samedi 16 juin 2018

L’UE peut-elle devenir un partenaire pour la Russie ?

Note de Soverain : Nous souhaitions vous faire partager cette excellente analyse du Saker sur les relations à venir entre l’Union européenne et la Russie. Tout le monde en prend pour son grade, argumentaire à l’appui : les USA, l’UE, les pays européens, le FMI, l’OTAN. Aucun théâtre d’opération n’est laissé de côté : l’Amérique, l’Europe, la Russie, l’Ukraine, la Syrie, l’émergence de la multipolarité… tous les points chauds géopolitiques actuels sont abordés, et ce de manière objective. De plus la conclusion ne vous décevra pas, quelque soit vos affinités politiques. Sans plus attendre nous vous laissons savourer cet article ! (et n’hésitez pas à le partager massivement autour de vous!)

La reconduction (quoique quelque peu remaniée) du « bloc économique » du gouvernement Medvedev a suscité de nombreuses explications, certaines meilleures que d’autres. Aujourd’hui, je veux examiner une hypothèse particulière qui peut se résumer ainsi : Poutine a décidé de ne pas purger le « bloc économique » (impopulaire) du gouvernement russe parce qu’il voulait offrir à l’UE des « visages connus » et des partenaires en qui les politiciens de l’UE auraient confiance. [Voir l’explication donnée par Poutine dans Garder la cadence avec Poutine].  En ce moment, avec le comportement insensé de Trump qui aliène ouvertement la plupart des dirigeants européens, c’est le moment idéal pour ajouter une  « poussée  » russe à la  « poussée  » américaine et aider l’UE à se rapprocher de la Russie. En renommant des « libéraux » russes (c’est un euphémisme pour les types OMC/BM/FMI/etc), Poutine a rendu la Russie aussi attrayante que possible pour l’UE. En fait, l’énorme succès du sommet de Saint-Pétersbourg et du Forum parlementaire prouve que cette stratégie fonctionne.
Cette hypothèse repose sur une supposition majeure : que l’UE, dans de bonnes conditions, pourrait devenir un partenaire pour la Russie.
Mais cette hypothèse est-elle justifiée ? Personnellement, je ne crois pas que ce soit le cas, et je vais essayer d’exposer les raisons de mon scepticisme :
Premièrement, il n’y a pas d' »UE », du moins pas en termes politiques. Plus important encore, il n’y a pas de « politique étrangère de l’UE ». Oui, il y a des États membres de l’UE, qui ont des dirigeants politiques, il y a une importante communauté d’affaires dans l’UE et il y a beaucoup d’organisations dans l’UE, mais en tant que telle, l' « UE » n’existe pas, surtout pas en termes de politique étrangère. La meilleure preuve en est que la soi-disant « UE » a été incapable de s’exprimer en Ukraine, puis avec les sanctions anti-russes, puis face à une invasion d’immigrants illégaux, et maintenant avec Trump. Au mieux, l’UE peut être considérée comme une colonie/protectorat américain, certains sujets étant « plus égaux que d’autres » (par exemple, le Royaume-Uni contre la Grèce). La plupart (tous ?) des États membres de l’UE sont abjectement obéissants aux États-Unis, ce qui n’est pas surprenant si l’on considère que même le soi-disant « leader de l’UE » ou « poids lourd de l’UE » – l’Allemagne – n’a qu’une souveraineté très limitée. Les dirigeants de l’UE ne sont rien d’autre qu’une élite compradore qui se moque des opinions et des intérêts des citoyens européens. Il est indéniable que la soi-disant « politique étrangère de l’UE » va à l’encontre des intérêts vitaux des citoyens européens depuis des décennies et que ce phénomène ne fait qu’empirer.
Bienvenue en Europe!
Deuxièmement, l’organisation la plus puissante et la plus unifiée d’Europe n’est même pas une organisation de l’UE, mais l’OTAN. Et l’OTAN, en termes réels, n’est ni plus ni moins composé à 80 % des États-Unis.
Oubliez ces armées européennes à l’allure féroce, elles sont toutes une plaisanterie. Non seulement ils ne représentent pas une force crédible (trop petite, trop peu entraînée, sous-équipée et mal commandée), mais ils sont complètement dépendants des États-Unis pour une longue liste de compétences essentielles et de « multiplicateurs de forces » : commandement, contrôle, communications, renseignement, mise en réseau, surveillance, reconnaissance, acquisition d’objectifs, logistique, etc. En outre, en termes de formation, de planification des forces, d’acquisition, de déploiement et de maintenance des systèmes d’armes, les États membres de l’UE sont également totalement dépendants des États-Unis. La raison ? Le budget militaire américain surpasse totalement tout ce que les États membres de l’UE peuvent dépenser, de sorte qu’ils dépendent tous de l’Oncle Sam. Certes, la figure de proue de l’OTAN – le Secrétaire général – est généralement une personnalité qui ne fait pas de déclarations tonitruantes et qui est européenne (je pense au clown Stoltenberg comme exemple parfait), mais l’OTAN n’est pas dirigée par le Secrétaire général de l’OTAN. En réalité, il est dirigé par le Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), qui est à la tête du Grand Quartier Général des puissances alliées en Europe (SHAPE) et ces types sont aussi rouges, blancs et bleus que possible. Oubliez les « Eurocorps » ou toute autre soi-disant « armées européennes » – c’est de l’air chaud, comme la récente sortie de Trudeau à Trump. En réalité, dans l’UE, comme au Canada, ils savent tous qui est le patron. Et voici le fait le plus important : l’OTAN a désespérément besoin de la Russie pour justifier sa propre existence : si les relations avec la Russie s’améliorent, l’OTAN n’aurait plus de raison d’exister. Pensez-vous vraiment que quelqu’un laissera cela se produire ? Bien sûr que non ! Et en ce moment, les Européens sont occupés à demander plus de troupes américaines sur leur sol, pas moins, et ils font tous semblant d’être terrifiés par une invasion russe, d’où la nécessité d’exercices militaires plus nombreux et plus importants près de la frontière russe. Et pour servir de couverture à toutes ses bases, l’OTAN s’étend progressivement à l’Amérique latine.
Troisièmement, il y a une longue liste de gouvernements de l’UE qui ont un besoin crucial de relations encore plus mauvaises avec la Russie. Ils comprennent :
1.     Des gouvernements impopulaires qui ont besoin d’expliquer leurs propres échecs par les actions néfastes d’un croque-mitaine étranger. Un exemple frappant est la façon dont les autorités espagnoles ont blâmé la Russie pour la crise en Catalogne. Ou les Britanniques avec leur « Brexit ». Les Suédois font encore mieux, ils préparent déjà leur opinion publique à une « ingérence russe » au cas où les résultats des élections ne seraient pas ce dont ils ont besoin.
2.     Des gouvernements dont la rhétorique a été si hystériquement anti-russe qu’ils ne peuvent pas reculer. Meilleurs exemples : le Royaume-Uni et Merkel. Mais comme la plupart (mais pas tous) des États de l’UE ont réagi sur le faux drapeau Skripal sur base du « très probable » britannique et au nom de la « solidarité », ils sont maintenant tous coincés en tant que complices de cette politique. Il n’y a *aucun moyen* qu’ils admettent avoir été arnaqués par les Britanniques.
3.     Prostituées de l’UE : États dont la seule fonction est de servir les États-Unis contre la Russie. Ces États s’affrontent les uns contre les autres de la manière la plus abjecte pour voir qui peut se battre les uns contre les autres pour la position de « serviteur le plus loyal, le plus fidèle et le plus volontaire des États-Unis ». Les meilleurs exemples sont, bien sûr, les trois états baltes, mais la position #1 doit aller aux « Polonais férocement patriotiques » qui sont maintenant prêts à payer l’Oncle Sam pour être militairement occupés (même si le même Oncle Sam essaie de les racketter pour des milliards de dollars) [Voir aussi : le Messie juif en Pologne]. Il est vrai que, maintenant que les subventions de l’UE s’épuisent, la situation de ces États devient encore plus grave et ils savent que le seul endroit où ils peuvent encore obtenir de l’argent se trouve aux États-Unis. Ne vous attendez donc pas à ce qu’ils changent d’air de sitôt (même si la Bulgarie a déjà réalisé que personne en Occident n’en a rien à faire).
