jeudi 22 août 2019

Italie. Tentative fasciste pour rendre le Vatican et "la noblesse noire" plus forts que l'Etat


La crise politique en Italie a un caractère international, quelles que soient ses particularités nationales. La classe dirigeante du pays réagit à la montée des tensions sociales en s’orientant vers un régime autoritaire et fasciste. Des symptômes similaires d’une société profondément malade se retrouvent sous des formes plus ou moins prononcées dans tous les pays capitalistes. Les problèmes et les tâches de la classe ouvrière internationale dans son ensemble sont révélés en Italie comme sous un microscope.
Après 14 mois de gouvernement conjoint, le chef de la droite de la Ligue, Matteo Salvini, a dénoncé l'alliance avec le mouvement populiste Cinq étoiles (M5S) et a appelé à de nouvelles élections. Sur la base de bonnes données de sondage, il espère former un gouvernement qu’il dominera avec les Fratelli d’Italia. Ces derniers se situent dans la continuité historique directe du fascisme italien. Lors des dernières élections européennes, il a même envoyé un arrière-petit-fils de Benito Mussolini, nommé Cesare Mussolini, dans la course. Il n’y a pas de résistance contre ce développement à droite de la part des soi-disant partis de centre-gauche. Au contraire. Le Parti démocrate (PD), dont les origines remontent au Parti communiste italien dissout en 1991, attaque Salvini de la droite. Ils veulent empêcher de nouvelles élections, sinon l’adoption du budget pour l’année à venir serait compromise. À cette fin, ils travaillent maintenant avec le M5S, qu'ils qualifiaient jusqu'à récemment de «mouvement d'extrême droite» et qui «constitue une menace pour la démocratie et l'Europe». Pour respecter les exigences du budget de l'UE, il faut économiser 23 milliards d'euros. L’ancien Premier ministre Renzi (PD) a accusé Salvini d’avoir mis cet objectif en péril parce qu’il voulait annuler les réductions de pensions décidées par le gouvernement Renzi. Il accuse également Salvini d'être proche de la Russie. Par ailleurs, Renzi défend expressément la politique inhumaine de Salvini en matière de réfugiés, avec laquelle il a attisé les sentiments racistes les plus rétrogrades depuis des mois. Il a déclaré au journal français Le Monde:
Vous devez être intellectuellement honnête ici. Ce n’est pas un problème entre le PD, le M5S et le Lega, mais entre l’Europe et l’Afrique.
Les remarques de Renzi sont symptomatiques de la relation avec Salvini. Il n'est pas un opposant aux élites dirigeantes, mais simplement le représentant le plus agressif de leur tournant général vers un régime autoritaire. Avant de développer la Ligue du Nord en parti national de droite, la Ligue était depuis dix ans un partenaire de la coalition de Silvio Berlusconi, coalition qui appartenait à son tour au Parti populaire européen d’Angela Merkel. La politique inhumaine de Salvini, qui marche littéralement sur les cadavres, propage ouvertement ce que l’Union européenne pratique depuis longtemps en scellant ses frontières et en transformant la Méditerranée en fosse commune. Le fait que Salvini soit même capable de remporter des votes avec sa démagogie d’extrême droite est dû à l'amertume et à la frustration résultant de décennies d'austérité «de gauche». Depuis le début des années 90, lorsque les démocrates-chrétiens et les socialistes ont sombré dans un tourbillon de corruption, la politique italienne a suivi un schéma régulier. Les gouvernements de droite menés par le milliardaire des médias Berlusconi alternaient avec les gouvernements de centre-gauche dirigés soit par des technocrates, soit par le PD lui-même. Alors que le premier distribuait généreusement de l’argent à la clientèle corrompue du parti, le second a de nouveau réduit les dépenses au détriment de la classe ouvrière. Cette politique a été dissimulée par les syndicats et par plusieurs partis de la pseudo-gauche (Rifondazione Comunista, SEL, Sinistra Italiana, etc.), qui ont supprimé tous les mouvements indépendants de la classe ouvrière et ont aidé les gouvernements de centre-gauche une majorité. Le résultat a été un désastre social. Avec un peu moins de 10%, le taux de chômage italien est le troisième plus élevé d'Europe et dépasse 28% chez les jeunes. Le régime de retraite a été brisé par les gouvernements PD après la crise financière de 2008, l'érosion des lois du travail, la croissance du travail précaire encouragée et le revenu net des groupes les plus défavorisés réduit de 25%. Néanmoins, la dette publique a atteint un record de 135% du PIB et le système bancaire italien est sur le point de s'effondrer.
