mercredi 20 juin 2018

Yémen. 130 Saoudiens et Émiratis capturés et plus de 60 autres abattus

Au cours des affrontements survenus, le mardi 19 juin à al-Hudaydah, 130 Saoudiens et Émiratis ont été capturés et des dizaines d’autres abattus.

Les forces de la coalition saoudienne et émiratie ont subi de lourdes pertes en vie humaine sur la côte ouest du Yémen.
Des sources yéménites ont souligné que des effectifs de l’armée et des combattants des Comités populaires avaient capturé, le mardi 19 juin, 130 soldats de la coalition d’agression saoudienne.
Auparavant, plus de 123 soldats de la coalition, dont la majorité était des forces affiliées à l’ancien gouvernement démissionnaire yéménite, ont également été capturées par des Comités populaires, surnommés aussi Ansarallah.
Mohammed Ali al-Houthi, président du Comité révolutionnaire suprême du Yémen a appelé dans un tweet le Conseil suprême de la révolution et le gouvernement du salut national à amnistier ces captifs, car selon lui, la coalition saoudo-émiratie les a contraints à faire la guerre contre le Yémen.
Sur le même volet, des sources déployées sur le champ de bataille ont déclaré à la chaîne d’information yéménite, al-Masirah que plus de 60 agresseurs avaient été tués et des dizaines d’autres blessés dans des accrochages survenus, ce mercredi 20 juin, dans le sud et l’ouest de l’aéroport d’al-Hudaydah.
Une source auprès des tireurs d’élite d’Ansarallah a déclaré au micro d’al-Masirah qu’une trentaine d’agresseurs saoudiens et émiratis avaient été tués et blessés ces dernières 72 heures.
Des sources militaires émiraties ont déclaré que le chef des mercenaires affiliés à la coalition d’agression saoudienne avait péri sur la côte ouest du Yémen.
L’unité balistique de l’armée et d’Ansarallah a lancé, le mardi 19 juin, une série d’attaques contre des positions des milices proches de la coalition saoudienne composée des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni, des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et d’Israël, déployés sur la côte ouest yéménite.
« Au cours de cette opération, des missiles se sont abattus avec précision sur des positions des agresseurs », a-t-on appris d’une source militaire yéménite.
 
Il y a quelque chose de profondément changé dans le ton de l'émissaire Martin Griffiths. Une semaine auparavant le Britannique, chargé de pousser les Yéménites à la capitulation, appelait les "Houthis" à quitter Hudaydah et à en remettre le contrôle à l'ONU. Depuis deux jours, il ne jure que par un seul mot " trêve". Est-ce pour éviter des "pertes civiles" et alléger "les souffrances du peuple yéménite"? Rien n'est moins sûr. La guerre mondiale contre les "Houthis" semble avoir fait long feu ou néanmoins elle a du plomb dans l'aile.

Une guerre mondiale se déroule sur la côte ouest du Yémen. Trois puissances occidentales à savoir les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, aidées par Israël, pilotent sous couverture saoudo-émirti et depuis leur base au sud de l'Érythrée l'une des plus "sales" offensives militaires de l'histoire de l'humanité contre un port où vivent 600.000 civils yéménites, victimes depuis 2015 d'un blocus inhumain.
Leur objectif consistait ni plus ni moins à s'emparer du port stratégique de Hudaydah sur la mer Rouge et à pousser Ansarallah, une fois l'opération finie avec succès, à lever les mains et à céder. L'offensive, la plus violente qui soit depuis ces 40 derniers mois, aurait du aboutir en moins de 15 jours à la "neutralisation" des Houthis. D'où le culot avec lequel Américains, Français et Britanniques ont choisi de sortir des limbes et de réclamer très clairement leur implication directe dans les combats contre les forces yéménites.
Au moins 15 brigades composées d'anciens militaires, fidèles à Ali Abdallah Saleh et placées sous le commandement d'Ali Mohsen al-Ahmar, combinées à 5 autres brigades appartenant aux mercenaires de Hadi ont lancé l'assaut contre Hudaydah. À cette opération prennent également part de deux autres brigades de militaires soudanais pro-Riyad ainsi que des forces proches d'Islah, parti frériste du Yémen. Un bataillon de militaires français, un groupe de militaires britanniques et un régiment de forces US prennent part aussi à l'offensive. 
La tactique militaire de la coalition
Faire le feu aussi lourdement que possible et employer des troupes massives dans un double objectif : faire peur à Ansarallah tout en faisant remonter le moral aux troupes de "la coalition à et réduire leur bilan de pertes. À en croire certaines sources, le binôme saoudo-émirati aurait roulé Américains, Britanniques et Français dans la farine en leur racontant que les "va-nu-pieds" d'Ansarallah ne sauraient résister à la puissance du feu de la coalition, si l'occident prenait part à la bataille de Hudaydah. Lecture trop optimiste toutefois quand on sait que depuis 2015, les velléités expansionnistes israélo-américaines en mer Rouge et au détroit stratégique de Bab el-Mandeb ont sans cesse alimenté les criminels de guerre saoud-émiratis. Et puis la parfaite synergie dont fait preuve Griffiths avec les Occidentaux permet de douter de cette version.
Mais tout ce branle-bas de combat pour quel résultat? 
Or les va-nu-pieds d'Ansarallah ont bien surpris les agresseurs : doté d'un moral de fer, ces combattants de montagne ont réussi à stopper net la machine de guerre US/Otan aux portes de l'aéroport de Hudaydah dont les médias "mainstream" ne cessent de déclarer la chute. Passé maître en guerre asymétrique, Ansarallah se serait infiltré par de petit groupes dans les rangs ennemis de façon à empêcher la coalition de recours à des raids aériens massifs ou à des frappes maritimes. Aussi bien les Américains que les Français ou encore les Britanniques n'ont aucun intérêt à rapatrier depuis la côte ouest yéménite les cercueils de leurs propres soldats. 
Tout ceci a mené le Britannique Griffiths à mettre de l'eau dans son vin guerrier dès mardi 19 juin : de concert avec le CentCom arabo-Otan l'émissaire en est désormais à demander non pas une reddition d'Ansarallah et une remise du contrôle du port de Hudaydah à l'ONU mais bel et bien, une trêve.
Or pour toute trêve, Ansarallah, demande un préalable : le retrait des troupes d'occupation. Sur le terrain, la machine de guerre US/Otan s'est stoppée à la porte de l’aéroport dont la chute a été annoncée à plusieurs reprises. Le porte parole de l'armée yéménite ridiculisait d'ailleurs cette récurrente annonce en demandant aux journalistes ceci : si l’aéroport est tombé, dites moi pourquoi la coalition le bombarde rageusement?"
Les troupes d'occupation se sont arrêtées à quelques kilomètres de l’aéroport, lui-même situé à 10 kilomètres de Hudaydah. 
Au mois 700 soldats liées à l'axe arabo-occidental sont morts depuis 5 jours tandis que le bilan des blessés dépasse les 1500. Alors que la "coalition" peine à faire avancer ses troupes à Hudaydah, Ansarallah a fait une bonne percée à Marib en libérant deux localités stratégiques au bout de deux ans d'occupation.
Source : Presstv

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire