mercredi 3 octobre 2018

L'Arabie saoudite et d’autres pays "arabes" utilisent des cyber-armes israéliennes


Les autorités saoudiennes auraient utilisé la technologie fournie par la société israélienne NSO pour tenter de retrouver Omar Abdulaziz via son téléphone portable, selon un groupe de recherche canadien.
[Note de la rédaction de Veterans Today: 
Cette histoire comporte bien plus qu’une étude superficielle; avec quelques connaissances de base, de vastes implications deviennent claires.
C’est un exemple de collaboration entre les services de renseignements saoudiens et israéliens, chose que nous savons qu’ils ont faite pendant des décennies, notamment lorsqu’ils ont planifié et mené à bien les attaques du 11 septembre.
NSO Group Technologies est clairement un front pour le MOSSAD et les services de renseignement israéliens. Elle est basée sur le campus de Herzliya, qui appartient et est exploité par les services de renseignement israéliens. Ce campus est connu comme étant l’«université» de ces services, où ils forment leurs employés et leurs agents actifs.
Comme de nombreuses autres sociétés israéliennes qui appartiennent apparemment à des intérêts privés, NSO est dirigée par d'anciens militaires et ex-agents du renseignement, notamment des membres de l'unité 8200, qui est le groupe au cœur de la fausse nouvelle sur l’affaire  NSA-Wikileaks, qui a infecté les affaires mondiales ces dernières années.
Comment cela fonctionne-t-il? En vertu d'un accord secret signé sous l'administration Bush, la NSA transmet toutes ses données de surveillance brutes directement à l'unité 8200 où elles sont filtrées, manipulées et éditées afin de produire des informations frauduleuses pouvant ensuite être divulguées au public et  dans les médias via Wikileaks, un autre front du Mossad.
L’unité 8200 se trouve sur le même campus d’Herzliya que NSO et il est évident que NSO n’est rien de plus qu’un front pour l’unité 8200 dotée du personnel de l’unité 8200 qui utilise la couverture qui était autrefois employée par l’unité 8200. C’est une pratique courante dans monde du renseignement, il donne les services de renseignement avec un degré de déni plausible pour confier des opérations néfastes à des fronts tels que NSO.
Donc, cette histoire revient à dire que les services de renseignement israéliens autorisent les Saoudiens à utiliser pleinement leurs outils et moyens, en particulier leurs capacités de surveillance électronique [1]. C'est quelque chose que VT sait depuis des années, mais il est maintenant dans le domaine public, bien que masqué par un voile de fronts comme NSO.
 Ian]
--------------------------------------------------------------
Des agents apparemment liés au régime saoudien ont utilisé la technologie d'espionnage de la société israélienne NSO Group Technologies pour écouter et suivre un dissident saoudien au Canada, selon un rapport publié lundi.
Le groupe de recherche Citizen Lab a déclaré qu’il était "très confiant" que le logiciel Pegasus de la NSO ait été utilisé cet été pour espionner un exilé saoudien âgé de 27 ans, Omar Abdulaziz.
Selon le rapport, repris par le quotidien canadien The Globe and Mail, le but était d'accéder à l'iPhone d'Abdulaziz, qui vit à Montréal et qui a été un critique important du gouvernement saoudien sur les médias sociaux.
Un tel usage de la technologie d'écoute électronique par un gouvernement étranger constituerait une écoute illégale, a déclaré le directeur du Citizen Lab, Ron Deibert.
L’affaire intervient dans le contexte d’une crise diplomatique entre Ottawa et Riyad, à la suite des critiques de la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, au mois d’août, sur l’emprisonnement de militantes des droits des femmes en Arabie saoudite. Elle a également appelé à leur libération. [2]
L’Arabie saoudite a qualifié les propos du ministre de violation de sa souveraineté et a suspendu ses relations diplomatiques et commerciales avec le Canada. Riyad a également ramené à la maison des milliers d'étudiants universitaires saoudiens qui étudiaient au Canada.
En juillet, des chercheurs du Citizen Lab ont averti que des messages trompeurs sur des manifestations en Arabie saoudite étaient utilisés pour cibler les téléphones portables, y compris celui d'un chercheur régional d'Amnesty International. Le mois dernier, le groupe de recherche de l’Université de Toronto a déclaré qu’au moins 36 gouvernements utilisaient les services des NSO. Il a également affirmé qu'il y avait une forte probabilité que l'Arabie saoudite fût parmi eux. Des infections suspectées au logiciel Pegasus ont été découvertes au Canada, en Grande-Bretagne, en France, et au Maroc, en plus de la Turquie, du Liban, de l'Égypte, du Qatar et de Bahreïn, a déclaré Citizen Lab.
Taux de pénétration des cyber armes israéliennes dans le monde
Les pays "arabes" [3] les plus infectés par ces armes
sont
la Jordanie, les EAU, la Tunisie et le Maroc
En août, il a été signalé que les Émirats arabes unis avaient utilisé le logiciel NSO pour suivre 159 membres de la famille royale qatarie. Et des poursuites judiciaires récemment intentées en Israël et à Chypre ont affirmé que les dirigeants des Émirats arabes unis utilisaient Pegasus depuis plus d'un an pour surveiller leurs opposants, tant à l'intérieur de l'émirat qu'à l'étranger.
NSO a pour sa part déclaré "développer des produits concédés sous licence uniquement à des agences gouvernementales légitimes, dans le seul but d'enquêter sur les crimes et le terrorisme et de les prévenir", a indiqué la société, qui a utilisé son logiciel pour prévenir les attaques suicides, espionner et faire condamner les seigneurs de drogue et localiser les enfants disparus. Elle n'a pas précisé quels gouvernements utilisaient sa technologie. "Le produit ne fonctionnera pas en dehors des pays approuvés", indique le communiqué.
[3] Génétique. Les faux Arabes d'Afrique du Nord

VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.