vendredi 22 juin 2018

La Russie a une nouvelle façon effrayante de couler la marine américaine


La capacité de la Russie à emballer un missile anti-navire supersonique moderne dans un conteneur d'expédition de taille standard offre des possibilités intéressantes.

Les dépenses militaires de la Russie ne peuvent pas répondre aux ambitions du Kremlin. Les sanctions occidentales et la faiblesse des prix de l'essence ont entraîné une importante réduction du budget militaire russe en 2017, ce qui a freiné de nombreux projets militaires. Cependant, la Russie cherche des moyens simples et bon marché d'équiper ses forces - en particulier la marine - d'armes sophistiquées.

Plus précisément, des armes modulaires qui peuvent facilement être transportées et utilisées par différents navires - l'exemple le plus connu étant les missiles antinavires Club-K cachés dans des conteneurs maritimes, que la Russie propose à la vente aux clients à l'exportation. Toute force de défense côtière avec un budget même limité peut avoir un tueur de navire de guerre bien camouflé caché dans un port civil.
Mais les développements russes à cet égard sont plus étendus, y compris la guerre anti-sous-marine et les modules anti-aériens et leurs capteurs d'accompagnement.
Le Kremlin veut qu'une grande variété de matériel naval soit facilement portable - et transportable - compte tenu des ressources limitées de l'armée et de ses multiples flottes: le nord, la mer Baltique, la mer Noire et le Pacifique. C'est un problème historique qui a empêché la Russie de concentrer ses forces navales sur la guerre russo-japonaise.
L'emballage d'armes et de capteurs dans des conteneurs transportés par voie ferrée ne résout pas ce problème, mais peut le faire en transformant rapidement des porte-conteneurs non militaires en plates-formes flottantes de missiles et en chasseurs sous-marins en cas de guerre, selon le besoin.
En outre, ces armes peuvent s’adapter à de nouvelles classes de navires plus légers - comme le navire de patrouille de classe Project 22160, qui dispose d'un espace interne sous le pont d'hélicoptère parfaitement adapté à l'emballage des armes conteneurisées pop-up et d'autres systèmes. Une petite corvette avec des missiles Kh-35 de 300 kilomètres peut dépasser et maîtriser un navire de combat du Littoral américain beaucoup plus cher et plus massif.
De plus, les conteneurs permettent la tromperie. Les agences de renseignement d'un adversaire auraient du mal à déterminer exactement les capacités d'un navire de commerce ou de guerre russes.
«À l'heure actuelle, si la classe de navire est connue, il est assez facile de déterminer quelles capacités le navire possède», a déclaré l'officier des études militaires étrangères de l'armée américaine dans son bulletin de juillet 2018.
«À l'avenir, avec l'avènement des conteneurs universels de lancement et des capacités militaires basées sur les conteneurs maritimes, des renseignements extrêmement précis et continus seront exigés de chaque navire  pour savoir de quoi il est capable à un moment donné. »
L'un des modules également destinés au navire de patrouille Project 22160 est un sonar Minotaur-ISPB-M.2 pour la chasse aux sous-marins. Ces navires et leurs modules entreront probablement en service dans les années 2020. Un autre projet consiste en un conteneur transportant deux drones hélicoptères de reconnaissance  BPV-500 sans pilote, actuellement en cours de test.
Traduction : Hannibal GENSERIC
VOIR AUSSI :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire