mardi 26 juin 2018

Président Trump, où sont les petites filles?


Alors que le débat fourmille au sujet de l'immigration clandestine, les Américains, de gauche comme de droite, s’accusent mutuellement pour savoir qui est responsable. En attendant, ce qui était une "théorie du complot" il y a un mois, est maintenant confirmé justement par les personnes accusées de garder les enfants d'immigrés dans des cages [Que font les USA des enfants enlevés à leurs parents immigrés ?]. Une question, cependant, vient d'être soulevée, et qui donne à l'intérieur de chacun un sentiment de honte et de dégoût en pensant aux réponses possibles: "Que sont devenues les petites filles?" . Pourquoi on ne les voit nulle part ? Ni dans les cages ni avec leurs parents ?

Résultat de recherche d'images pour "enfants mexicains cages"
Il y a quelque chose de particulièrement troublant dans la quantité minuscule d'images récemment publiées par le Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis (Department of Health and Human Services (HHS) la semaine dernière: elle ne montre que des garçons et seulement des garçons de 10 ans et plus.
La question que tout le monde pose est :  Où sont les filles? Où sont les tout-petits? Où sont les bébés?
Se pourrait-il que le HHS ne diffuse que des images de ces garçons plus âgés pour dépeindre une image de moins de souffrance et de jeunes hommes complaisants afin de garder le public heureux? Est-ce que les endroits (où les filles sont gardées) sont si moches et si dérangeants qu’ils ne peuvent être montrés?
Selon la politique officielle, le gouvernement ne retire pas les tout-petits et les bébés à leurs mères. Mais les faits semblent infirmer cela. Ainsi, comme l'a signalé TFTP, une maman venue du Honduras aux États-Unis en demandant l'asile pour sa famille, a déclaré qu'elle allaitait son bébé dans un centre de détention lorsque son bébé lui a soudainement été pris sans avertissement et sans explication.
Maintenant, la question "où sont les filles?" est devenue un tel problème qu'elle a fait son chemin jusqu’à la Maison Blanche, et un journaliste a posé la question à Kirstjen Nielsen, chef du HHS (Département de la sécurité intérieure).
Lundi après-midi, lors d'un point de presse à la Maison Blanche, un journaliste a demandé: "Pourquoi le gouvernement ne diffuse-t-il que des images des garçons détenus? Où sont les filles et les tout-petits? "
Nielsen ne savait pas quoi répondre. Interrogée sur les images infamantes publiées par le HHS, et qui ont été diffusées toute la journée sur tous les grands réseaux, montrant les garçons à l'intérieur du centre de détention Texas Walmart de Brownsville, la Nielsen a affirmé qu’elle ne l’a jamais vu !
Lorsqu'elle a été pressée par cette affaire, Nielsen a ensuite botté en touche en déviant la journaliste et en affirmant qu'elle allait «se pencher là-dessus».
Lundi également, ProPublica a publié un enregistrement audio qui a été enregistré à l’intérieur du local du Service des  douanes et de protection des frontières : de quoi briser le cœur des gens les plus blasés.
La Vidéo a enregistré deux filles qui venaient d'être séparées de leurs parents. Elles pleuraient en disant qu’elles ont peur de mourir, pendant que l'agent des frontières blaguait en déclarant hilare : "Nous avons un véritable récital ici."
Depuis que la question "où sont les filles?" a commencé à gagner du terrain, une tempête de feu a éclaté sur les médias sociaux des gens qui craignent le pire. Beaucoup de gens prétendent qu'ils sont victimes de la traite ou abusés [Que font les USA des enfants enlevés à leurs parents immigrés ?]. En effet, TFTP a rapporté hier qu'un policier avait été arrêté pour avoir abusé de l'une de ces petites filles et menacé de déportation sa mère sans papiers si elle parlait.
Ce qui arrive exactement aux filles qui traversent la frontière reste un sujet secret pour les autorités trumpistes. 
Malheureusement, la division gauche / droite rend tout changement effectif quasi impossible.
Ces enfants sont utilisés comme des pions dans un jeu politique alors que les rivaux se chamaillent sur la façon de les gérer tout en ignorant les facteurs réels qui freineraient ce problème d'immigration massif.
Beaucoup d'Américains ont appris à déshumaniser ces réfugiés et à croire que « ce n'est pas notre problème ». Cependant, ces réfugiés sont le résultat direct d'une politique américaine vieille de plusieurs décennies [Trump prépare-t-il l’invasion du Mexique ?]
Dans la vidéo déchirante ci-dessus, l'une des filles déclare être originaire du Honduras. Le Honduras est actuellement un véritable enfer de la criminalité avec la violence des gangs alors que les plantations de coca prospèrent - tout cela à cause de la guerre contre la drogue menée par les États-Unis dans ce pays.
La guerre contre la drogue agit comme un carburant de la violence et de la criminalité des gangs dans tous ces pays d'Amérique centrale et du Sud.
Comme Free Thought Project l’a rapporté, Ron Paul propose avec sagesse les moyens vraiment efficaces pour faire face à la situation, tout en offrant un avantage financier tout en supprimant l’immense  injustice perpétrée par le gouvernement des États-Uni.
Résultat de recherche d'images pour "enfants mexicains cages"
Mettre fin à la guerre contre la drogue.
De l'Institut Ron Paul:
"De même, la guerre de 40 ans contre la drogue, malgré son coût élevé,  n'a produit aucun avantage pour le peuple américain. On estime que depuis que le président Nixon a déclaré la guerre contre la drogue, les États-Unis ont dépensé plus 1000 milliards de dollars pour se lancer dans une bataille perdue. C'est parce que,  tout comme avec un aimant de bien-être, il y a une énorme incitation à faire de la contrebande de la drogue aux États-Unis.

