lundi 5 août 2019

Yémen. Les EAU sont-ils sur le point de changer de camp et de soutenir la résistance yéménite?


Abdul-Khaleq Abdullah, ancien collaborateur du prince héritier émirati, Mohamed Bin Zayed, a déclaré dans un tweet que la guerre contre le Yémen était terminée pour Abou Dhabi. Dans un tweet tard samedi, Abdullah a affirmé que l'implication des EAU dans la guerre menée par l'Arabie saoudite contre le Yémen est terminée et sera bientôt annoncée officiellement.
"Les EAU vont désormais mettre tout leur poids politique et diplomatique sur la résolution de la crise et l'instauration de la paix pour le peuple yéménite", a souligné le haut responsable émirati.

En réponse au tweet d’Abdullah, Ania El Afandi, une journaliste algérienne, a posté un tweet demandant aux Émiratis de savoir pourquoi les Émirats arabes unis n’avaient pas, dès le début, pesé de leur poids politique derrière les efforts visant à matérialiser la paix. Ensuite, la journaliste algérienne a mis en doute la rhétorique d'Abdullah, en lui demandant : «La guerre devrait officiellement se terminer, vos paroles s'adressent-elles à l'Arabie saoudite? Le blocus contre le Qatar sera-t-il levé si les problèmes avec l'Iran sont résolus? ».
 Image associée
Les EAU semblent avoir entamé un revirement dans leur politique régionale après les avertissements sévères de l’Iran à Abou Dhabi sur les conséquences désastreuses de la politique destructrice des EAU dans la région. Les Émirats arabes unis ont été sérieusement critiqués par l'Iran. L’Iran leur a lancé une mise en garde suite aux conséquences d'un drone espion américain décollant d'un aéroport émirati et pénétrant dans l'espace aérien iranien le 20 juin. Les unités de la défense aérienne iranienne ont abattu le drone espion américain et porté plainte Conseil de sécurité des Nations Unies. (CSNU).
Samedi également, un haut responsable du Conseil de transition du Sud du Yémen (CTS), qui a parlé sous le couvert de l'anonymat, a déclaré à Arabi21News qu'un haut responsable émirati avait assuré à Téhéran qu'ils entameraient un changement de politique majeur dans les provinces du Sud du Yémen pour lancer une coopération en matière de renseignement avec le Mouvement Ansarullah.
Les EAU ont récemment conclu un accord avec l’Iran et, dans le cadre de cet accord, ils ont promis à Téhéran de modifier l’état des affaires politiques dans les provinces du sud du Yémen, a ajouté la source du CTS. Il a ajouté que les chefs militaires et politiques du CTS, qui est soutenu par Abou Dhabi, font partie des personnes visées par la nouvelle politique révisionniste des Émirats arabes unis, conformément à l'accord conclu avec Téhéran.
Selon la même source, les désaccords et les rivalités se sont intensifiés entre les différentes factions du conseil, notamment entre le parti d'Aidarus al-Zoubaidi, président du conseil, et le parti d'Ahmed Hamed Lamlas, secrétaire général du CTS. .
    "L'un des articles de l'accord global conclu entre Téhéran et Abou Dhabi concerne la coopération et la coordination du renseignement des EAU avec le Mouvement Ansarullah", a déclaré la source.
Mardi, une délégation des Émirats arabes unis chargée de la sécurité maritime est arrivée à Téhéran pour reprendre les réunions bilatérales des garde-côtes entre l'Iran et le pays arabe après une interruption de six ans, dans le but d'intensifier les efforts communs visant à renforcer la sécurité maritime dans la région du golfe Persique.
La délégation de sept membres des garde-côtes des Émirats était dirigée par le commandant brigadier général Mohammed Ali Musleh Al-Ahbabi, qui a ensuite signé un mémorandum d'accord avec le commandant du brigadier général de la police des frontières iranien Qassem Rezayee.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.