vendredi 26 octobre 2018

Poutine : La Russie ciblera les pays européens s'ils accueillent des missiles intermédiaires américains


Le président russe a déclaré mercredi aux journalistes que la Russie réagirait de manière adéquate et le ferait rapidement.

Poutine a averti les Européens. S'ils permettent aux Américains de cibler la Russie avec des missiles à portée intermédiaire à partir de leur territoire, leur territoire sera à son tour ciblé par les missiles russes.

"En répondant directement à votre question, pouvons-nous répondre", a déclaré Poutine, à la question de savoir ce que ferait la Russie si Trump tenait sa promesse de quitter le traité. "Nous pouvons le faire et ce sera très rapide et très efficace", a-t-il déclaré.
"Si les États-Unis se retirent du traité INF, la principale question est de savoir ce qu'ils vont faire de ces missiles [à portée intermédiaire] qui réapparaîtront."
"S'ils veulent les livrer en Europe, notre réponse devra naturellement en tenir compte, et les pays européens qui acceptent de les accueillir, si les choses vont si loin, doivent comprendre qu'ils exposent leur propre territoire à un risque de contre-frappes. "
Poutine a déclaré qu'il ne comprenait pas pourquoi il était nécessaire de mettre l'Europe en danger, affirmant qu'il s'agissait d'une situation que la Russie elle-même voulait éviter si possible.
Le haut responsable de l'OTAN a accusé mercredi la Russie d'avoir violé le traité, mais a déclaré qu'il ne croyait pas que la menace russe entraînerait de nouveaux déploiements de missiles américains en Europe.
La Russie a la possibilité de déployer des missiles à portée intermédiaire dans son enclave européenne de Kaliningrad sur la mer Baltique, une initiative qui mettrait une partie de l’Europe à sa portée.
Hannibal Genséric
----------------------------------------

Qui profite de la fin du Traité sur les Forces Nucléaires à portée Intermédiaire ?


La décision des États-Unis de se retirer du Traité sur les Forces Nucléaires à portée Intermédiaire pourrait accélérer la disparition de l’alliance Occidentale de l’après-guerre et annoncer un mauvais remix des années 1930.

Le Bulletin of the Atomic Scientists a déplacé l’aiguille de l’horloge de l’Apocalypse à seulement 2 minutes avant minuit. Il serait tentant d’en faire une simple querelle de flèches et d’olives si ce scénario n’était pas si terrifiant.
Le président américain Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, Secrétaire Général de l’URSS, ont signé le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) en 1987.
Arms Control Association était extrêmement satisfaite.
« C’était la première fois que les superpuissances acceptaient de réduire leurs arsenaux nucléaires, d’éliminer toute une catégorie d’armes nucléaires et de procéder à des inspections approfondies sur place pour vérification. »
Trois décennies plus tard, l’administration Trump veut se retirer unilatéralement du Traité sur les FNI.
Plus tôt cette semaine, le président Trump a envoyé son conseiller à la sécurité nationale John Bolton pour annoncer officiellement la nouvelle au président russe Vladimir Poutine à Moscou.
Alors qu’ils discutaient de questions extrêmement graves telles que les implications de la dissolution du Traité sur les FNI, la perpétuation des sanctions contre la Russie, le risque de ne pas proroger un nouveau Traité START et le déploiement, selon les termes de Poutine, de « certains éléments du bouclier antimissile dans l’espace » , le Président russe a abordé, et bien, les flèches et les olives :
« Si je me souviens bien, un grand aigle à tête blanche figure sur les écussons américains : il tient 13 flèches dans une serre et une branche d’olivier dans l’autre comme un symbole de politique pacifique : une branche avec 13 olives. Ma question : votre aigle a-t-il déjà mangé toutes les olives en ne laissant que les flèches ?« 
Réponse de Bolton :
« Je n’ai pas apporté d’olives. »

Une « nouvelle réalité stratégique » ?
Il est maintenant clair que la raison pour laquelle l’administration Trump s’est retirée du Traité sur les FNI est due, selon les termes de Bolton, à « une nouvelle réalité stratégique. » Le traité est rejeté comme un « traité bilatéral dans un monde multipolaire de missiles balistiques« , qui ne prend pas en considération les capacités de missiles de la Chine, de l’Iran et de la Corée du Nord.
Mais il y a un léger problème. Le Traité sur les FNI limite la portée des missiles de 500 à 5.000 km. La Chine, l’Iran et la Corée du Nord ne peuvent tout simplement pas constituer une « menace » pour les États-Unis en déployant de tels missiles. Le Traité sur les FNI n’est rien d’autre que le théâtre de guerre européen.
Il n’est donc pas étonnant que Bruxelles et les grandes capitales européennes aient été horrifiés.
Les diplomates de l’UE ont déclaré à Asia Times que la décision américaine était un « choc » et « la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour l’UE, car elle met en péril notre existence même, nous soumettant à une destruction nucléaire par missiles à courte portée » , qui ne pourrait jamais atteindre le centre des Etats-Unis.
La raison « Chine » – que la Russie vend de la technologie de missiles de pointe à Pékin – n’est tout simplement pas suffisante en Europe, car la priorité absolue est la sécurité européenne. Les diplomates de l’UE établissent un parallèle avec la possibilité – qui était plus que réelle l’année dernière – que Washington puisse bombarder unilatéralement la Corée du Nord. La Corée du Sud et le Japon, dans ce cas, seraient des « dommages collatéraux » nucléaires. Il pourrait en aller de même pour l’Europe en cas d’échange de tirs nucléaires entre les États-Unis et la Russie.
Il va sans dire que l’abandon du FNI pourrait même accélérer la fin de toute l’alliance Occidentale de l’après-guerre, annonçant un remix des années 1930 avec une certaine vengeance.
....................
Il n’est donc pas étonnant que les diplomates de l’UE, essayant d’apaiser leur malaise, reconnaissent qu’il s’agit en fin de compte de la Doctrine de la Domination Totale du Spectre et de la nécessité de faire fonctionner l’énorme complexe de surveillance militaro-industrielle américain.
Même si l’horloge se rapproche de minuit.
traduit par Pascal, revu par Martha pour Réseau International
 

7 commentaires:

  1. Ce n'est pas la Russie qui viole les traités, ce sont bien les Américains qui ont implanté des bases de l'OTAN partout en Europe même après avoir promis à Gorbatchev qu'ils ne le feraient pas; ce sont bien les Américains qui se retirent des traités dont le but est de préserver la paix dans le monde; ce sont donc bien les Américains qui sont une menace pour la paix mondiale, et pour quelle raison? pour continuer à vendre des armes pour semer le chaos, le désordre, la destruction des pays qui leur résistent et... on continue; un pays détruit, un autre sur la liste, en inventant une excuse fabriquée de toutes pièces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dans leur...ADN. En posant tes interrogations, tu sembles juste oublier leur...histoire. Ces ex européens dont l'essentiel jadis était composé de brigands et voleurs déportés par leur pays (essentiellement France et GB qui en vidaient leurs prisons et rues) pour en faire des colonies de peuplement dans le "nouveau monde", sitôt arrivés ont commencé par exterminer les habitants autochtones - les Nations indiennes - qui comptaient 100 millions d'âmes pour s'emparer de leur territoire. Après hier "la ruée sur l'Ouest", à présent ils se lancent de nos jours vers "la ruée sur le...monde". Ils oublient cependant une chose : "qui vit par l'épée, meurt par l'épée. Ils l'oublient car ils n'ont pas une histoire pluri millénaire mais juste de 2 siècles et demi. 250 ans et autant de guerres menées depuis. Il viendra forcément le moment un jour où ils mèneront celle de...trop. Celle qui les fera disparaître. A vivre par le feu, on se voue inexorablement à mourir par le feu...

      Supprimer
  2. Serait plus précis d'en rendre coupable les juifs

    RépondreSupprimer
  3. L'administration Trump s'amuse avec du feu.Les années actuelles sont loin de ressembler aux années 30.Pour clairement dire que la multipolarité du monde actuel est irréversible. En cas d'attaque nucléaire contre un tier pays et c'est le monde entier qui en péril y compris ces USA. La cruauté des conservateurs Américain est sans autre pareil au monde !

    RépondreSupprimer
  4. Un cowboy garde les réactions primaires d'un cowboy: tout pour lui rien pour les autres. Trump n'a t'il pas récemment déclaré:" Toutes les richesses du monde nous appartiennent"!

    RépondreSupprimer
  5. LEURS PAPA VA ETRE BIENTOT PRESENTÉ COMME LE SAUVEUR DU MONDE ET BEAUCOUP LE SUIVRONT ET FINIRRONT AU LAC DE FEU QUE DIEU LEURS A PROMIS

    RépondreSupprimer