Nous savons déjà que mettre fin à la guerre contre la drogue aura un effet positif sur la contrebande illégale : au fur et à mesure que les États américains décriminalisent la marijuana à usage médical et récréatif, la contrebande de marijuana (venant du Mexique aux États-Unis) a chuté de 50 pour cent par rapport à 2010. "

Cet avis est confirmé par les données de la Commission de Détermination des Peines. Au cours de l'année fiscale 2015, les immigrants illégaux ont été responsables de 75% des accusations de possession de drogue.
Effectivement, Sean Hannity et PolitiFact l'ont confirmé. Ces données montrent que la catégorie des « étrangers en situation irrégulière » totalise 75% des cas (1.640  sur 2181) pour lesquels la charge principale était simple possession de drogue.
Il est important de noter que l'augmentation de la violence des gangs au Salvador, au Honduras et au Guatemala a provoqué cet afflux massif d'immigrants qui cherchent un  refuge. Ils arrivent par milliers pour tenter d'échapper à cette violence créée par la guerre contre la drogue.
Au lieu de regarder la cause de cette violence, cependant, la politique des  autorités américaines est de retirer les enfants à leurs parents, et de poursuivre ces derniers, voilà ce qui est censé être une solution.
Paul souligne également le fardeau des avantages médicaux gratuits, l'aide alimentaire et l'éducation donnée aux immigrants illégaux qui s'élève à environ 100 milliards de dollars par an. Certes, beaucoup d'entre eux font partie de la main-d'œuvre dans des secteurs tels que l'agriculture, mais ne pas payer d'impôts et envoyer de l'argent au Mexique crée un déséquilibre significatif.
Au lieu de porter l'insigne de la « plus grande population carcérale dans le monde » et continue à convertir les Walmarts en centres de détention, les États-Unis pourraient-ils commencer à éliminer la dette nationale, réduire la criminalité, favoriser la liberté personnelle, et diminuer drastiquement les gangs criminels qui se développent à cause des interdictions. Il suffit d’arrêter la guerre contre la drogue.
Malheureusement, au moins pour l'instant, il semble que ces dinosaures de Washington DC pensent que la seule solution consiste à arracher les enfants à leurs parents, en  les mettant dans des cages  et en  les déportant aux frais  du contribuable.
 
Source :  Where are the Girls?’: Child Trafficking Feared as DHS Can’t Say Where Immigrant Girls are Being Held
Traduction : Hannibal GENSERIC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire