lundi 22 octobre 2018

Bataille du Gaz. L'Arabie Saoudite aux côtés de la Russie


Les Saoudiens envisagent de contribuer au financement des projets russes  de GNL dans l'Arctique - concurrents directs de la grande ambition américaine en matière de GNL. Par ce biais, l'Arabie cherche à "contrer" le vilain petit Qatar d'une part, et à montrer à l'Oncle Sam qu'elle a d'autres moyens de riposte en cas de sanctions.
Maintenant que les marchés pétroliers mondiaux se sont habitués à la coopération entre les deux pays dans le domaine de la production pétrolière, qui a fait son apparition début 2017 dans le but de calmer les inquiétudes sur les prix mondiaux, il semble maintenant que les deux alliés débutants vont également coopérer dans le secteur du gaz naturel liquéfié (GNL). Et cette fois aussi, il semble que l’alliance puisse viser les ambitions énergétiques des États-Unis.
 
Le ministre de l'énergie du Royaume, Khalid Al-Fail, a déclaré lundi au Forum indien de l'énergie à Delhi que la société saoudienne Aramco était ouverte à l'idée de commercialiser une partie du GNL issu du projet russe Arctic LNG 2.
«Aramco a pour mandat d’internationaliser les activités et d’investir non seulement en aval, mais également dans le gaz et le GNL. Nous avons examiné des projets en Afrique et en Méditerranée, et bien sûr dans l’Arctique, avec certaines entreprises russes, comme Novatek. L'idée est qu'Aramco commercialise ce [GNL] au niveau mondial et en apporte une partie en Inde et sur d'autres marchés », a déclaré Al-Falih.
Projet  "mammouth"
Arctic LNG 2 sera une installation gigantesque et renforcera les ambitions de la Russie en matière de gaz pour l'Europe non seulement par gazoducs, mais également pour les principaux marchés du GNL en Asie, qui représentent plus de 70% de la demande mondiale en GNL. Cette croissance devrait s'accroître du fait de la montée en puissance de l’utilisation de gaz naturel par la Chine. Le projet prévoit la construction de trois trains de GNL d'une capacité de 6,6 millions de tonnes par an (mtpa) chacun, soit 535.000 barils d'équivalent pétrole par jour. Il devrait commencer entre 2022 et 2023.
Dès le début de l’année, l’Arabie saoudite et la Russie ont indiqué qu’elles pourraient devenir partenaires dans le GNL si Aramco et Novatek avaient signé un protocole d’accord sur une éventuelle coopération dans Arctic LNG 2.
Aramco étudie «sérieusement» l’investissement dans la future usine de GNL d’Arctic, a déclaré à la presse le ministre saoudien de l’Énergie, Khalid Al-Falih, le 14 février à Riyadh, lors d’un briefing conjoint avec son homologue russe. Le roi saoudien Salman souhaite renforcer les liens énergétiques entre les deux pays à la suite de leur collaboration dans la réduction du pétrole qui a permis de relancer le redressement du prix du pétrole brut, selon Al-Falih.
Le président russe, Vladimir Poutine, souhaite développer davantage de projets de GNL afin de rivaliser avec les plus grands producteurs de GNL, le Qatar et l'Australie. Cependant, comme le Qatar prévoit d'atteindre une capacité de liquéfaction de 110 millions de tonnes par an d'ici cinq ans, cette ambition risque de ne jamais se réaliser. L'Arabie saoudite cherche également à doubler sa production de gaz au cours des dix prochaines années.
Clés à emporter
La possibilité d'une alliance russo-saoudienne non seulement sur les marchés pétroliers mais aussi sur les marchés du gaz a des retombées significatives sur les marchés de l'énergie et les développements géopolitiques, en particulier au Moyen-Orient. Tout d’abord, cela intervient alors que l’Administration Trump et Riyadh tentent fébrilement de limiter les dommages consécutifs à l’implication saoudienne dans le meurtre du Jamal Khashoggi. Tandis que Trump tente d'atténuer les critiques tant au niveau international que parmi un Congrès, il reste à voir ce qui se passera si des enquêtes turques ou même internationales constatent que l'Arabie saoudite a joué un rôle déterminant dans les torts causés par l'incident.
Problèmes de financement pour les projets américains
De plus, les commentaires d’Al-Falih lundi sur la coopération gazière entre la Russie et l’Arabie saoudite rejoignent la compétition entre la Russie et les États-Unis d’Amérique au Moyen-Orient. Essentiellement, les États-Unis ont renoncé à leur domination de plusieurs décennies dans la région, tandis que la Russie, principalement dans la guerre civile syrienne en cours et avec sa position favorable à Téhéran, renforce son influence au Moyen-Orient.
Cependant, à part la géopolitique, une alliance entre la Russie et l’Arabie sur les marchés mondiaux du GNL pourrait poser problème aux propositions de projets américaines qui font déjà face à des vents contraires, alors que la deuxième série de projets américains cherche des financements pour aller de l'avant compte. Avec les perspectives d'une guerre commerciale prolongée entre Washington et Beijing, de nombreux projets de GNL aux États-Unis pourraient prendre du retard ou même ne pas recevoir de financement et perdre face à de nombreux concurrents, dont le Mozambique et le Canada.
Source: OilPrice.com

Rappel

Petit entrefilet d’information sur RT qui, mine de rien, a son importance mais passe sous le radar de l’info occidentale. La guerre du gaz fait rage depuis des années, la destruction de la Syrie et celle à venir de l’Iran par l’empire (du moins est-ce le projet…) est directement liée au contrôle de la production et de l’acheminement du gaz vers l’Europe pour torpiller les intérêts russes (et iraniens) ainsi que de contrôler parmi les plus grosses réserves mondiales.
Nous rappelons qu’en 2009, Bachar al-Assad a refusé le passage d’un gazoduc du Qatar à la Turquie via l’Irak et la Syrie. Moins de 2 ans plus tard, la guerre (du gaz) par procuration commençait en Syrie. Le Qatar est la “propriété” d’Exxon-Mobil (Rockefeller) qui possède aussi environ 30% de parts d’ARAMCO en Arabie Saoudite, la Royal-Dutch Shell (Rothschild) en étant un autre gros actionnaire. L’ex-PDG d’Exxon-Mobil fut choisi par Trump comme ministre des affaires étrangères… Coïncidence ?
--------------------------------------------------------------
ANNEXE
Où se trouvent les réserves de gaz naturel ?
La Russie (23%), l'Iran (17%) et le Qatar (13%) sont les trois pays les mieux dotés en gaz, concentrant à eux trois plus de la moitié des réserves prouvées de gaz naturel de la planète. Le Qatar étant déjà "In the Pocket" , l'Oncle Sam (aidé par la Macronie et les habituels suspects)  voudrait bien mettre la main sur les gisements russes  et iraniens.

Rang
Pays
Réserves (en milliards de mètres cubes);

1
Russie
44800
27%
2
Iran
29610
18%
3
Qatar
25370
15%
4
Arabie Saoudite
7807
5%
5
États-Unis
7716
5%
6
Turkménistan
7504
4%
7
Émirats Arabes Unis
6543
4%
8
Nigéria
5292
3%
9
Venezuela
5065
3%
10
Algérie
4502
3%
11
Irak
3170
2%
12
Australie
3115
2%
13
Indonésie
3001
2%
14
Kazakhstan
2407
1%
15
Malaisie
2400
1%
16
Union européenne
2211
1%
17
Egypte
2186
1%
18
Norvège
2039
1%
19
Ouzbékistan
1841
1%
20
Kuwait
1798
1%


168 377
100%
Source: CIA, 2011.
Où sont les zones d'extraction du gaz naturel ?
Les Etats-Unis (20%) et lRussie (19%) sont de loin les plus gros producteurs mondiaux de gaz naturel, avec près de 40% des volumes extraits au niveau mondial.

Rang
Pays
Production (en milliards de mètres cubes)

1
États-Unis
611
22%
2
Russie
588,9
21%
3
Union européenne
182,3
7%
4
Canada
152,3
5%
5
Iran
138,5
5%
6
Qatar
116,7
4%
7
Norvège
106,3
4%
8
Chine
102,5
4%
9
Pays-Bas
85,17
3%
10
Algérie
85,14
3%
11
Arabie Saoudite
83,94
3%
12
Indonésie
82,8
3%
13
Malaisie
66,5
2%
14
Egypte
62,69
2%
15
Ouzbékistan
59,1
2%
16
Mexique
59,07
2%
17
Royaume-Uni
56,3
2%
18
Inde
52,8
2%
19
Emirats Arabes Unis
48,84
2%
20
Australie
45,11
2%
Source ; CIA 2010 
Hannibal GENSERIC






























































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.