Les conflits entre la Ligue de Salvini, le PD de Renzi et les autres partis de l’établissement sont purement tactiques. Ils tournent autour de la meilleure manière de faire respecter les attaques sociales contre la classe ouvrière et sur les questions de politique étrangère, en particulier l'attitude envers l'UE et la Russie. Il existe un consensus sur la nécessité de nouvelles attaques sociales face à la crise bancaire et à la récession internationale qui se profilent. Les parallèles avec les autres pays sont évidents, notamment avec le Pindostan [1]. Donald Trump, représentant des élites dirigeantes, a utilisé les réductions sociales mises en place par Obama pour canaliser la frustration suscitée par la catastrophe sociale sur des canaux réactionnaires et mobiliser des éléments fascistes. En Allemagne, le parti d'extrême droite AfD doit son ascension à un complot au sein de l'appareil d'État, en particulier des services secrets, et au soutien d'autres partis. Lors des élections parlementaires italiennes de mars 2018, le Mouvement des cinq étoiles a comblé le vide politique laissé par les démocrates et les pseudo-gauches. Il s'est proclamé parti contre l'établissement, affirmant qu'il n'était «ni de gauche ni de droite» et est devenu le parti le plus puissant, avec 33% des voix. Mais peu de temps après, il confirma l'idée marxiste que la petite bourgeoisie était incapable d'une politique indépendante et, en temps de crise, travaillait avec les couches les plus réactionnaires de la bourgeoisie, si la classe ouvrière ne pouvait pas montrer une issue progressiste à l'impasse sociale. Le M5S a agi en tant que «porte-étriers» pour Salvini et a appuyé toutes les mesures, même les plus réactionnaires, du ministre de l'Intérieur. De nombreux électeurs se sont détournés du M5S. Un an et demi plus tard, il n’atteignait que 18% dans les sondages, tandis que le résultat de la Ligue avait plus que doublé pour atteindre 37%. Toutefois, votes électoraux et résultats de sondages ne sont pas synonymes de mouvement de masse fasciste. La classe ouvrière italienne a à plusieurs reprises réagi par des grèves militantes et des manifestations politiques contre les attaques sociales et politiques. Et il existe une tradition antifasciste puissante, qui remonte à la résistance contre Hitler et Mussolini et que des années de déclin politique ne pourraient étouffer. Ce potentiel puissant doit être libéré. C'est le seul moyen de combattre et de vaincre la menace fasciste. Cela présuppose plusieurs choses:
1. La classe ouvrière est une classe internationale. Elle est étroitement liée dans le monde entier à travers le processus de production. Des centaines de milliers de travailleurs et de jeunes italiens travaillent, étudient et se forment dans d'autres pays. Cela doit constituer la base d'une offensive politique contre le réel danger. Les travailleurs doivent s'unir à travers l'Europe et au niveau international et rejeter catégoriquement toute forme de division nationale, raciale ou autre.
2. La lutte contre la droite nécessite un programme socialiste. Il est impossible d'éviter le danger du fascisme et de la guerre sans éradiquer leur cause, le système de profit capitaliste et briser le pouvoir des banques et des corporations.
3. Il est impossible de s'opposer à la droite et aux fascistes sans rompre politiquement avec les sociaux-démocrates, les syndicats et leurs pseudo-gauchistes. La subordination à ces organisations et leur soutien électoral en tant que prétendu «moindre mal» affaiblissent la classe ouvrière et renforcent les fascistes. L'expérience italienne vient de le confirmer.
4. La classe ouvrière a besoin de son propre parti révolutionnaire internationaliste. Le nombre de grèves et de manifestations de masse augmente dans le monde entier, mais il manque de perspective politique et de leadership. (Exemple : Gilets Jaunes en France).
Traduction : Hannibal Genséric
[1] Pindostan. Terme sarcastique russe pour designer l’Amérique, combinant "Pindos" (equivalent russe de Gringo) with "-stan" , signifiant le "pays des gringos".
VOIR AUSSI :

4 commentaires:

  1. Péter Swarz....... rien a ajouter...encore un italien de souche qui s'inquiète pour son pays. Cest Attali italien?...

    RépondreSupprimer
  2. Les pro-migrants catholiques italiens récolteront bientôt les fruits de leur "charité chrétienne" envers des gens qui eux n'auront aucune charité : Une vision de Alois Irlmaier sur l'Italie : « En Italie, des sauvages vont massacrer la population, le Pape réussira à fuir, mais de nombreux membres du clergé seront tués, de nombreuses églises seront détruites".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. que le vatican soit rase et que tous ces pedophiles qui y vivent gracieusement tout en ejaculant dans une orgie sans fin et orchestree par francois le faux pape banquier mafieux , je glorifierai le fils de Dieu jesus de mes prieres .et appelle aux catholiques comme je suis d'en faire autant .
      Reveillez chers chretiens le pape est le serviteur de lucifer .car il est soumis aux judeo-sionistes et franc macons. francois l'enfer t'attends.

      Supprimer
  3. G. Soros aussi , s'appelle Schawrz, de son vrai nom. Tout un programme ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.