4.     Les gouvernements qui veulent réprimer la dissidence interne en accusant tout parti/mouvement politique patriotique ou indépendant d’être « payé par le Kremlin » et de représenter les intérêts russes. Le meilleur exemple est la France et la façon dont elle a traité le Front national. Je dirais que la plupart des États membres de l’UE travaillent, d’une manière ou d’une autre, à la création d’un « État de sécurité nationale » parce qu’ils réalisent (à juste titre) que les Européens sont profondément frustrés et s’opposent aux politiques de l’UE (d’où la perte de tous les référendums anti-UE par les élites au pouvoir).
Contrairement à un mythe très souvent répété, les intérêts commerciaux européens ne représentent pas une force russophobe puissante. Pourquoi ? Regardez l’Allemagne : malgré l’implication de l’Allemagne (et de Merkel personnellement) en Ukraine, malgré la rhétorique stupide sur le fait que « la Russie est un agresseur » qui « ne respecte pas les accords de Minsk », North Stream va de l’avant ! Oui, l’argent parle, et la vérité est que si les sanctions anti-russes ont coûté des milliards à l’Europe, les grands intérêts financiers (par exemple la société française Total) ont trouvé le moyen d’ignorer/de contourner ces sanctions. Bien sûr, il y a un lobby pro-commerce avec un intérêt russe en Europe. Il est réel, mais il n’a tout simplement pas le pouvoir dont disposent les forces anti-russes au sein de l’UE. C’est pourquoi, depuis * des années*, divers politiciens et personnalités publiques de l’UE ont fait du bruit au sujet de la levée des sanctions, mais au moment du vote, ils ont tous voté comme l’ont dit leurs vrais patrons.
D’ailleurs, toute la russophobie de l’UE n’est pas générée par les États-Unis. Nous avons clairement vu que ces jours-ci, lorsque Trump a suggéré que le G7 (ou, plus exactement, le G6+1) avait besoin de réinviter la Russie, ce sont les Européens qui ont dit « non ! » Dans la mesure où il existe une « position de l’UE » (même si cette position est très pudique et faible), elle est surtout anti-russe, en particulier dans la partie nord de l’Europe. Ainsi, lorsque l’Oncle Sam dit aux Européens d’obéir et de s’engager dans l’habituelle dénigrement de la Russie, ils s’alignent tous rapidement, mais dans le rare cas où les États-Unis ne proposent pas un programme anti-russe enragé, les politiciens européens trouvent soudainement assez de volonté pour dire « non ». D’ailleurs, malgré les déclarations des atouts sur la ré-invitation de la Russie dans le G6+1, les États-Unis sont toujours aussi occupés à imposer d’autres sanctions à la Russie.
Les mini-guerres actuelles entre les États-Unis et l’UE (sur le commerce, sur l’Iran, sur Jérusalem) ne signifient pas du tout que la Russie peut automatiquement en bénéficier.
Encore une fois, le meilleur exemple est le désastreux sommet G6+1 au cours duquel Trump a marginalisé tout le monde pour que le G6 réitère sa position anti-russe, même si le G6+1 a besoin de la Russie bien plus que la Russie n’a besoin du G7 (elle n’en a vraiment pas besoin !). Tout comme les dirigeants américains et israéliens peuvent être en désaccord et, à l’occasion, se battre, cela ne signifie pas du tout qu’ils ne sont pas fondamentalement unis. Il suffit de penser aux « familles » de la mafia qui peuvent même avoir des « guerres » les unes contre les autres, mais cela ne signifie pas du tout que cela bénéficiera au reste de la population dont tous les mafieux s’attaquent.
La crise ukrainienne ne profitera qu’aux forces anti-russes en Europe.
Il est très probable que, dans un avenir proche, le régime ukrainien tentera de reconquérir la Novorussie (DNR/LRN). Je soutiens que le résultat d’une telle attaque ne fait aucun doute – les Ukronazis perdront. La seule question est la suivante : contre qui perdront-ils ?
  • Première option : ils perdent contre les forces combinées du DNR et du LRN. C’est probablement le résultat le plus plausible. Si cela se produit, il y a une très forte probabilité qu’une contre-attaque Novorusse libère la plupart des régions de Donetsk et de Lugansk, en particulier les villes de Slaviansk et de Mariopol. Puisque le comportement passé est le meilleur indicateur du comportement futur, nous pouvons être quasiment sûrs de ce que sera la réaction à Kiev et en Occident : La Russie sera blâmée pour tout cela. Les Anglo-sionistes n’admettront jamais que le régime ukrainien a perdu une guerre civile au profit de son propre peuple parce que les Novorusses n’accepteront jamais un régime nazi qui les gouverne. Ainsi, une victoire Novorusse se traduira par une russophobie encore plus hystérique.
  • Option deux : les Ukronazis réussissent leur attaque et menacent de déborder Donetsk, Lugansk et le reste de la Novorussie. Poutine ne peut tout simplement pas permettre que cela se produise [Voir Ultimatum russe : si vous attaquez, vous serez aux portes de l’enfer]. Il a fait cette promesse à de nombreuses reprises et il l’a récemment répétée lors de sa « ligne directe » avec le peuple russe. Si les Russes sont obligés d’intervenir, il ne s’agira pas d’une invasion terrestre massive – ce n’est pas nécessaire. La Russie dispose de la puissance de feu nécessaire sous la forme de tirs de missiles et d’artillerie pour détruire les forces d’attaque d’Urkonazi et pour imposer une zone d’interdiction de vol sur toute la Novorussie. Si Kiev poursuit et lance une attaque à grande échelle contre la Russie proprement dite, les forces armées ukrainiennes seront totalement désorganisées et cesseront le combat en environ 48 heures. Ce scénario est ce que j’appelle le « rêve néoconservateur » puisqu’une telle intervention russe ne sera pas imaginaire, mais bien réelle et le Kremlin le confirmera même très publiquement et reconnaîtra probablement les deux républiques Novorusses comme ce qui s’est passé le 08.08.08 lorsque Saakachvili a décidé d’envahir l’Ossétie du Sud. Ainsi, les Anglo-sionistes auront (enfin !) la « preuve » que la Russie est l’agresseur, les Polonais et les Baltes se prépareront à une invasion russe « imminente » et je pense qu’il y a de fortes chances que les forces de l’OTAN pénètrent en Ukraine occidentale pour « arrêter les Russes », même si ces derniers n’auront absolument aucun désir (ou même motif potentiel) de vouloir envahir le reste de l’Ukraine ou, encore moins, la Pologne, la Suède ou les États baltes.
J’admets qu’il y a encore une petite possibilité qu’une attaque ukronazie ne se produise pas. Peut-être que Poroshenko & Co. aura la trouille (ils connaissent l’état réel de l’armée ukrainienne et des escadrons de la mort « dobrobat ») et peut-être que la récente menace non voilée de Poutine sur les « conséquences graves pour l’Etat ukrainien » aura l’effet escompté. Mais que se passera-t-il même si cette attaque n’a pas lieu ? Les dirigeants de l’UE et le régime ukrainien à Kiev continueront à blâmer la Russie pour le fait que l’Ukraine est désormais clairement un État en déliquescence. Quel que soit le scénario le plus plausible pour l’Ukraine, les choses ne feront qu’empirer et tout le monde blâmera la Russie.
La crise en Syrie ne profitera qu’aux forces anti-russes en Europe. Il devient assez clair que les États-Unis tentent maintenant de reconquérir la Syrie ou, du moins, de la diviser en plusieurs zones, y compris celles qui sont sous contrôle américain. En ce moment, les États-Unis et les « bons terroristes » ont perdu la guerre, mais cela ne les empêche pas de relancer une nouvelle guerre, principalement en réorganisant, en se recyclant, en redéployant et, surtout, en rebaptisant les « mauvais terroristes » survivants en « bons ». Ce plan est soutenu par l’argent saoudien et la puissance de feu israélienne. En outre, la Russie rapporte maintenant que les forces spéciales américaines travaillent déjà avec les (nouveaux)  «  bons terroristes  » pour – vous l’avez deviné – préparer une autre fausse attaque chimique et blâmer les Syriens. Et pourquoi pas ? Cela a déjà fonctionné parfaitement plusieurs fois, pourquoi ne pas le refaire ? A tout le moins, cela donnerait aux États-Unis une nouvelle occasion à leurs Tomahawks de montrer leur efficacité (même s’ils échouent à nouveau, les faits n’ont pas d’importance ici). Et ne vous y trompez pas, une  «  victoire  » américaine en Syrie (ou au Venezuela) serait un désastre non seulement pour la région, mais pour chaque pays désireux de devenir souverain (voir ici l’excellent article d’André Vitchek sur ce sujet). Et, encore une fois, la Russie sera blâmée pour tout cela et, avec des casse-cou certifiés comme Bolton, les forces russes pourraient même être attaquées. Comme je l’ai déjà écrit à maintes reprises, c’est loin d’être terminé. Tout comme dans le cas ukrainien, un accord pourrait être conclu (au moins les responsables militaires américains et russes se parlent encore) mais mon opinion personnelle est que conclure un accord avec Trump est aussi futile que de conclure un accord avec Netanyahu : ni l’un ni l’un ni l’autre ne peut être fiable et ils rompent toutes les promesses en un clin d’œil. Et si l’enfer se déchaîne en Syrie et/ou en Iran, l’OTAN veillera à ce que tous les Européens s’alignent rapidement et avec obéissance (« solidarité », vous vous en souvenez ?).
Le constat est le suivant : actuellement, il est peu probable que l’UE devienne un partenaire viable pour la Russie et l’avenir s’annonce plutôt sombre.
Une exception à mon pessimisme est le succès indéniable du récent sommet de Saint-Pétersbourg et du Forum parlementaire. Cependant, je crois qu’aucun de ces événements n’était vraiment centré sur l’Europe, mais sur le monde en général (voir l’excellent rapport de Gilbert Doctorow sur ce sujet ici). Oui, la Russie se porte très bien et si les médias anglo-sionistes aiment parler de « l’isolement » de la Russie, la vérité est que c’est l’Empire qui est isolé, alors que la Russie et la Chine ont un énorme succès dans la construction du monde multipolaire avec lequel ils veulent remplacer l’Empire. Ainsi, s’il est vrai que les dirigeants occidentaux pourraient préférer voir un « bloc économique » libéral dans le nouveau gouvernement russe, le reste du monde n’a pas du tout un tel désir (surtout si l’on considère combien de pays ont subi de terribles épreuves aux mains des types OMC/Banque Mondiale/FMI/etc.).
Conclusion
L’empire anglo-sioniste n’est pas basé aux États-Unis, ni dans l’UE, ni en Israël, ni ailleurs sur la planète. Il s’agit d’une entité transnationale avec des variations régionales et qui inclut différents groupes d’intérêts sous son parapluie. On peut le considérer comme un gigantesque gang criminel qui rackette la planète entière à des fins de « protection ». Penser qu’en présentant un visage « libéral » à ces voyous vous obtiendrez leur soutien est extrêmement naïf car ces gars ne se soucient pas de votre visage : ce qu’ils veulent, c’est votre soumission. Vladimir Poutine a dit : « Ils ne veulent pas nous humilier, ils veulent nous soumettre, ils veulent résoudre leurs problèmes à nos dépens ».
Cependant, si l’UE est, à tous les niveaux, inexistante, la Russie peut et va s’engager avec les différents États membres de l’UE individuellement. Il y a une énorme différence entre, disons, la Pologne et l’Italie, ou le Royaume-Uni et l’Autriche. En outre, l’UE n’est pas seulement dysfonctionnelle, elle est également non viable. La Russie gagnerait énormément à ce que l’UE actuelle s’effondre ou fasse l’objet d’une réforme en profondeur parce que l’UE actuelle est une pure création des types Bilderberger soutenus par les États-Unis et non le genre d’Europe dont les Européens ont besoin. En fait, je dirais même que l’UE est le plus grand danger pour les peuples du continent européen. Ainsi, la Russie devrait utiliser ses ressources pour encourager la coopération bilatérale avec les différents États membres de l’UE et ne jamais prendre des mesures qui renforceraient (ou même légitimeraient) les organisations dérivées de l’UE telles que le Parlement de l’UE, la Cour européenne des droits de l’homme, etc. Ce sont toutes des entités qui cherchent à saper la souveraineté de tous ses membres, y compris la Russie. Encore une fois, Poutine l’a exprimé le plus clairement lorsqu’il a récemment déclaré que « soit la Russie est un pays souverain, soit il n’y a pas de Russie ».
Quels que soient l’idéologie et les slogans, tous les empires sont intrinsèquement mauvais et intrinsèquement dangereux pour tout pays qui veut être vraiment souverain. Si la Russie (et la Chine) veulent créer un monde multipolaire, ils doivent se désengager progressivement de ces organismes transnationaux qui sont totalement contrôlés par l’Empire, c’est aussi simple que cela. Au lieu de cela, la Russie doit mobiliser les pays, les partis politiques et les forces qui défendent ce que de Gaulle a appelé « l’Europe des patries«. Aussi bien l’Empire anglo-sioniste que l’UE traversent la crise la plus profonde de leur histoire et l’heure est grave. Tôt ou tard, un par un, les pays européens retrouveront leur souveraineté, tout comme la Russie. Ce n’est que si les peuples d’Europe parviennent à recouvrer leur souveraineté que la Russie pourra chercher de véritables partenariats en Occident, ne serait-ce que parce que la masse continentale eurasienne, qui se développe et s’intègre progressivement, offre d’énormes possibilités économiques qui pourraient être les plus bénéfiques pour les nations d’Europe. Une Europe prospère « de l’Atlantique à l’Oural » est toujours possible, mais cela n’arrivera que lorsque l’Union européenne actuelle et l’OTAN seront remplacées par des institutions véritablement européennes et que les élites européennes actuelles seront remplacées par des souverainistes.
Les peuples de Russie, de l’UE et, je dirais, les États-Unis ont tous le même objectif et le même ennemi : ils veulent recouvrer leur souveraineté, se débarrasser de leurs élites corrompues et, en toute franchise, traîtres, et se libérer de l’hégémonie de l’empire anglo-sioniste. C’est pourquoi pousser la question de la « vraie souveraineté » (et des valeurs traditionnelles nationales) est, je crois, l’idée politique la plus unificatrice et la plus puissante pour vaincre l’Empire. Ce sera une longue lutte, mais le résultat ne fait aucun doute.

Le Saker
Source :  https://www.soverain.fr/lue-peut-elle-devenir-un-partenaire-pour-la-russie/?cn-reloaded=1
Les rajouts de cette couleur sont d'H. Genséric

2 commentaires:

  1. Oui....mais tout cela...c'est pour nous occupez...
    Tous les états travaillent ensemble...
    Nous mentent,nous manipulent.
    L'anéantissement définitive et totale de cette vermine d’âmes minables doit aller dans le tréfond.
    Aucun pardon...jamais.
    Guerre totale contre cette matrice et ses supports.
    Tous les états du monde et ceux qui travaillent pour elles doivent subir les pires tortures digne du moyen age.
    VENGEANCE

    Dev (télépathe)

    RépondreSupprimer
  2. Excellente analyse
    https://drive.google.com/open?id=1bkFBI74CU-TioAejoIsERXBXXaPh2Trh

    RépondreSupprimer