dimanche 17 juin 2018

Juin 2018

Une trêve non annoncée semble être observée par les deux plus grandes puissances militaires de la planète. C’est la trêve du Mondial russe.
كأس العالم 2018 - اليوم الخامس
A Damas, pour la première fois depuis le début de la guerre en Syrie, des barrages militaires sont levés. Plus de douze points de contrôle tenus par des unités de la Garde Républicaine viennent d’être démantelés. Fait notable: depuis la capture de la Ghouta orientale par l’armée syrienne et ses alliés dans la grande banlieue de Damas, il n’y a plus de tirs sporadiques de mortier visant le centre de la capitale syrienne.
La rencontre historique et inédite entre Donald Trump,  président des Etats-Unis d’Amérique et Kim Jong-Un, dirigeant de la République démocratique et populaire de Corée, ou Corée du Nord, le 12 juin 2018 à Singapour, a ébranlé les fondements de l’ordre stratégique international, essentiellement basé sur le mensonge, la ruse et,  par dessus tout, la peur.
Aucun expert, aucun devin ou autre émule de Nostradamus n’avait ou n’aurait prédit la juxtaposition des drapeaux nationaux US et nord-coréens derrière les deux dirigeants respectifs de leur pays. Cela relevait de l’inconcevable. Et pourtant, il aura suffi du non-conformisme et du Gung-ho d’un homme d’affaires new-yorkais et l’intelligence et l’extrême  diligence d’un petit-fils du fondateur d’une dynastie ayant été éduqué en Suisse pour que deux pays ennemis depuis plus de soixante années se rapprochent le temps d’une poignée de main relevant d’une prise d’un art martial. 
Il faudra probablement beaucoup de temps que Pyongyang désarme son arsenal nucléaire et balistique. L’estimation la plus optimiste pour la réalisation d’un tel objectif dépasse vingt ans. Car Kim Jong-Un ne cédera pas sa dissuasion sans l’acquisition de garanties de sécurité spéciales, adaptées et permettant surtout à la Corée du Nord de se doter d’une infrastrcture et d’une économie digne d’un dragon asiatique. C’est l’économie qui est la priorité numéro un de Kim Jong-Un.
Et ce dernier ne semble pas perdre de temps. Il a d’abord accepté une invitation aux USA ,  obtenu un gel des exercices conjoints militaires entre les USA et la Corée du Sud,  puis, fait important, son gouvernement a pris contact avec Séoul pour s’enquérir du Korean Exchange, la bourse de Séoul dont une partie est sise à Busan. 
Le modèle de la cité-Etat de Singapour semble avoir subjugué un leader nord-coréen que les médias de la propagande belliciste, celle-là même qui semble vouer Trump aux gémonies de l’enfer pour avoir dérogé à des règles non-écrites par les faiseurs de guerres pour le profit, présentait comme une sorte de monstre dévorant les enfants par milliers et exécutant ses subalternes à coups de DCA. Hé oui! Certaines fables ont la peau dure, même en 2018.
La propagande des faiseurs de guerre pour le profit n’a réussi que grâce à la lâcheté ou la peur mais surtout en s’appuyant sur le phénomène de l’abrutissement accéléré de l’espèce humaine depuis quelques dizaines d’années et certainement depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Dans ce sens, le mensonge a de beaux jours devant lui grâce aux légions de zombies en quête de leur soi perdu tentant à s’accrocher à la première bouée de sauvetage pseudo-idéologique ou à un package dogmatique martelé par les médias. Nous sommes là dans le domaine sensible de la perception du réel.
Enfin les choses changent. Bougent. Se transforment. C’est la nature du nomos régissant ce petit univers, le seul que nous connaissons très imparfaitement. C’est le moment d’une pause malgré la poursuite des combats en Afrique Australe et au Yémen, ou la prolifération des acteurs non-étatiques au Sahel sur fond de guerre économique mondiale.
Le parti de la guerre semble en plein désarroi. Et c’est dans ces moments qu’il devient dangereux. Les jours à venir seront riches en opérations sous faux drapeau ou en diversions utilisant des faits divers « induits » et non provoqués (selon la formule d’un illustre professionnel de la manipulation par l’agitation politico-sociétale) mais une chose demeure certaine: jamais ce parti n’a paru aussi exposé aux masses. Et ceci est déjà une petite victoire sur le réel que leur appareil universel de propagande tente de nous imposer. 

Source :  https://strategika51.wordpress.com/editoriax/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire