dimanche 10 juin 2018

Ultimatum de la Russie à l’Ukraine: «Si vous déclenchez une guerre durant la Coupe du monde, vous serez aux portes de l'enfer»


Un nouveau terrifiant rapport du ministère russe de la Défense (MoD), circulant aujourd'hui 9 juin, au Kremlin révèle que le président Trump a reçu par l’intermédiaire du Chef des états majeurs américains, le général Joseph Dunford, un «dernier avertissement» provenant du président Poutine pour empêcher l'Ukraine de déclencher une guerre non provoquée contre la Russie pendant la Coupe du Monde de football du 14 juin au 15 juillet 2018, sinon  "les portes de l'enfer vont s'ouvrir". Ce qui explique la sortie hier de Donald Trump de la Maison Blanche pour déclarer de manière stupéfiante que la Russie devrait être immédiatement réadmise au G7.

En effet, le général Dunford avait reçu l'ordre de se rendre hier en Finlande pour recevoir directement de son homologue le chef d'état-major des forces armées de la Fédération de Russie, le général Valery Gerasimov, ce grave avertissement russe.

Le 8 juin 2018, à Helsinki, en Finlande, le général Joseph Dunford (à gauche),  rencontre le général russe Valery Gerasimov, chef d'état-major de la Russie, pour recevoir un avertissement de guerre du président Poutine
Selon ce rapport, ce "cas désespéré" économique, se faisant passer pour une nation appelée  Ukraine, a été détruit en 2014, par le régime Obama-Clinton dans sa tentative infructueuse d'empêcher la Russie d'entrer dans la guerre anti terroriste syrienne. Cette destruction de l’Ukraine a été qualifiée de "coup d'Etat le plus flagrant de l'histoire" par la plus grande société privée mondiale de Renseignements, Stratfor (connue sous le nom de "la CIA de l’ombre"). Ce coup d’état a permis aux États-Unis d’installer en Ukraine un gouvernement néo-nazi. Depuis leur installation aux commandes, ces voyous nazis n’ont cessé de terroriser toutes les minorités. Afin d’échapper à ces exactions, les 6 millions de Russes de la République populaire de Louhansk (LPR), de la République populaire de Donetsk (DPR) et de la Crimée se sont détachés de ces Nazis et ont appelé le Président Poutine et les peuples de la Fédération de Russie à les sauver de l’extermination. Alors que les 2 millions de Criméens ont voté pour rejoindre la Russie, les 4 millions de personnes de la LPR et de la DPR ont opté pour se battre plutôt que de voir ces Nazis soutenus par les États-Unis réussir à détruire leur patrie.
En 2015, poursuit le rapport, le nombre de morts parmi les peuples russes de la LPR et de la DPR contre ces Nazis soutenus par les États-Unis a atteint 6.000. Les dirigeants ukrainiens, russes, français et allemands ont alors accepté un ensemble de mesures pour alléger cette guerre en cours, et à parvenir à un cessez-le-feu afin de protéger les droits des peuples russophones dans un accord historique connu sous le nom de Minsk II, qui a nominalement garanti une paix relative ces trois dernières années. Mais la semaine dernière, la marionnette ukrainienne des USA,  le président Petro Poroshenko a déclaré soudainement et de manière choquante que cet accord était désormais "inexistant".
Il a annoncé sa décision de répudier les accords Minsk-II, et de mener une "guerre sans merci" contre la Russie pour obtenir ce qu'il prétend être ses droits inexistants sur les flux de gaz naturel de la Russie vers l'Europe. Or, c’est grâce au vol de ce gaz transitant par l’Ukraine que les oligarques nazis d’Ukraine s'enrichissent depuis des années. Mais ce vol massif de gaz s'achèvera avec l’ouverture prochaine du gazoduc Nord Stream 2 qui contourne entièrement l'Ukraine et achemine le gaz directement des plus grands champs de gaz naturel de la Russie à l'Allemagne, malgré les menaces répétées des Néocons américains, protecteurs des nazis voleurs ukrainiens, "d'arrêter à tout prix" l’achèvement de ce gazoduc, et que tous les moyens seront utilisés.
En continuant avec leur menace "tous les moyens seront utilisés" contre la Russie pour arrêter le gazoduc Nord Stream 2, ce rapport note avec inquiétude que la semaine dernière l'Ukraine a émis une menace flagrante de la Troisième Guerre Mondiale en testant des armes américaines avancées afin de défier la Russie. En parallèle, les États-Unis ont soudainement ordonné à la Russie de cesser de défendre les peuples russophones de la LPR et de la RPD - et, plus dangereusement, les États-Unis déploient subitement 4 avions Stratotankers et 150 militaires en Ukraine occidentale. En réponse à toutes ces provocations, le président Poutine à émis son avertissement "d’ouvrir les portes de l'enfer" en Ukraine.
Le rapport explique que le président Trump devait être immédiatement informé (et en avoir reçu une copie) de l'ordre que le président Poutine a donné, indiquant que si l'un des ces Stratotankers militaires américains ravitaille un avion militaire ukrainien, quel qu'il soit, et s’il passe la "zone rouge" de longitude de 30 degrés Est, il sera considéré comme un "acte de guerre" contre la Fédération de Russie nécessitant la destruction immédiate de tous les avions militaires ukrainiens et américains ainsi que de toutes les bases dont ils viennent.
