samedi 2 juin 2018

Syrie, Yémen. l'Arabie va-t-elle basculer ?

Depuis que MBS a disparu des radars, on constate des changements dans la politique extérieure de l'Arabie. Ainsi, l'émissaire saoudien en Russie déclare que Riyad soutient une solution politique au Yémen et en Syrie. L'ambassadeur saoudien en Russie, Rayed Krimly, a déclaré :
"Sur le principal, nos objectifs sont les mêmes. Nous respectons l'indépendance, l'unité et la souveraineté de la Syrie. Nous voulons une Syrie pour tous les Syriens sur un pied d'égalité indépendamment de leur appartenance ethnique ou religieuse. Nous voulons une Syrie stable, sûre et prospère et nous voulons une Syrie exempte de groupes terroristes, de milices sectaires et de troupes étrangères. "~
Il s'agit d'une longue entrevue qui couvre beaucoup de sujets. Elle contient quelques vieilles bêtises, et quelques déclarations intéressantes si elles sont vraies. Les Saoudiens prétendent, comme le reste de la coalition américaine, qu'ils n'ont aucunement participé (en Syrie) au terrorisme par procuration financé par leurs États, alors même que n'importe qui  d'entre nous pourrait se présenter devant un tribunal international avec beaucoup de preuves démontrant le contraire.
Cela étant dit, les changements géopolitiques se produisent parfois brusquement, mais le plus souvent par étapes. La mention des cadets militaires saoudiens dans les académies militaires russes en est un exemple.
Et bien sûr, nous ne voyons pas Trump faire de vagues vis-à-vis des Saoudiens parce qu’ils achètent les systèmes de missiles S-400 en Russie, alors qu'Erdogan reçoit un traitement d'esclave parce qu'il a osé acheter la même chose aux Russes. Le pétrodollar fait toujours des miracles.
--------------------------------------------------
- Première publication ... 31 mai 2018 -
Dans une interview accordée à la journaliste de Spoutnik Anastasia Dmitrieva, l'ambassadeur saoudien en Russie, Rayed Krimly, a commenté le Fonds russe d'investissement direct, les troupes étrangères en Syrie et la prochaine Coupe du monde de la FIFA.
Sputnik: Votre Excellence, il y a eu une importante délégation d'Arabie saoudite au Forum économique de Saint-Pétersbourg, qui compte plus de 100 représentants. Pouvez-vous partager les résultats du forum pour les relations Arabie Saoudite-Russie?
Rayed Krimly: Nous avons eu une très grande délégation en raison de l'importance de notre coopération et des bonnes relations avec la Russie en particulier, et l'importance de l'événement, bien sûr. M. Al-Falih, le ministre de l'Énergie, était le chef de notre délégation, qui comprenait également le président du Saudi Investment Fund et les divers représentants de la Saudi Arab Investment Authority, de Saudi Aramco et également d'hommes d'affaires saoudiens.
Nous avons également eu une belle aile saoudienne expliquant les réformes importantes visant à rendre l'Arabie Saoudite attrayante pour les investissements, facilitant les affaires, aidant les investisseurs à obtenir tous les permis de toutes les agences, accélérant toutes les procédures nécessaires et expliquant les incitations financières et législatives. qui sont offerts aux investisseurs étrangers.
L'Arabie saoudite est prête à faire des affaires et c'est une partie importante de la Vision saoudienne 2030. Nous devons accroître notre dépendance à de nouveaux investissements pour compenser notre dépendance aux revenus pétroliers.
Sputnik: Au total, combien d'accords et de mémorandums d'accord ont été signés au SPIEF?
Rayed Krimly: Nous avons signé un protocole d'accord avec un avionneur russe et d'autres ont été discutés. C'est entre différentes agences. Au niveau officiel, M. Al-Falih a eu des entretiens très constructifs avec le ministre de l'Énergie en Russie [Alexander Novak] alors qu'ils poursuivent leurs consultations. Ils se voient assez souvent maintenant.
Nous avons commencé ce processus il y a deux ans, les prix du pétrole étaient d'environ 40 $ [le baril], maintenant ils ont presque doublé. C'est important pour nos deux pays mais aussi pour l'économie mondiale. Les gens pensent que le prix du pétrole ne profite qu'aux producteurs de pétrole et d'énergie, ce n'est pas vrai. À moins que vous ayez un prix attractif pour investir davantage afin de satisfaire une demande future d'énergie, vous aurez un problème dans un proche avenir. Nous avons atteint ce niveau ensemble.
Sputnik: Le ministre saoudien de l'Énergie, Khalid al-Falih, a également tenu des réunions avec LUKoil et Rosatom en marge du SPIEF. Quels sujets ont été discutés? Peuvent-ils participer à Saudi Vision 2030?
Rayed Krimly: Nous sommes ouverts à tous et nous discutons des opportunités de coopération non seulement en termes de gaz et d'énergie, le secteur énergétique traditionnel, mais aussi en termes d'énergie nucléaire pacifique et d'autres projets, et nous discutons des opportunités d'investissement en Russie. Nous sommes ouverts à la participation de la Russie aux appels d'offres pour la construction de réacteurs nucléaires. Toutes ces discussions dans tous ces domaines produisent des résultats concrets.
Nous avons déjà une visite historique du roi Salman à Moscou, nous mettons déjà en œuvre les accords qui ont été conclus à l'époque et nous ouvrons maintenant la voie à de nouveaux accords de coopération plus étendus dans d'autres domaines et domaines déjà mentionnés.
Nous avons une coopération très importante dans les affaires militaires, non seulement pour les achats militaires et l'industrialisation en Arabie saoudite dans le cadre de certaines opérations militaires, mais aussi pour la formation et la formation de nos officiers dans les académies militaires russes pour la première fois.
Nous avons près de 200 militaires saoudiens qui étudient dans différentes villes de Russie. Cela a été convenu il y a deux ans. Comme vous le savez, cette étape qualitativement différente de nos relations bilatérales avec la Russie a commencé avec plusieurs visites du prince héritier en Russie à partir de 2015 et a abouti à la visite historique du roi à Moscou.
Sputnik: En ce qui concerne la coopération militaire saoudo-russe, quelle est la dernière mise à jour sur l'achat par l'Arabie Saoudite des systèmes S-400 russes?
Rayed Krimly: Nous continuons toujours les détails techniques de l'accord. Nous avons signé le contrat lors de la visite du roi, ce qui se passe actuellement est la mise en œuvre nécessite des détails techniques des transferts de technologie, d'autres détails techniques entre les experts des deux côtés. Ce n'est pas un secret que Rostec de Russie a déjà ouvert un bureau en Arabie Saoudite. Nous avons progressé avec 3 autres accords parce qu'ils étaient plus simples dans la nature. Mais nous attendons le mouvement dans cet accord.
Les experts doivent terminer leurs discussions, nous ne pouvons pas fixer de date pour la fin des discussions, mais cela se passe d'une manière très positive. Franchement, nous avons déjà de nombreuses délégations qui se réunissent sur cette question. Que la réunion se tienne en Arabie Saoudite ou qu'ils se rencontrent parfois en Russie - c'est sur une base continue.
Spoutnik: Moscou et Riyad ont considérablement accru les relations bilatérales au cours des deux dernières années. Ironiquement, le premier match de la Coupe du Monde de la FIFA serait la Russie contre l'Arabie Saoudite. Y a-t-il des officiels saoudiens qui prévoient de se rendre à Moscou le 14 juin pour assister au match?
Rayed Krimly: Tout d'abord, c'est une occasion en or pour les fans saoudiens de visiter la Russie. Notre estimation est d'environ 10.000 Saoudiens présents au match d'ouverture et d'autres matches. C'est le plus grand nombre de Saoudiens à venir en Russie. Ceci est important non seulement pour des raisons touristiques ou économiques, mais aussi pour les contacts sportifs et entre les jeunes et les personnes.
C'est important parce que franchement les deux parties ont une connaissance limitée les unes des autres et certaines des images sont tirées de films hollywoodiens qui déforment la réalité à la fois en Arabie Saoudite et en Russie. Voir de première main la réalité et ensuite rencontrer directement ses homologues russes est très important pour les deux parties. Cela augmentera énormément le nombre de touristes saoudiens qui viendront plus tard en Russie.
En ce qui concerne la délégation officielle, oui, bien sûr, notre responsable de l'agence sportive saoudienne vient avec l'équipe pour assister [au match d'ouverture], mais je m'attends aussi à des hauts niveaux à venir. C'est une occasion très importante. C'est impressionnant pour moi de voir comment l'organisation évolue pour cet événement. Ce n'est pas vraiment étrange pour les Russes, parce qu'ils ont organisé des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, mais c'est vraiment bien organisé, impressionnant et avec des communications ouvertes avec tous les pays participants.
Spoutnik: Le Fonds d'Investissement Direct Russe (RDIF) et l'Arabie Saoudite devaient discuter de l'expansion des investissements au SPIEF. Ont-ils? De combien les investissements pourraient-ils augmenter?
Rayed Krimly: Nous avons déjà investi 1 milliard de dollars dans le fonds russe et nos gens sont satisfaits des résultats. Cela signifie qu'il va probablement augmenter. Notre engagement atteint 10 milliards de dollars au total et nous avons déjà mis en place un milliard de dollars.
Spoutnik: Un autre sujet important du SPIEF était l'Iran. Récemment, Téhéran s'est montré prêt à faire pression pour un cessez-le-feu au Yémen et à atténuer la crise humanitaire dans ce pays. Pourquoi pensez-vous que l'Iran a soudainement intensifié ses efforts et étendu son rôle dans le règlement du conflit? Peut-il être relié aux récentes sanctions américaines?
