dimanche 24 juin 2018

Michael Hoffman : Les juifs et les chrétiens sont terrorisés par le judaïsme


"Le judaïsme orthodoxe est avant tout une religion de tromperie et de culte de soi, et la fierté est la destructrice primordiale ", explique Michael Hoffman qui ajoute:
 "Je considère mon travail comme une expression de l'amour pour le peuple juif et comme un moyen de le conduire à sa libération."
La politique aujourd'hui est un débat sur "quel est le meilleur véhicule pour la suprématie du peuple juif sur toute l'humanité: ... le bolchevisme [de Soros] ou le sionisme [de Trump]?"

par Michael Hoffman (Entretien avec The Saker)

La principale source de la haine des Juifs est le Talmudisme lui-même, qui opprime, tyrannise et gère au plus petit détail la vie des juifs, nés sans faute de sa part, dans leur prison psychique,  tandis que le sionisme israélien emprisonne les Juifs dans une guerre permanente avec les peuples indigènes du Moyen-Orient. Libérer les personnes judaïques de ces deux prisons est un acte de compassion et de charité. Nous ne devrions jamais oublier que notre travail est pro-judaïque. Ce sont les rabbins et les sionistes talmudiques [1] et kabbalistiques qui mettent le peuple judaïque sur le chemin de la ruine.
Le judaïsme orthodoxe, qui est le rejeton de la religion des anciens pharisiens, est avant tout un culte de soi, et l'orgueil est le destructeur suprême. Dans l'ordre occulte des choses, l'idéologie la plus proche était le national-socialisme hitlérien, en ce sens qu'elle partage cette caractéristique prédominante du narcissisme pathologique.
Les chrétiens et beaucoup d'autres goyim (gentils) ont été trompés en imaginant que le judaïsme, tout en étant quelque peu défectueux en raison du rejet de Jésus, parvient néanmoins à être une religion éthique reflétant les prophètes de l'Ancien Testament. Hillel, le Pharisien du premier siècle après Jésus-Christ, mais qui est considéré comme contemporain de Jésus, et Moses Maimonide ("Rambam"), le philosophe médiéval et théologien, sont le plus souvent présentés comme des exemples de ce prétendu judaïsme éthique ... Le mythe de la bienveillance de ces deux ne peut être soutenu que par l'ignorance ...
LE NON-SENS DU PEUPLE élu ET LE SUPRÉMATISME JUIF
Un autre aspect théologique déterminant du judaïsme orthodoxe est son dogme selon lequel les non-juifs sont moins qu'humains. C'est ainsi que les goyim sont vus dans le Talmud et ses textes sacrés successeurs. Dans certaines branches du judaïsme kabbalistique, telles que la secte politiquement puissante et éminente Chabad-Loubavitch, leur fondateur, Rabbi Shneur Zalman, a formellement promulgué la doctrine selon laquelle non seulement les goyim sont pas des êtres humains, mais ce sont des immondices non humaines. "immondices célestes" - qui est une référence à leur statut kabbalistique en tant que " kelipoth"[2] qui ne possède" aucune qualité rédemptrice ... "
[Pendant la Renaissance], les membres de la hiérarchie catholique romaine, y compris de nombreux papes, ont été secrètement initiés au mysticisme kabbalistique. La procédure de cette transmission est racontée en détail dans mon livre : La Renaissance occulte de l'église de Rome.
hoffman.jpg
Michael Hoffman,
autorité suprême du judaïsme mondial
Le pharisaïnisme rabbinique est plus qu'une religion opposée à Jésus pour cette raison: à ses débuts avant Jésus Christ, il existait comme un credo fondé sur des enseignements oraux ésotériques qui annulent la Bible elle-même.

