mercredi 20 juin 2018

Israël a perdu en Syrie, mais il s’apprête à commettre un autre crime de guerre au Yémen


« L’Iran est un ennemi trop redoutable pour être combattu, surtout après la défaite humiliante en Syrie. »
Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas familiers avec le projet du Grand Israël (plan Oded-Yinon [1]), nous rappelons que ce plan vise à étendre les frontières d’Israël de l’Égypte à l’Iran. Comment ? En faisant la guerre ? Non, c’est beaucoup plus insidieux.

Il suffit de jeter un coup d’œil sur les 25 dernières années et les guerres que les États-Unis ont menées pour « apporter la démocratie » ou faire un « changement de régime », et vous verrez se dessiner une carte simple.

Israël perdu en Syrie, mais il s’apprête à commettre un autre crime de guerre au Yémen
Si un parti au pouvoir, s’il est contre Israël, réalise des progrès dans un pays ne subissant pas l’influence des banques centrales appartenant aux Talmudistes, Israël convainc les États-Unis et ses alliés crédules que ce pays prospère est gouverné par un gouvernement maléfique, obsédé par la fabrication d’armes chimiques ou nucléaires, etc. Des sanctions suivent, après quoi le gouvernement du pays visé accepte de détruire ses capacités défensives sur la base de l’assurance que les sanctions seront levées et que le gouvernement sera traité équitablement.
Vous pouvez voir où cela mène…. une fois les armes détruites, Israël convainc ses alliés en utilisant les médias qui lui sont dévoués en Occident, car ils appartiennent en très grande majorité aux Juifs,  que le régime qui leur faisait confiance est cruel et doit être changé pour des « raisons humanitaires », ainsi une guerre civile interne est déclenchée ou un attentat sous un faux drapeau est monté contre les États-Unis ou ses alliés, orchestré par Israël ; et le pays en question sera désigné comme bouc émissaire du jour, donc passible de représailles occidentales et de destruction.
832cb47b8f09d31fd98cb819903c937d
Est-ce que cela semble incroyable ? Regardons les régimes qui ont été changés sous ce prétexte, l’Égypte, la Libye, l’Irak.
Tous avaient quelques points communs : les moyens de se défendre contre Israël, l’absence de banques appartenant aux Talmudistes et des gouvernements stables qui font des progrès dans leur pays.
Tous ont été désarmés avec des promesses de soutien, après quoi ils ont été renversés par l’instigation et le financement d’une guerre civile, là où une guerre civile était tout simplement impossible.
Ceux qui faisaient confiance aux États-Unis et à leurs alliés ont été destitués et parfois exécutés en public (par exemple Moammar Kadhafi, qui a fait de la Libye un Etat avancé avec des soins de santé et une éducation gratuits et a mis en garde contre la « crise actuelle des réfugiés » si la Libye était déstabilisée).
Une fois que le gouvernement a été désarmé et ensuite déposé et que ses dirigeants ont été exécutés, une banque centrale contrôlée par les Talmudistes est rapidement établie et les réserves d’or disparaissent. Ainsi, les dizaines de tonnes d’or que Kadhafi avait patiemment constituées pour créer une monnaie africaine basée sur l’or, et se libérer du dollar US, ont disparu avec son assassinat. Parions que Sarkozy (d’origine juive [2] parce que c’est par la mère que l’on est juif) les a planqués en Israël ou aux US en attendant qu’on oublie ou qu’on enterre ses casseroles libyennes. Par exemple, la guerre civile ukrainienne : au moment où ils ont pris le contrôle d’une partie de l’Ukraine que la Russie n’a pas récupérée, ils ont établi une banque centrale et volé les réserves d’or à la faveur de l’obscurité.
Maintenant, si vous regardez la carte du Moyen-Orient, vous voyez l’influence et les frontières d’Israël grandir; toujours suivant ce même plan, la Syrie était la prochaine cible, diaboliser Assad, inciter à la guerre civile, l’encadrer comme une « urgence humanitaire » et financer la dissolution d’un pays stable pour renforcer Israël.
MAIS ! Ils ne le font jamais directement mais en finançant et en armant des « combattants de la liberté » et en poussant leurs alliés à défendre « les pauvres enfants », etc.
La Russie est finalement intervenue après avoir vu la débâcle et la stupidité effrontée et la répétition de la stratégie irakienne et égyptienne en Libye. Avec la réticence du président Trump à mener des guerres israéliennes, Israël a finalement été contraint de passer au premier plan et d’attaquer la Syrie sous prétexte d’attaquer l’Iran. Au moment d’écrire cet article, Israël a bombardé la Syrie plus de 100 fois en 2017. La prochaine fois, ce sera l’Iran.
Mais leurs plans de guerre insidieux ont été contrecarrés par une Russie intelligente. Elle-même ayant souffert sous la torture juive et l’extermination de quelque 50 millions de chrétiens par les bolcheviks dans l’Holodomor.
Aujourd’hui, Israël planifie et mijote frénétiquement toutes sortes de faux drapeaux pour que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France deviennent de bons petits caniches et sauvent les « pauvres Syriens » tout en exportant discrètement la plupart des terroristes syriens vers la Suède et l’Europe.
Mais attendez ! Il y a plus ! Ce n’est pas parce qu’Israël a perdu la Syrie qu’ils vont reculer. Les Israéliens et les Juifs ne sont pas si simples.
Israël finance également une guerre par procuration au Yémen. La stratégie typique d’Israël est tout droit sortie du Manifeste communiste, une guerre constante, pour toujours, menée par d’autres.
Alors maintenant, au Yémen, ils ont un problème d’image. Le gouvernement yéménite est entièrement sous contrôle israélien et les « rebelles » sont des nationalistes qui tentent de reprendre leur pays. En Syrie, Israël a fait valoir que les rebelles étaient le bon peuple qui n’était absolument pas financé par Israël, les États-Unis et le Mossad-Pentagone. La débâcle syrienne a fini par coûter aux États-Unis environ 1.000 milliards de dollars.
Pas de problème, dit le groupe de réflexion de Tel-Aviv. Nous nous contenterons de présenter les rebelles Houthis comme des « terroristes » et le gouvernement yéménite comme assiégé. Personne ne remarquera cette volte-face. Vous n’y croyez pas ? Il suffit d’aller sur Google et de taper Yémen et de voir comment ils ont encadré ce conflit.
Et, remarquez autre chose, Israël n’est pas dans le tableau, il fait combattre l’Arabie Saoudite dans cette guerre. Comme ailleurs, en Syrie, en Irak, en Libye, etc. Israël et l’Occident utilisent les harkis islamistes. Les harkis utilisés au Yémen sont les Saoudiens et les Émiratis. C’est un coup de maître : faire massacrer les Arabes entre eux, et  impliquer les Chrétiens (Américains, Français, Anglais) afin d’éliminer un maximum de goys. D'une pierre deux coups.
Si vous voulez voir où se trouve le prochain point chaud, après la Syrie, regardez au Yémen. L’Iran est un ennemi trop redoutable pour qu’on puisse le combattre, surtout après la défaite humiliante en Syrie.
On pourrait écrire un million de mots supplémentaires à ce sujet, mais ce n’est qu’une introduction pour vous faire comprendre comment Israël met en place son propre empire non pas directement mais en attaquant ses amis, en rejetant la faute sur les pays qu’Israël veut détruire, en faisant combattre leurs amis dans les guerres israéliennes et en aidant les choses en provoquant une guerre civile à l’intérieur de ces pays.
Une fois que vous comprenez cette formule simple, la prochaine fois que vous verrez un titre tapageur à propos d’une « crise humanitaire dans un pays anti-israélien », vous saurez exactement ce qui se passe, qui le finance et, surtout, la question qui répond à tout….cui bono ? À qui profite le crime ?
Par Ryan Forst
Traduction : AvicRéseau International
NOTES

[2] La famille Mallah de Salonique
La mère de Sarkozy est de la famille Mallah, qu'est à l'origine venue d'Espagne comme tous les Juifs de Salonique, la Grèce du nord et a quittée avec l'expulsion des Juifs par le Roi Ferdinand. Ils se sont installés initialement en France.
Environ 100 ans plus tard la famille a immigré en Salonique.
L'arrière-grand-père de Sarkozy, qui est mort en 1913, était un bijoutier bien connu en Salonique.
Son affaire a été détruite quand un feu en 1917 détruit presque la ville entière de Salonique.
La tombe de Mordohai Mallah existe encore aujourd'hui à Stavroupoli où il a été transféré du vieux cimetière juste avant que les allemands ne marchent dans la cité pendant la deuxième guerre mondiale et ont détruit le cimetière juif.
Le grand père de Nicolas, Benoît, était le premier enfant de sept enfants. Son nom réel était Aaron mais la famille, appelé Benico. À l'âge de 14 ans Benico et sa mère sont partis pour la France où il a étudié la médecine et a servi dans l'armée française comme un docteur pendant la première guerre mondiale, où il a rencontré sa femme future Adèle Bouvieux une jolie infirmière.
Pour l'épouser il a été baptisé catholique et a pris le prénom Benoît. Mais rien ne prouve qu’il ait abandonné sa religion juive.
Le couple avait deux filles Suzanne et Andrée, la mère de Nicolas, qui a épousé en années 50 un immigrant hongrois Paul Sarkozy, le père de Nicolas.

Les notes dans cette couleur sont d’H.G.
Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Ainsi que les planificateurs Sioniste au sein de l'OTAN !

    RépondreSupprimer
  2. Really impressive post. I read it whole and going to share it with my social circules. I enjoyed your article and planning to rewrite it on my own blog.
    Local Packers And Movers Bangalore

    RépondreSupprimer