lundi 8 octobre 2018

La présence de la Russie en Irak n’est plus qu’une question de temps


L’Irak d’après-guerre est un pays, qui non seulement doit affronter de sérieux problèmes tels que la destruction de villes, la corruption, la lutte contre ce qui reste du groupe terroriste État Islamique, les contradictions ethno-religieuses incompréhensibles aux yeux de la majorité du public occidental, mais il présente aussi des opportunités qui peuvent se concrétiser, si l’on joue correctement ses cartes.

Malgré leur forte présence sur place, les États-Unis ne sont pas capables d’apaiser véritablement la situation en Irak, préférant gérer par à-coups les crises et les problèmes plutôt que de chercher des solutions durables. Cela s’explique en parie par l’influence grandissante de l’Iran en Irak, et qui contrecarre les projets américains. Le dernier exemple en date est la fermeture du consulat américain à Bassora. Les Américains pensaient que les menaces croissantes de l’Iran et des forces alliés mettaient en danger la vie de leurs diplomates, et ce malgré l’assurance des autorités irakiennes quant à leur capacité à garantir la sécurité du consulat.
Jusqu’à présent la Russie ne fait qu’observer la confrontation américano-iranienne et la direction qu’elle pourrait prendre. Mais elle pourrait entrer au bon moment dans le jeu politique faisant à Bagdad de nombreuses propositions alléchantes, dont l’achat à crédit d’armes russes modernes.
De nombreux observateurs estiment depuis longtemps que si l’Irak achète le système russe de missile S-400, cela marquerait un tournant psychologique décisif dans le rapprochement entre l’Irak et la Russie.
Lors des rencontres qui se sont tenues ces dernières années avec leurs homologues russes, un certain nombre de haut-fonctionnaires irakiens ont répété leur désir de renforcer la coopération économique avec la Russie.
Des raisons existent pour cela.
Historiquement, la Russie a été un allié traditionnel de l’Irak dans plusieurs domaines depuis l’époque soviétique, et cela est toujours vrai aujourd’hui.
L’Irak représente un centre d’intérêt pour la Russie pour deux raisons: en tant qu’un des principaux producteurs de pétrole au monde et en tant que bon client d’armements russes.
Lukoil, Rosneft et Gazprom, les trois piliers du secteur pétrolier russe, font des affaires en Irak depuis longtemps.
Pour ce qui est des armes russes, les premières livraisons commencèrent dès les années 1960. En 1989, immédiatement après la guerre Iran-Irak, l’URSS concluait des contrats militaires importants avec Bagdad pour la provision et la maintenance d’une large gamme d’armements dont les systèmes de missile « Luna », « Kvadrat » et autres. Ces contrats furent résiliés après l’opération « Tempête du désert » en janvier 1991.
Le nouveau gouvernement irakien, quel qu’il soit, n’a pas de raison d’ignorer la Russie. Au contraire, la façon avec laquelle la Russie est revenue au Moyen-Orient après une longue absence, a vraisemblablement eu une influence sur l’élite irakienne, dont de nombreux représentants gardent encore à l’esprit la présence soviétique dans la région dans les années 1970-80.
La Russie contribuera à renforcer le potentiel militaire de l’Irak, a déclaré la semaine dernière le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhail Bogdanov alors qu’il recevait le prix du renforcement du dialogue russo-irakien, publiait le journal RIA Novosti.
Moscou et Bagdad ont forgé une amitié solide et une coopération mutuellement bénéfique. De plus, l’Irak est un des principaux partenaires de la Fédération russe dans la région, a ajouté Bogdanov.
L’Irak fait face aujourd’hui à deux taches majeures : la reconstruction après-guerre et la préservation de sa souveraineté.
La Russie a indiqué, lors du forum sur la reconstruction de l’Irak qui s’est tenu à Koweït en février dernier, qu’elle était prête à travailler sur de grands projets d’infrastructure irakiens. Quant à la souveraineté, la position de la Russie est connue de tous. Après l’échec du référendum sur l’autonomie du Kurdistan irakien en septembre 2017, le ministère des affaires étrangères russe a demandé aux différents acteurs de développer une formule de coexistence qui serait acceptable par tous, dans le cadre d’un état irakien.
En ce moment, l’influence russe en Irak n’est pas très forte en comparaison avec d’autres, mais Moscou n’est pas pressé. Cela dit, la Russie ne laissera pas un pays comme l’Irak hors de sa zone d’intérêt.
Par Azer Ahmadbayli (revue de presse : Trend – 3/10/18)*
Bakou (Azerbaïdjan) -Source : Trend news agency
Traduction et Synthèse : Z.E pour France-Irak Actualité

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.