samedi 13 octobre 2018

Opinion: Israël continuera d’attaquer la Syrie et la Russie.


Ces derniers jours, des signes politiques et militaires de préparation de la prochaine attaque d'Israël contre la Syrie et la Russie sont apparus.

Après que les dirigeants russes eurent pris la décision politique de fournir à la Syrie des systèmes de défense antiaérienne S-300 et divers autres systèmes, ainsi que de renforcer les contre-mesures électroniques, le ton des déclarations et des interviews de représentants des dirigeants politico-militaires israéliens a considérablement changé.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n’a fait aucune déclaration politique forte après son retour des États-Unis et ses entretiens avec Donald Trump. Il a fait des déclarations politiques aux États-Unis mais, probablement, il n’avait toujours pas une image complète ni une information complète des actions à venir de la Russie.
Après l'arrivée de Netanyahu des États-Unis et après la réunion de trois heures du bloc militaro-politique du gouvernement israélien tenue le lendemain, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, ont été temporairement réduits au silence.
Avigdor Lieberman a accordé deux interviews ces derniers jours - l'une le 27 septembre au poste de contrôle de Kuneitra sur le plateau du Golan occupé par Israël et l'autre récemment pour le journal Yediot Ahronot.
Sur les hauteurs du Golan, Lieberman a contourné la question de la politique israélienne dans les nouvelles conditions, affirmant que la politique de l’État d’Israël ne changerait pas, et a suggéré aux journalistes de s’adresser à l’attaché de presse de l’armée israélienne. Dans une interview avec le journal Yediot Ahronot, rien n'a été publié concernant la Syrie. Cela est peut-être dû à l'interdiction de la publication d'informations à ce sujet par la censure de l'État israélien.
Israël est l’un des rares pays au monde où une censure préliminaire est en vigueur et où, pour la première fois de l’histoire après l’Allemagne nazie, il existe un ministère de la propagande. Mais dans une interview publiée au journal Yediot Ahronot, la phrase du ministre israélien de la Défense selon laquelle "l'état de préparation au combat de l'armée israélienne est maintenant identique à celui de la guerre de 1967" a été préservée.
Le 6 octobre, un autre ministre du gouvernement israélien, Tzhahi Anegbi, a accordé au journal Ha’aretz un entretien dans lequel il annonçait également la détermination et les intentions du gouvernement israélien de poursuivre l’agression contre la Syrie.
Un tel comportement public de Netanyahu, de Lieberman et d'autres ministres israéliens ne peut signifier qu'une chose: les dirigeants israéliens n'ont pas refusé de poursuivre l'agression contre la Syrie et la préparation secrète de nouvelles attaques est en cours.
Selon le reportage du 5 octobre du site israélien Debka sur Israël, considéré comme un site publiant des informations dans l'intérêt des services de renseignement israéliens, le président américain a ordonné de transférer d'urgence à Israël plusieurs escadrons du dernier avion américain F-35, des unités de combat, y compris celles déjà basées au Moyen-Orient et aux Émirats arabes unis.
Les Israéliens justifient leur agression contre la Syrie à cause de la présence d'officiers iraniens sur le territoire syrien et par la possibilité de transférer certains types d'armes au mouvement Hezbollah libanais. Mais cela est complètement faux, car Israël n’a jamais arrête d’attaquer la Syrie, y compris lorsqu’il n’y avait aucun Iranien sur le territoire syrien.
D’un point de vue juridique, la présence d’officiers iraniens en Syrie et la présence d’armes iraniennes, ainsi que l’assistance de la Syrie au mouvement du Hezbollah libanais, sont tout à fait légitimes. Des officiers et des volontaires iraniens se trouvent légalement sur le territoire syrien à la demande du gouvernement syrien et apportent une contribution importante à la restauration de l'État syrien
Ces dernières années, depuis le début des événements en Syrie (depuis 2011), Israël a commis plus de 200 actes d'agression contre la Syrie. Des maisons ont été détruites, des officiers et des soldats syriens, des civils ont été tués et blessés.
Dans le même temps, il n’ya pas eu un seul acte d’agression contre Israël de la part de la Syrie; Une fois, un avion israélien a été abattu par un tir de la défense aérienne syrienne.
Les attaques constantes de l’aviation israélienne n’ont pas fait l’objet d’une opposition de la part de la Russie jusqu’à récemment. Au lieu de protéger le ciel syrien de tous les agresseurs, la Russie a autorisé Israël à attaquer « toute cible » en Syrie et a permis aux États-Unis d’occuper des territoires situés au sud et à l'est de la Syrie.
L'incident tragique avec l'Il-20 russe aurait pu se produire plus tôt à tout moment, et il est fort probable que de tels incidents se soient déjà produits, mais ils n'ont pas été signalés par la Russie, car le lobby juif est aussi puissant à Moscou qu’il l’lest à Paris ou à Londres, mais il est moins voyant.
Ainsi, en 2013, après une nouvelle attaque aérienne israélienne contre la Syrie dans la région de Lattaquié, à proximité immédiate des installations militaires russes, le président russe Vladimir Poutine a appelé le Premier ministre israélien dans la soirée, qui était alors en visite en Chine. .
À ce moment-là, en 2013, le président américain Barack Obama n'avait pas pu s'entretenir au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine pendant six mois à cause du refus de la partie russe dans ce dossier.
La conversation tenue à 22 heures, heure de Beijing (ce qui indique l'urgence de l'appel), était si importante pour Netanyahu qu'il est retourné en Israël après une longue visite et un long vol, à cinq heures du matin d’un  important d'un jour de fête religieuse. Sans quitter l'aéroport, il est transféré dans un autre avion et vole à Sotchi pour rencontrer Vladimir Poutine. Et seulement après cette réunion partiellement en tête-à-tête, Netanyahu est retourné en Israël et l'agression israélienne contre la Syrie, avec le consentement tacite de la Russie, s'est poursuivie.
Dans toute l'histoire de l'agression israélienne contre la Syrie, il y a un aspect moral et politique crucial. Grosso modo, les Russes considèrent qu’ils ne sont alliés avec aucun pays. Alors que les Américains considèrent qu’une agression contre l’un de leurs protégés ou alliés, est une agression contre l’Amérique, pour Poutine cela n’est pas vrai. Les autres pays alliés de la Russie savent maintenant qu’ne cas d’agression, la Russie ne les défendra pas, partant de certains intérêts « incompréhensibles » des dirigeants russes du pays, contraires aux intérêts nationaux de la Russie. Cela s'est passé dans le Donbass en 2014, en Syrie à partir de 2011, malgré l'existence d'un traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle entre la Russie et la Syrie.
Et en 2014 en Ukraine et à partir de 2011 en Syrie, les actions de la Russie étaient partielles, insuffisantes et ne correspondaient pas pleinement aux intérêts nationaux de la Russie.
La catastrophe de l'avion de reconnaissance électronique russe IL-20, due principalement à la non-résistance de la Russie à l'agression israélienne, n'a pas encore reçu de réponse politique adéquate. L’approvisionnement de la Syrie en divers systèmes et complexes de défense aérienne constitue une solution à la fois technique et politique au problème.
La Russie ne peut pas et ne sera pas en mesure de défendre la Syrie et ses intérêts en Syrie sans une opposition directe à l'agression israélienne et américano-turque, ce qui nécessite une décision politique, qui n'a pas encore été prise.
Poutine est-il capable de résister au lobby juif ? Ou en a-t-il seulement la volonté ?
By Mikhail Osherov


poutine-russie-russe-israel-netanyahu-arme-geopolitique-diplomatie
Photo: RIA Novosti

OSHEROV.jpg

Mikhaïl Osherov est un Russe israélien actif dans la vie politique d’Israël depuis 2010.
Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le conflit israélo-palestinien.
Diplômé de physique et d’économie, il a été, entre autres, expert au Verkhovny Sovet (ancien parlement de Russie) avant l’assaut donné par Boris Eltsine en octobre 1993, expert du conseil législatif de Saint-Pétersbourg, et directeur d’une compagnie d’investissement.
Voir aussi :
Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. Malheureusement: WAIT AND SEE

    RépondreSupprimer
  2. Et là se justifie le proverbe "en politique il n'y a pas d'amitié, il n'y a que des intérêts", ou le fameux proverbe arabe" ne pleure pour toi que ton œil et ne peut te gratter que ton ongle"! CQFD

    RépondreSupprimer
  3. Israel n'est pas un pays viable.Ressources en eau déficitaires,pas de pétrole,de gaz,de matières premières,donc si il ne veut pas disparaître il n'a pas d'autre choix que d'envahir ses voisins sous n'importe quel prétexte pour augmenter sa superficie.Donc pourquoi pas la Syrie.Sauf que la Syrie bénéficie du soutien de l'Iran et de la Turquie.Le Liban ,l'Irak idem.Il ne reste plus que la Jordanie(sans interêt)l'Egypte (bon courage)Il ne leur reste plus que les monarchies couscoussières du golfe a se mettre sous la dent

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.