour retarder encore plus la libération d’Idlib et faire pression sur l’Europe en la menaçant d’autres flux migratoires. A titre d’exemple, les chiffres annoncés par Ankara sur le nombre de civils résidant à Idlib sont complètement erronés.
Source : Presstv

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.