dimanche 17 juin 2018

Yémen. La France participe directement au massacre


Des forces spéciales françaises seraient présentes sur le terrain au Yémen pour soutenir l'opération militaire dirigée par l'Arabie saoudite dans la ville portuaire de Hudaydah.

Un article paru dans le journal Le Figaro samedi a cité deux sources militaires mais n'a fourni aucun autre détail car l'Arabie saoudite a affirmé que les forces placées sous son commandement étaient entrées dans l'aéroport de Hudaydah.
La ville côtière densément peuplée est la dernière bouée de sauvetage humanitaire dans ce pays déchiré par la guerre, responsable de l'alimentation de quelque 8,4 millions de personnes.
Un étudiant vivant près du port a déclaré à Reuters:
« Les gens ont peur. Les navires de guerre sont terrifiants et les avions de guerre survolent tout le temps ... Les gens fuient la ville à la campagne, mais pour ceux qui n'ont pas de famille ou d'argent, il n'y a pas d'échappatoire»
La France, de même que les États-Unis et la Grande-Bretagne, soutiennent l'Arabie saoudite dans sa guerre de religion contre les musulmans « chiites » afin de les exterminer par tous les moyens, y compris en les affamant et en détruisant toutes les infrastructures du Yémen, et ces pays criminels, motivés par uniquement l’argent saoudien, fournissent armes et aide militaire (y compris par des hommes sur le terrain et dans les airs et en mer) à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, deux « démocraties » bien connues et appréciées dans un Occident vénal.
Selon Press TV :
Le ministère français de la Défense a déclaré vendredi que la France étudiait la possibilité d'effectuer une opération de déminage pour permettre l'accès à Hudaydah une fois que l'Arabie saoudite et les EAU auront terminé leurs opérations militaires (c'est-à-dire que la France aide un pays qui, sans être attaqué ou provoqué, attaque et occupe un autre par les armes. La France de la fiotte Macron [1] cautionne l’occupant).
Le ministère a souligné que la France à ce stade n'avait pas d'opérations militaires dans la région de Hudaydah et ne faisait pas partie de l'offensive saoudienne.
Cependant, le porte-parole des Houthis, Mohammed Abdulsalam, a cependant déclaré que des navires de guerre britanniques et français étaient en attente sur la côte ouest du Yémen pour lancer des attaques aériennes et des missiles.
Abdulsalam a déclaré à la chaîne de télévision arabe al-Masirah que l'attaque de Hudaydah est une opération américano-britannique, alors que les États agresseurs - l'Arabie Saoudite et les EAU - ne sont pas capables de lancer une telle campagne.
Abdulsalam a également salué les contre-attaques des Houthis contre les agresseurs occidentaux.
"Les ennemis, qui ne sont pas attachés aux valeurs morales, n'ont pas réussi à atteindre leurs objectifs sur le littoral occidental du Yémen et ont donc eu recours à la guerre psychologique", a-t-il ajouté.
L'assaut contre le port yéménite a été lancé mercredi malgré les avertissements de l'ONU selon lesquels cela aggraverait la crise humanitaire de la nation appauvrie.
Plus de 70% des importations yéménites passent par les quais de Hudaydah et les combats ont fait craindre à l'ONU une catastrophe humanitaire dans un pays déjà au bord de la famine.
L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths est arrivé samedi à Sanaa, la capitale, pour des entretiens sur Hudaydah.
Il était censé proposer aux dirigeants houthis de céder le contrôle du port de la mer Rouge à un comité supervisé par l'ONU pour éviter de nouveaux combats.
Le porte-parole des Houthis a déclaré que M. Griffiths n'avait jusqu'à présent rien fait pour résoudre la crise au Yémen malgré ses nombreuses visites à Sanaa et ses entretiens avec des responsables yéménites.
Les mesures de l'envoyé des Nations Unies visent uniquement à couvrir la poursuite de la guerre menée par les Saoudiens sur le Yémen, a souligné Abdulsalam, soulignant que si Griffiths suivait l'exemple de son prédécesseur, il ne parviendrait pas à régler le conflit.
Source :  South Front

