samedi 3 août 2019

USA vs Iran. L'Alliance occidentale se désagrège


Depuis qu'Imran Khan est devenu le 22e Premier ministre du Pakistan en août 2018, les vents ont changé. Alors que ses prédécesseurs, bien que généralement orientés vers l'Est, aient souvent oscillé entre les États-Unis et la Chine, Khan est en train de définir clairement ses alliances avec l'Est, en particulier avec la Chine. C'est pour le bien de son pays, pour le bien du Moyen-Orient et finalement pour le bien du monde.


Image associée
Il y a quelques jours, RT a annoncé que la Chine, outre l'expansion du nouveau port de Gwadar (Balûchistân), avait signé un accord avec le Pakistan portant sur la construction d'une base militaire / aérienne au Pakistan, une nouvelle ville chinoise accueillant un demi-million d'habitants. ainsi que plusieurs projets d’amélioration routière et ferroviaire, notamment une autoroute reliant les villes de Karachi et Lahore, la reconstruction de l’autoroute Karakoram, reliant Hasan Abdal à la frontière chinoise, ainsi que la modernisation de la voie ferrée principale Karachi-Peshawar, qui sera achevée fin 2019, avec des trains peuvent rouler jusqu'à 160 km / heure.
Cette réhabilitation des infrastructures de transport pakistanaises délabrées devrait non seulement représenter entre 2% et 3% du PIB futur du Pakistan, mais elle offrirait également un autre débouché au gaz et aux hydrocarbures iraniens, autrement que par le détroit d’Hormuz - par exemple par voie ferrée vers le nouveau port de Gwadar qui, soit dit en passant, est également une nouvelle base navale chinoise. De Gwadar, des cargaisons d'hydrocarbures iraniennes peuvent être expédiées partout, y compris en Chine, en Afrique et en Inde. Avec la nouvelle infrastructure de transport construite par la Chine, le gaz iranien peut également être acheminé par voie terrestre vers la Chine.
En fait, ces développements d’infrastructures, ainsi que plusieurs projets de production d’énergie électrique, toujours principalement alimentés par des combustibles fossiles, destinés à résoudre le problème chronique de pénurie d’énergie au Pakistan, font partie de l’Initiative Ceintures et Routes de Chine, également appelée Nouvelle Route de la Soie. Ils constituent un élément central du nouveau corridor économique sino-pakistanais (CPEC), qui avait été conçu pour la première fois en 2015 lors d'une visite du président chinois Xi Jinping, au moment où quelque 51 mémorandums d'accord valaient alors quelque 46 milliards de dollars américains. ont été signés. Le Pakistan est définitivement hors de l'orbite américaine.
Image associée
Aujourd'hui, dans la phase de mise en œuvre du CPEC, les projets prévus ou en construction sont estimés à plus de 60 milliards de dollars américains. On estime que 80% sont des investissements directs avec une participation considérable du Pakistan et 20% de dette concessionnelle chinoise. Il est clair que le Pakistan est devenu un allié fidèle de la Chine, au détriment du rôle des États-Unis au Moyen-Orient.
L’hégémonie de Washington sur le Moyen-Orient s’efface rapidement. Voir également l’analyse détaillée de Michel Chossudovsky, “US Foreign Policy in Shambles: NATO and the Middle East. How Do You Wage War Without Allies?”. «La politique étrangère des États-Unis à l’écart de l’empire: l’OTAN et le Moyen-Orient. Comment faites-vous la guerre sans alliés? ".
Il y a quelques jours, l’Allemagne a refusé la demande de Washington de participer à une mission maritime dirigée par les États-Unis dans le détroit d’Hormuz, sous prétexte de sécuriser les expéditions d’hydrocarbures empruntant cette voie navigable étroite contrôlée par l’Iran. En réalité, il s’agit plus d’une nouvelle conception des voies navigables en contrôlant qui achemine quoi à qui - et en appliquant des «sanctions» en bloquant ou en piratant des pétroliers destinés aux territoires «ennemis» des  occidentaux.
Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a annoncé mercredi à Varsovie, en Pologne, qu'il ne pouvait y avoir "de solution militaire" à la crise actuelle dans le golfe Persique et que Berlin rejetait la demande de Washington de se joindre à l'opération américaine, britannique et française "visant à protéger le trafic maritime dans le détroit d’Hormuz et la lutte contre la prétendue «agression iranienne».
Cette idée des faucons de guerre de Washington a été conçue après la saisie totalement légale par l'Iran du pétrolier Stena Impero, battant pavillon britannique, après avoir percuté un bateau de pêche iranien il y a quelques semaines. Cependant, rien n'est dit sur la piraterie britannique totalement illégale et ordonnée par les États-Unis du super pétrolier iranien Grace I au large de Gibraltar dans les eaux espagnoles (autre infraction au droit international), quelques semaines auparavant. Entre-temps, l’équipage de Grace I a été relâché, mais le pétrolier est toujours capturé par les Britanniques, mais les médias occidentaux restent muets à ce sujet, mais condamnent l’Iran pour avoir saisi un pétrolier britannique dans le détroit d’Hormuz.
L'Allemagne reste attachée au plan d'action global commun de 2015 - JCPOA (l'accord sur le nucléaire iranien), duquel les États-Unis se sont retirés unilatéralement il y a un an, et l'Allemagne n'interviendra donc pas au nom des États-Unis.
Ajoutez à cela la Turquie - un membre clé de l'OTAN pour son emplacement stratégique et la puissance militaire réelle de l’OTAN établie en Turquie -, se rapprochant de plus en plus de l'Est et devient un allié solide de la Russie, après avoir ignoré les avertissements de Washington contre l'achat par la Turquie de systèmes de défense aérienne de pointe S-400 russes. Pour avoir "couché avec l'ennemi", c'est-à-dire se rapprocher de plus en plus de la Russie, les États-Unis ont déjà puni l'économie turque en manipulant sa monnaie et en faisant chuter leur monnaie d'environ 40% depuis le début de 2018. La Turquie est également candidate à devenir membre du Shanghai Organisation de coopération (OCS), de même que l’Iran.
La Turquie est devenue de facto un canard boiteux en tant que membre de l'OTAN et pourrait bientôt quitter officiellement l'OTAN, ce qui porterait un coup terrible à l'Alliance de l'Atlantique Nord - et pourrait inciter d'autres pays européens de l'OTAN à faire de même. Probablement pas du jour au lendemain, mais l’idée d’une OTAN de plus en plus moribonde est lancée.
Tout indique que l'avenir, sur le plan économique et en matière de sécurité, est à l'Est. Même l’Europe pourrait éventuellement oser faire le saut vers de meilleures relations principalement avec la Russie et l’Asie centrale et, éventuellement, avec la Chine.
Surtout si le Brexit se produit - ce qui n’est pas encore une chose sûre. Juste au cas où, le Royaume-Uni aurait déjà préparé des relations commerciales bilatérales avec la Chine, prêtes à la signature au moment où le Royaume-Uni quittera l'UE.
Le Royaume-Uni, un autre allié fidèle des États-Unis, va-t-il quitter le navire? - Peu probable. Mais danser simultanément sur deux mariages est un plan de jeu anglo-saxon habituel. Les Britanniques doivent l'avoir appris de leurs maîtres à Washington, qui ont à leur tour pris les leçons des Britanniques en tant que puissance coloniale pendant des siècles, de l'autre côté de l'Atlantique.
Une guerre occidentale dirigée par les États-Unis contre l'Iran est donc improbable. Il y a trop d'enjeux, et surtout, il n'y a plus d'alliés fiables dans la région. N'oubliez pas que les alliés - appelons-les marionnettes ou pions - font normalement le sale boulot pour Washington.
Ainsi, les provocations menaçantes et agaçantes des États-Unis et de certains de leurs derniers alliés occidentaux pourraient durer un certain temps. Elles servent une bonne propagande. Après tout, faire sa valise et rentrer à la maison n’est pas exactement le point fort de l’Oncle Sam. L'alliance occidentale n'est plus ce qu'elle était. En fait, elle est en ruine. Et l'Iran le sait.
Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique.
Traduction : Hannibal GENSÉRIC
Source : counter information
Un durcissement général
La situation générale de la Grande Crise de l’Effondrement du Système présente actuellement plusieurs facteurs, extérieurs et intérieurs, indiquant la poursuite de la montée de la tension entre les acteurs principaux. Nous insistons sur le fait de facteurs extérieurs et intérieurs, car les situations extérieures et intérieures de ces acteurs sont de plus en plus intimement liées et répondent à la même logique de cette montée de la tension.
Dans le domaine extérieur, la crise iranienne est le centre de l’activité crisique. En fait de “crise iranienne”, il s’agit désormais d’une crise générale d’une zone stratégique géopolitique et géoéconomique, — le Golfe persique et le détroit d’Hormuz, – où les acteurs impliqués ont des positions de plus en plus diverses et indépendantes des habituelles sources de tension, principalement les USA qui perdent de plus en plus leur capacité d’imposer leur politique anti-iranienne.
• Cette diversité et cette indépendance se manifestent sous la forme d’un durcissement général à l’encontre de la poussée belliciste constante des USA. Ce durcissement est le fait de l’Iran, qui confirme sa position déjà affirmée avec force ; de la Russie, qui s’engage de plus en plus nettement au côté de l’Iran ; des pays européens, qui repoussent les injonctions US à participer à une “coalition” navale indirectement anti-iranienne dans le Golfe (France et Allemagne), ou qui tempère un engagement initial imposé par les USA (le Royaume-Uni).
• Dans le domaine intérieur, il y a un durcissement perceptible, du côté russe et chinois, face à des troubles internes ou très-voisins qui sont perçus comme des tentatives de déstabilisation venues de l’extérieur, que ce soit ou non le cas. Il s’agit d’une position d’opposition désormais active à ce qui est supposé être une agression du type regime change évidemment développée par les USA.
Source : Dedefensa.org
 

3 commentaires:

  1. satan trump et son pouvoir vacille et tombera bientot

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Il y aura toujours de l'espoir.
    Si les Occidentaux reconnaissaient que tout n’est pas forcément à dédaigner dans les autres civilisations pour la seule raison qu’elles diffèrent de la leur, rien ne les empêcherait plus d’étudier ces civilisations comme elles doivent l’être, nous voulons dire sans parti pris de dénigrement et sans hostilité préconçue ; et alors certains d’entre eux ne tarderaient peut-être pas à s’apercevoir, par cette étude, de tout ce qui leur manque à eux-mêmes, surtout au point de vue purement intellectuel. Naturellement, nous supposons que ceux-là seraient parvenus, dans une certaine mesure tout au moins, à la compréhension véritable de l’esprit des différentes civilisations, ce qui demande autre chose que des travaux de simple érudition (...)
    Sauf des exceptions d’autant plus honorables qu’elles sont plus rares, il n’y a plus guère en Occident que deux sortes de gens, assez peu intéressantes l’une et l’autre : les naïfs qui se laissent prendre à ces grands mots et qui croient à leur « mission civilisatrice », inconscients qu’ils sont de la barbarie matérialiste dans laquelle ils sont plongés, et les habiles qui exploitent cet état d’esprit pour la satisfaction de leurs instincts de violence et de cupidité. En tout cas, ce qu’il y a de certain, c’est que les Orientaux ne menacent personne et ne songent guère à envahir l’Occident d’une façon ou d’une autre (...)
    Nous avons déjà fait allusion au rôle que pourrait jouer une élite intellectuelle, si elle arrivait à se constituer dans le monde occidental, où elle agirait à la façon d’un « ferment » pour préparer et diriger dans le sens le plus favorable une transformation mentale qui deviendra inévitable un jour ou l’autre, qu’on le veuille ou non.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/perse-et-chine.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.