En outre, Poutine a informé directement le peuple russe de cette crise en déclarant que toute aggravation du conflit militaire en Ukraine «infligerait un préjudice énorme» à l'Etat de ce pays (en d'autres termes, l'Ukraine cesserait d'exister) et il ajoute que le soutien de la Russie aux peuples russes de la RPD et de la LPR continuera, malgré les ordres des Américains.
Selon le rapport, les Ukrainiens nazis sont "encouragés" à détruire le pont routier de 19 kilomètres qui relie la péninsule de Crimée aux territoires russes à travers le Kertch. Détroit connu sous le nom de pont du détroit de Kertch, le pont le plus long et le plus coûteux jamais construit dans l'histoire de la Russie - mais à l'ouverture du mois dernier, des factions néoconservatrices «anti-Trump» en Grande-Bretagne l'ont qualifiée d '«illégale». dont les "cris de destruction" ont été rapidement repris par le MI6 britannique qui prétend être le journaliste Tom Rogan - qui, tout en proclamant joyeusement que le président Trump "était maintenant un Néocon", est désormais pris pour cible, avec son rédacteur Hugo Gurdon, par la Russie pour avoir été un terroriste [anglais] après avoir exhorté l'Ukraine à «faire sauter le pont de Poutine» et avoir déclaré:
L'Ukraine devrait faire sauter le pont de Poutine. L'Ukraine a les moyens de lancer des frappes aériennes contre le pont d'une manière qui le rendrait au moins temporairement inutilisable. En raison de sa longueur significative, l'armée de l'air ukrainienne pourrait frapper le pont tout en atténuant le risque de victimes par ceux qui le traversent.
Comment Poutine répondrait-il?
Probablement avec l'escalade contre les intérêts ukrainiens dans l'est de l'Ukraine. Mais cette escalade est très probable dans les prochains mois, et Poutine veut absorber lentement l'Ukraine plutôt que de la conquérir (il ne veut pas bouleverser la manne de la Coupe du monde de football en invitant une nouvelle pression diplomatique).
Mais couper le pont, même temporairement, enverrait un signal sans équivoque de Kiev à Moscou que les Ukrainiens ne veulent pas accepter la formalisation confortable du vol territorial de Poutine.
Les Ukrainiens pourraient également voler à basse altitude et circuler pour échapper aux défenses aériennes russes (certes de haute compétence). Les États-Unis pourraient et devraient soutenir l'Ukraine ici avec confiance dans notre propre puissance militaire.
Ces terroristes néoconservateurs du «Deep State» exhortent l'Ukraine à détruire le pont du détroit de Kertch,  car ils pensent que le président Poutine n'oserait pas réagir à cet «acte de guerre». "Tandis que l'attention du monde entier se porte sur la Russie qui, du 14 juin au 15 juillet, accueillera la Coupe du Monde de la FIFA 2018, visitée par des millions et vue par des milliards - mais qui ne se souvient pas comment ce même scénario s'est joué 2008 - lorsque la nation géorgienne soutenue par les néoconservateurs du Deep State, a cru, à leurs risques et périls, que si les yeux du monde étaient tournés vers la Russie pendant les Jeux olympiques d'été des 8-24 août 2008, ce serait le moment idéal pour eux de lancer une guerre contre les peuples russes de leur région sécessionniste d'Ossétie du Sud - mais dont l'aventure de guerre a été rapidement brisée par l'écrasante puissance militaire russe dont les forces ont roulé jusqu'à leur capitale. L’ex président géorgien Mikheïl Saakachvili, responsable de la guerre, est maintenant un criminel recherché. Il est condamné, par contumace, à 3 ans de prison. Mais il échappe toujours à la justice car il est maintenant protégé par l'Ukraine où il dirige étonnamment maintenant un parti anti-corruption essayant de "réformer" les gouvernements ukrainien et polonais.
Sans tenir compte de l'exemple de ce qui est arrivé à la Géorgie pendant les Jeux olympiques d'été de 2008, quand ils pensaient pouvoir provoquer la Russie et ne pas obtenir de réponse, ce rapport conclut, l'Ukraine, aujourd'hui, et avec le soutien de ses alliés protecteurs néocons, a entamé des actions de combat contre les régions de la RDP et de la LPR protégées par la Russie, que le président Poutine a promis de défendre contre l'intention de l'Ukraine de lancer une guerre à grande échelle durant la coupe du monde de football. Poutine a déclaré : "Si les observateurs internationaux et les partenaires des Ukrainiens ne forcent pas le gouvernement ukrainien à cesser ses actions agressives, un nouveau conflit armé ouvert se lèvera dans l'est de l'Ukraine à l'été 2018".
Source : Top US General Ordered To Finland Receives Final PutinWarning: “Stop World Cup War Now, OrWatch Gates Of Hell Open” 

Un article appelle au bombardement du pont de Crimée


Il montre comment la guerre de l’information est menée

Par Andrew Korybko – Le 26 mai 2018 – Source Oriental Review
Crimean BridgeUn collaborateur du Washington Examiner a appelé l’Ukraine à bombarder le nouveau pont de Crimée. Tom Rogan a imploré le nouvel allié des États-Unis en Europe de l’Est à frapper le dernier projet d’infrastructure de la Russie avec des frappes aériennes afin de le rendre temporairement inutilisable dans une opération fantastique qui, selon lui, pourrait même recevoir un soutien militaire américain. Tout en reconnaissant que la Russie riposterait presque certainement, Rogan estime que les bénéfices en terme de soft power l’emporteraient sur les coûts en hard power en raison de l’immense symbolisme que serait l’Ukraine bombardant ce pont, une position ultra-extrémiste qui prouve son radicalisme idéologique.

Il appelle fondamentalement Kiev à commettre une attaque terroriste contre un actif civil, un crime flagrant qui pourrait à son tour provoquer une réaction militaire écrasante de la part de l’armée russe, et tout cela pour faire de la propagande contre le président Poutine.
Mis à part le fait que la suggestion de Rogan est contre-productive pour l’État ukrainien qu’il prétend défendre, sa diatribe dans le Washington Examiner est un abus de la liberté de parole parce qu’elle sert à rationaliser le terrorisme et à l’excuser préventivement. Non seulement cela, mais l’auteur ferait certainement l’objet d’une enquête et serait même immédiatement détenu et interrogé par le FBI s’il exhortait publiquement quiconque à bombarder un pont américain.
Tom Rogan
Le comité d’enquête russe (RIC) a ouvert
une procédure pénale contre le journaliste
américain Tom Rogan, qui a imploré
l’Ukraine de faire sauter le pont de Crimée
Comme cela arrive souvent, l’agresseur profite de cette guerre de l’information pour se présenter maintenant comme la victime, Rogan courtisant la sympathie du public, après avoir été piégé par des comédiens russes célèbres et alors qu’il fait l’objet d’une procédure pénale contre lui à Moscou.
C’est ainsi que les opérations de gestion de la perception fonctionnent généralement parce qu’elles voient souvent un provocateur dire quelque chose d’absolument absurde pour déclencher une réaction de la part du destinataire, après quoi la réponse de la victime ou du pays est recadrée comme une attaque hostile et non provoquée pour confirmer le biais de perception souhaité auprès du public. Que ce soit la véritable intention de Rogan ou non, on dirait qu’il se positionne pour devenir le porte-flambeau de la croisade anti-russe après le décès du sénateur McCain.
L’article présenté est la transcription partielle du programme radio CONTEXT COUNTDOWN sur Sputnik News, diffusé le vendredi 25 mai 2018.
Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.


France.  Scandaleux : le fondateur du parti nazi ukrainien Svoboda reçu à l’Assemblée et au Sénat !
Nous avons plusieurs fois parlé sur ce site d’Andrei Parouby, le cofondateur en 1991 du parti fascisto/néo-nazi ukrainien, au nom édifiant de “Parti Social-Nationaliste d’Ukraine” (devenu “Svoboda” en 2004). Petits rappels.
Parouby a dirigé la milice paramilitaire de ce parti, ce qui lui a donné l’occasion d’exprimer en 1999 toute son admiration à Jean-Marie Le Pen.
En 2016, la majorité des députés ukrainiens a trouvé que ce Parouby présentait un excellent profil, et l’a élu Président du Parlement (ce qui en dit long sur la classe politique actuelle de ce pays) (wikipédia).
https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2018/06/parouby-5.jpg
Aimable dédicace de JM Le Pen à son ami nazi
Seulement voilà, on apprend que Parouby va être reçu apparemment ce dimanche et ce lundi à l’Assemblée Nationale par François de Rugy, puis au Sénat par Gérard Larcher :
Je vous renvoie vers ce billet-ci et celui-là à propos du Parti Social-Nationaliste d’Ukraine qu’il a créé, et animé durant plus de 10 ans.
Vous trouverez également dans ce billet une traduction de certains de ses propos issus de son livre de 1999 :
On le voit animer ici de manière stupéfiante une séance à la Rada (assemblée nationale d’Ukraine), dans laquelle il tente d’influencer les votes, déniant toute réalité au caractère démocratique de l’Assemblée, de sorte à forcer le licenciement arbitraire de nombreux fonctionnaires (dont des juges).
Mais cela va sans doute avec son goût du débat parlementaire (musclé) :
Comme quoi, il n'y a pas qu'aux USA qu'il y a plein de néoCons, il y en aussi des milliers en France. 
POUTINE a mille fois raison de vouloir les effacer s'ils bougent  une seule paupière.

VOIR AUSSI : 

Scénario de guerre américano-russe : 1000 boules de feu 
Hannibal GENSERIC

2 commentaires:

  1. Aucune raison acceptable pour troubler l'événement sportif mondial qu'est la coupe du monde.
    Poutine tu auras averti.
    Poutine tu n'àuras fait que le nécessaire.

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant d'"inconnus" (Unknown) ne seront pas pris en compte.