  • Des combattants d’Ansarallah.
    Des combattants d’Ansarallah.
La coalition arabo-occidentale a échoué à al-Hudaydah, affirme le commandant en chef du CGRI, le général Mohammad Ali Jaafari.
« Au Yémen, la victoire est proche », a affirmé ce mardi 19 juin le commandant du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI). Et d’ajouter :
« Nous avons été témoins ces derniers jours du fiasco de la coalition arabo-occidentale, réunissant les États-Unis, les pays européens et les États rétrogrades de la région, lors de son offensive contre le port d’al-Hudaydah au Yémen. Dans un proche avenir, nous serons témoins de la victoire du peuple yéménite. »
  • Hudaydah: la
« La progression des forces de la coalition d’agression à al-Hudaydah n’est qu’une illusion », a prévenu le porte-parole des forces armées yéménites.
Revenant sur les informations fournies par les médias inféodés à la coalition d’agression américano-saoudienne, le porte-parole des forces armées yéménites, le général Sharaf Luqman, a déclaré que ces médias vivent dans « l’illusion » que les agresseurs sont en progression dans leur offensive contre le port stratégique d’al-Hudaydah.
Le général Luqman a insisté sur le fait que « l’armée yéménite et les comités populaires d’Ansarallah ont dans un premier temps repoussé les attaques des agresseurs, puis ils les ont assiégés. Et cela en dépit de vastes bombardements de l’aviation de la coalition d’agression qui épaulait l’opération terrestre pour sauver les mercenaires assiégées ».
S’attardant sur le fait que les agresseurs n’ont avancé que dans une zone vide et inhabitée, il a déclaré qu’« al-Hudyada ne tombera jamais aux griffes des agresseurs et qu’aucun affrontement ne s’y déroule. Le port reste toujours sûr ».

Hodeida : qui sont les Français capturés ?


 Hodeida : qui sont les Français capturés ? (Pars Today)

Une source bien informée yéménite a annoncé que le bateau arraisonné par les garde-côtes yéménites était français et que tous les individus à son bord avaient été arrêtés.
La source a annoncé au journal libanais Al-Akhbar que le bateau arraisonné au large de la côte ouest du Yémen appartenait aux troupes françaises et qu’il était en mission d’espionnage.
« Tous les militaires français à bord du bateau ont été arrêtés », a-t-il précisé sans donner le nombre exact des capturés.

Certains responsables yéménites, dont le leader du mouvement Ansarallah, avaient averti que des militaires américains et des forces de certains pays occidentaux, dont la France, participaient aux côtés des militaires israéliens, à la guerre saoudo-émiratie contre le Yémen.

Un nouveau génocide est en cours au Yémen : Israël et les USA  sont des spécialistes en génocide, mais que fait la France dans cette galère ?
Hannibal GENSERIC

2 commentaires:

  1. Scandale d’État et scandale parlementaire sur l’ingérence Française en Syrie…
    " ... divers articles de presse qui mettent en évidence la participation de l’État français, l’acceptation et la livraison d’armes aux groupes islamistes opposés à Bachar al Assad. ...
    Un citoyen français Éric Gissler, ... sollicite un enquête parlementaire sur l’ingérence française en Syrie.
    29 pièces jointes qui attestent ses dires, ... Partagez !!
    l’annonce récente de la Ministre de la Justice concernant la libération de 450 détenus islamistes radicaux d’ici fin 2019."
    https://lesmoutonsenrages.fr/2018/06/16/scandale-detat-et-scandale-parlementaire-sur-lingerence-francaise-en-syrie/

    "L’attentat contre l’avion russe. La Russie le sait":
    "La guerre radio-électronique et le crash du Tu-154 : Deux bâtiments de guerre français
    « Dupuy-De-Lôme », le meilleur d'ailleurs dans le domaine de la lutte radio-étectronique et « Le Chevalier Paul » croiseraient également dans le même périmètre.
    Deux bâtiments de guerre français « Dupuy- De-Lôme », le meilleur d'ailleurs dans le domaine de la lutte radio-électronique et « Le Chevalier Paul » croiseraient également dans le même périmètre.
    http://www.pravdafrance.com/authored/26-12-2016/1303914-RUSSIA-0/

    RépondreSupprimer
  2. La france doit voir honte de participer à cette guerre...

    RépondreSupprimer