Rayed Krimly: Nous avons toujours demandé à nos voisins en Iran de se comporter conformément aux normes de la communauté internationale qui ne sont mystérieuses pour personne. C'est le respect total de la souveraineté indépendante des uns et des autres, des relations de bon voisinage, l'ouverture de voies de coopération.
Malheureusement jusqu'à présent, sur le terrain, nous ne voyons pas cela. Nous voyons des efforts continus pour interférer dans les affaires intérieures des autres, pour armer, établir et financer des milices sectaires dans d'autres pays arabes du Liban à la Syrie, au Yémen, à l'Irak, au Bahreïn et au Koweït. Pour nous, ces groupes sont vraiment des groupes terroristes ...
En fin de compte, il ne devrait pas être permis aux groupes armés d'établir des milices sectaires, qu'elles soient sunnites ou chiites, et de cibler des civils innocents pour faire toutes ces guerres civiles qui infligent tragiquement à beaucoup de pays arabes tant de souffrances et de souffrances. Nous sommes pour la solution politique non seulement au Yémen, en Syrie, partout. [Ils] doivent être basés sur le droit international et la légitimité internationale.
Spoutnik: En avril, le président français Emmanuel Macron a suggéré qu'un petit groupe de pays devrait arbitrer entre deux processus de paix parallèles sur la Syrie - le processus de Genève et le processus d'Astana - pour «réparer» la situation à long terme. Comment évaluez-vous la proposition? Êtes-vous d'accord que la troisième plate-forme de négociation parallèle est nécessaire?
Rayed Krimly: Bien sûr, l'Arabie Saoudite soutient les efforts dirigés par l'ONU pour avoir une solution politique. Nous soutenons également le rôle de la Russie de promouvoir une solution politique conforme au processus de Genève et aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. Nous menons parfois des consultations et nous coordonnons avec la Russie sur les moyens de faire avancer ce processus dans un proche avenir.
Dans le principal, nos objectifs sont les mêmes. Nous respectons l'indépendance, l'unité et la souveraineté de la Syrie. Nous voulons la Syrie pour tous les Syriens sur un pied d'égalité indépendamment de leur appartenance ethnique ou religieuse. Nous voulons une Syrie stable, sûre et prospère et nous voulons une Syrie exempte de groupes terroristes, de milices sectaires et de troupes étrangères.
Sputnik: Êtes-vous d'accord que la troisième plate-forme de négociation parallèle est vraiment nécessaire?
Rayed Krimly: Les Français parlaient d'un pont entre un groupe de pays aux vues similaires qui comprennent l'Arabie Saoudite, la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne et les Émirats Arabes Unis d'une part, et le processus d'Astana d'autre part. Nous verrons. Pour nous, nous coopérons directement et consultons la Russie en encourageant bilatéralement les frères en Syrie à trouver une solution politique.
Sputnik: Les États-Unis mènent-ils des négociations avec l'Arabie saoudite concernant la mise en place de forces saoudiennes ou d'autres pays du Moyen-Orient en Syrie?
Rayed Krimly: Nous avons participé depuis le début à la coalition contre Daech, qui comprend des opérations en Syrie orientale et nous avons dirigé l'effort pour établir le groupe islamique antiterroriste qui comprend la plupart des pays musulmans d'Indonésie au Maroc prêts à se battre. le terrorisme et l'extrémisme non seulement en termes de combat militaire, mais plus important parfois en termes d'idéologie, de médias, de jeunesse, empêchant les extrémistes de recruter plus de jeunes pour les mauvaises actions.
Nous sommes prêts à coopérer avec tous les acteurs internationaux pour lutter contre l'extrémisme et le terrorisme. Nous n'avons aucune tolérance pour le terrorisme et l'extrémisme. Et nous avons, je dirais, certaines des lois les plus strictes disponibles pour empêcher le financement de l'extrémisme, criminaliser et punir légalement tout Saoudien qui participe à un conflit étranger sans distinction, car seules les forces militaires et de sécurité de l'Arabie Saoudite devraient être autorisées à fonctionner comme des forces militaires et de sécurité, pas des individus.
Sputnik: Et dernière question, Votre Excellence, nous avons été témoins d'une visite historique du roi Salman à Moscou en octobre 2017. Pensez-vous que le président Poutine reviendra bientôt en Arabie saoudite?
Rayed Krimly: Nous souhaitons la bienvenue au président Poutine en Arabie saoudite et nous espérons qu'il se rendra en Arabie saoudite à l'heure qui convient au président.
Source : Veterans Today 
Hannibal Genséric



2 commentaires:

  1. J'espère que l'exemple que montre V.POUTINE pour la Syrie et le reste d'ailleurs, sera suivi par ceux qui en parlent !!!!

    RépondreSupprimer
  2. MAIS ILS RESTENT DU VERMINE AVEC L'ESPRIT DES PIRATES DU DESERT !

    RépondreSupprimer