Le judaïsme orthodoxe est une religion anti-biblique. Oui, il a un "Moïse" et un "Noé" comme patrons et il désigne aussi d'autres patriarches, mais ce ne sont pas les Moïse et Noé de la Bible. Ce sont des figures radicalement falsifiées qui portent ces noms. Le judaïsme pharisien méprise le Noé biblique à propos duquel, dans le Midrash, il y a des affirmations calomnieuses. Il y a même mépris pour Moïse. À propos d'Isaïe, qui a dit qu'Israël avait des lèvres sales, le Talmud enseigne qu'Isaïe a été justement tué en se faisant scier la bouche en deux pour avoir «blasphémé Israël».
Dans les cercles de gauche du New Age et les cercles néo-nazis de droite, l'hérésie de Marcion est bien vivante et l'Ancien Testament est exécré. Il est assimilé au Talmud (le plus célèbre à droite par Douglas Reed dans The Controversy of Zion). Le problème avec cette tactique est que l'Ancien Testament n'est absolument pas un livre d'auto-culte des Juifs. C'est radicalement différent du Talmud babylonien. La Bible est un antidote au culte de soi. L'Ancien Testament condamne les Israélites dans les termes les plus forts possibles.
MOSES HESS
Résultat de recherche d'images pour "Moses Hess" 
Le pont entre non seulement le judaïsme talmudique et le sionisme, mais aussi le bolchevisme, est personnifié par Moïse Hess, que Karl Marx appelait «mon rabbin communiste». Hess n'était pas un rabbin dans un sens formel, mais il était amoureux du Talmud, ainsi que de l'idéologie communiste et sioniste. Hess a reconnu que ce qui unit tous les trois, leur lien commun, est le culte de soi judaïque. Les controverses et les rivalités surgissent dans le débat sur quel véhicule est le meilleur pour la suprématie du peuple judaïque sur l'humanité: le judaïsme, le bolchevisme ou le sionisme? Hess a fait valoir que selon le zeitgeist, l'un des trois serait approprié.
Le judaïsme orthodoxe est une religion de l'éthique de la situation. Il y a peu de croyances qui ne sont pas négociables. Ce qui est non négociable, c'est la suprématie du peuple judaïque et tout ce qui contribue à sa suprématie. Rien d'autre ne compte.
Regardez Gershom Scholem, le savant germano-israélien qui a contribué à faire de la Kabbale un lieu de respectabilité et d'importance dans l'État israélien. Scholem et l'intellectuelle judéo-américain Hannah Arendt, à gauche, l'ex-petite amie du philosophe allemand Martin Heidegger. Ils avaient été amis à Paris avant la Seconde Guerre mondiale. Arendt a publié un livre impartial, Eichmann à Jérusalem, qui a rendu furieux Scholem. Mais pas parce qu'elle a commis une erreur dans les faits. Il a été indigné par son "ton sans cœur et carrément malveillant" présumé concernant les meurtres de masse des juifs par les nazis, et il l'a dénigrée dans les pages du magazine "Encounter". Arendt avait transgressé, selon Scholem, parce qu'elle n'avait pas écrit pour déférer au critère suprême qui doit être l'idole de toute personne judaïque: "ahavath Israel" ("amour pour les juifs"). Les vérités qu'Arendt avait écrites étaient complètement hors de propos.
S'il s'avère que le sionisme est le meilleur véhicule de notre temps pour faire progresser la suprématie judaïque, alors la plupart des gedolei (élites rabbiniques) du judaïsme orthodoxe continueront à coopérer avec lui. Dans son roman Oliver Twist, Charles Dickens dépeint l'archi-criminel juif Fagin revêtant d'innombrables costumes et déguisements. Le talmudisme, le bolchévisme et le sionisme sont les vêtements que la mégalomanie judaïque revêt et rejette lorsqu'elle défile dans les couloirs du temps.
Dans l'état israélien, le seul endroit sur terre où les sionistes ont un pouvoir complet, comment se portent les goys? Aimeriez-vous être un Palestinien (chrétien ou musulman) résidant à Gaza, à Bethléem ou même à Jérusalem-Est d'ailleurs? C'est le sort de toute population soumise dans n'importe quelle nation où les sionistes ou les rabbins orthodoxes possèdent quelque chose qui se rapproche du pouvoir total.
---

Source : Jews & Christians are Bamboozled by Judaism - Michael Hoffman


Le site Web de Michael Hoffman est Revisionist History.org

NOTES
[2] kelipoth. Dans certaines religions, les niveaux les plus bas de la matière sont appelés Enfers, Averne, Enfer, Avitchi, Qliphoth ou d’autres noms. En Hébreu, ils s’appellent קליפות , qui en Français peuvent être écrits Qliphoth, kliffoth, klippot, kellipot, Kelipot, Qlppoth, Qlippoth, etc. Cela signifie « le monde des coquilles ».

VOIR AUSSI :
Par Israël Shamir :

Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire