samedi 20 octobre 2018

La guerre électronique russe en Syrie oblige les États-Unis à développer de nouveaux équipements


Selon Al Monitor, l’incubateur technologique du Pentagone tente d’empêcher la Russie de brouiller les signaux américains sur le champ de bataille en Syrie, selon des documents contractuels fédéraux.

La Defence Advanced Research Projects Agency - ou DARPA - a passé au cours des deux derniers mois au moins 9,6 millions de dollars de contrats portant sur des systèmes radio conçus pour protéger les signaux américains utilisés pour guider ses frappes aériennes et d'artillerie. Les accords avec les entreprises de défense américaines Northrop Grumman et L3 Technologies sont au cœur des préoccupations grandissantes selon lesquelles la Russie pourrait intercepter et manipuler les données de ciblage américaines.
La DARPA indique dans des documents contractuels que le programme vise à se défendre contre une chaîne dite de «tuerie», rendue possible par des armes de guerre électroniques, qui pourraient paralyser les adversaires et les frapper ensuite avec une puissance de feu écrasante. La Russie a déployé de nombreux systèmes de guerre électronique en Syrie pour défendre des bases et des moyens aériens potentiellement capables de brouiller et de tromper les systèmes américains, ont déclaré des experts.
"L'armée américaine reconnaît que les capacités de la guerre électronique russe évoluent au point de constituer une menace pour les systèmes américains", a déclaré Samuel Bendett, analyste de recherche à la CNA, groupe de réflexion basé à Washington. "En ce qui concerne la Syrie, la Russie l'a utilisée comme un laboratoire massif pour ses armes."
L'annonce du programme DARPA intervient alors que les responsables militaires américains expriment de plus en plus d'inquiétude, à la fois en privé et en public, sur la menace des systèmes de guerre électronique russes sur le champ de bataille syrien. En avril, NBC News a annoncé que l'armée russe avait bloqué les signaux GPS des drones américains en Syrie, une technique utilisée pour la première fois en Ukraine. Le général Raymond Thomas, chef des opérations spéciales américaines, a qualifié le pays déchiré par la guerre de «l'environnement le plus agressif [guerre électronique] de la planète».
Résultat de recherche d'images pour "caricature guerre électronique russie usa"
Le programme soutiendra le Commandement des opérations spéciales, la Marine Corp et le commandement de l’armée de l’air chargés de sauver les soldats américains portés disparus. Un porte-parole de la DARPA n'a pas répondu aux demandes de commentaires. Un représentant de L3 Technologies, l’un des adjudicataires de la technologie radio, a refusé de répondre aux questions d’Al-Monitor lors du salon professionnel annuel de l’armée américaine, la semaine dernière.
Résultat de recherche d'images pour "caricature guerre électronique russie usa"
La campagne américaine en Syrie, y compris la lutte pour l’ancienne capitale de l’État islamique, Raqqa, s’est largement appuyée sur l’intégration d’un soutien aérien rapproché aux harkis  des États-Unis, telles que les Syrian Democratic Forces. D'anciens officiers militaires ont déclaré à Al-Monitor que des systèmes avancés de guerre électronique Russes pourraient potentiellement être utilisés pour fournir de fausses données de ciblage aux troupes américaines qui coordonnaient le soutien aérien rapproché, en atténuant leur efficacité.
«Si [l'ennemi] peut manipuler ces ordinateurs pour fournir de fausses données, vous pouvez éventuellement faire appel à des frappes aériennes contre vos propres positions», a déclaré Adam Routh, attaché de recherche au Centre pour une nouvelle sécurité américaine et ancien Ranger de l'armée qui avait fourni un soutien aérien rapproché des États-Unis en Afghanistan. «C’est une activité à haut risque. Vous n'êtes généralement pas à des kilomètres. Vous êtes généralement à des centaines de mètres ».
Selon M. Routh, l'un des principaux défis est que l'armée américaine est habituée à opérer dans des environnements «permissifs» tels que l'Afghanistan, où il est difficile de contrer la puissance aérienne américaine sur le champ de bataille. Mais si les troupes ne peuvent plus communiquer ou développer des données de ciblage, "un appui aérien rapproché prend plus de temps, voire devient impossible", a-t-il déclaré.
Un haut commandant américain qui s'est entretenu avec Al-Monitor a déclaré que l'armée se rendait compte de la gravité de la menace après avoir été dépassée par la Russie ces dernières années.
«Sur le plan des communications, nous devons sécuriser nos réseaux», a déclaré le général Paul Funk, commandant de l'armée américaine, qui dirigea la coalition dirigée par les États-Unis contre l'État islamique en Irak et en Syrie jusqu'en juin. "Nos adversaires vont s'adapter tout le temps, nous devons donc nous adapter plus rapidement et plus fréquemment."
Funk, qui commande maintenant le IIIe corps de l'armée à Fort Hood, au Texas, a déclaré qu'il n'était pas au courant du programme dirigé par la DARPA.
Depuis son entrée dans le conflit en 2015, la Russie a fait tourner ses effectifs militaires en passant par la Syrie, a déclaré Bendett, du CNA. Valery Gerasimov, qui dirige les forces armées de Moscou, a décrit le champ de bataille syrien comme un aperçu des guerres à venir. Cela inclut l'intégration de la guerre électronique dans l'entraînement militaire.
"Chaque fois que nous parlons de systèmes de guerre électroniques russes, c'est la formation constante", a déclaré Bendett. "Ils le font tout le temps."

VOIR AUSSI :


Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.