dimanche 24 juin 2018

Elections déterminantes en Turquie


Les questions vues en Occident, le rôle de la Turquie dans la crise des réfugiés, leur participation continue à l'OTAN et leurs relations avec l'Iran et la Russie, leurs partenaires économiques les plus proches, sont primordiales.

Pour la Turquie, ce sont les questions intérieures, l'économie et les questions de sécurité liées à la minorité kurde et aux partis politiques jugés terroristes par Ankara.

Israël et les États-Unis veulent une marionnette à Ankara, qui se joindra au front d’agression contre la Russie et  l'Iran. La position stratégique de la Turquie lui donne une influence considérable dans les relations régionales.

'Turkey's choice' is not only Turkey's. 62554.jpeg 
La Turquie se prépare à une élection importante qui a lieu le 24 juin. Les Turcs choisiront leur nouveau président qui sera au pouvoir pour les cinq prochaines années et ils choisiront également leurs candidats pour le nouveau Parlement turc de 600 membres.
Bien qu'il n'y ait aucune certitude quant aux pourcentages, de nombreux analystes s'accordent pour dire que l'Alliance Cumhur entre le parti AKP du président sortant Erdogan et le MHP nationaliste obtiendra la majorité au parlement et qu'un résultat similaire est attendu pour les élections présidentielles.
Selon le système électoral turc, les candidats ont besoin d'un minimum de 50% des voix pour être élus au premier tour. Le président Erdogan devrait obtenir entre 50% et 54% des voix selon le dernier sondage et il semble que les développements de dernière minute qui auront lieu avant les élections détermineront le résultat.
Le président Erdogan et le parti AK ont été victorieux lors de 12 élections au cours des 15 dernières années et ces 12 élections incluaient cinq élections générales, trois élections locales, trois référendums et une élection présidentielle. Ce succès provient du front uni que le peuple turc montre sous la direction du président Erdogan. Lorsque le président Erdogan s'est présenté aux élections de la municipalité d'Istanbul en 1994, il n'a obtenu que deux millions de voix.
Au dernier référendum, ses votes avaient atteint 26 millions. À chaque nouvelle élection, de plus en plus d'électeurs se sont précipités à ses côtés, ce qui prouve qu'il a une base électorale solide et inébranlable. La plupart de ces électeurs ont manifesté leur loyauté envers le président Erdogan et les valeurs qu'il représentait en défilant dans les rues le soir de la tentative de coup d'État manquée du 15 juillet 2016.
Contrairement aux précédents, cette élection sera généralement une compétition entre Erdogan et ses adversaires. Tant et si bien, les campagnes électorales de l'opposition se sont concentrées principalement sur leur position anti-Erdogan plutôt que de parler de leurs visions et de leurs objectifs. Par exemple, alors que le président Erdogan mentionne ses objectifs pour 2023 et les projets pertinents pour atteindre ces cibles, les autres candidats se contentent de parler de la façon dont ils arrêteront ces projets s'ils sont élus. En ce sens, les élections du 24 juin sont sur le point d'être l'une des plus intéressantes de l'histoire.
Bien qu'il semble que seule la Turquie puisse faire son choix le 24 juin, le résultat de cette élection aura certainement des conséquences importantes pour la région et le monde. L'amitié personnelle de Poutine-Erdogan-Rhouani a joué un rôle important dans le récent rapprochement turco-irano-russe et l’émir du Qatar a grandement bénéficié de cette alliance grâce à cette amitié personnelle avec le président Erdogan.
Un regard sur les médias traditionnels occidentaux révèle facilement que c’est cette alliance qui est la raison principale derrière la position anti-Erdogan actuelle dans le monde occidental. L'axe anglo-sioniste (AAS), y compris les « deep states », traditionnellement opposé à un tel front uni, utilise désormais toutes ses ressources de propagande et son pouvoir médiatique total en Occident dans l'espoir d'influer sur les résultats des élections en Turquie. Cet Axe estime que si une Turquie sans Erdogan sort des élections le 24 juin, cette alliance importante, qui est un facteur d'équilibre pour le Moyen-Orient, va s'affaiblir et l'AAS va à nouveau en prendre le contrôle total.
Si un complot pour réaliser ce scénario réussit et met en péril le leadership continu du président Erdogan, la prochaine étape du plan, qui est la division de la région, commencera presque certainement. Même si le principal parti d'opposition en Turquie a toujours été contre l'idée de la séparation  de la Turquie des Iraniens et des Russes, l'environnement qui en résulte offrira une opportunité appropriée à ceux qui ont fait de tels plans sinistres.
Le président Erdogan a vu ce risque depuis longtemps et a accordé une grande attention à l'unité nationale et à l'alliance entre la Russie, la Turquie et l'Iran. Cependant, si le complot contre lui réussit, les nouveaux dirigeants manqueront probablement de comprendre l'importance d'une telle unité ou seront forcés de faire le contraire et la Turquie va facilement revenir à son rôle précédent, où elle était redevable au monde occidental et à Israël. Cela conduirait à un processus de séparation rapide pour la Turquie, suivi de la fragmentation du Moyen-Orient.

C'est la raison pour laquelle ces cercles profonds de l’AAS considèrent que les élections en Turquie sont cruciales. Ils conspirent contre le président Erdogan en utilisant toutes les ressources dont ils disposent, tandis que le peuple turc continue de le soutenir de toutes ses forces. À une époque où le danger est trop réel et trop grand, ce soutien devrait être plus fort que jamais.
Les lecteurs se souviendront que la Russie avait déjà été la cible de complots similaires, mais la position ferme du président Poutine les a rendus inefficaces. Les sinistres projets de division du Moyen-Orient ne peuvent être stoppés que par des dirigeants forts qui comprennent la signification de l'unité au Moyen-Orient et dans le Caucase.
Erdogan et Bahceli
Erdogan et le dirigeant du MHP Bahçeli ont construit une alliance importante pour cette élection, car les deux dirigeants pensent, tout comme la majorité du peuple turc, que la Turquie est attaquée, Ils considèrent le coup d'État du 17 au 25 décembre, la tentative de coup d’État militaire du 15 juillet et les groupes terroristes dominants en Irak et en Syrie, comme une partie de la guerre menée contre la Turquie.
Pour cette raison, l'alliance Cumhur est importante dans la mesure où elle rassemble avec succès les électeurs. Les augmentations récentes des taux de change et des taux d'intérêt sont également considérées comme une autre partie de cette attaque.
Ces dirigeants savent parfaitement que l'AAS joue toujours la carte de l'économie en ces temps délicats et que les institutions de notation qui ne cessent de dire «n'investissez pas en Turquie» sont toujours utilisées à cette fin. Cette ruse n'est certainement pas nouvelle. Puisque le peuple turc est bien conscient de cela, personne ne pense vraiment que cette étrange tournure des événements dans l'économie aura un impact significatif sur les résultats des élections.
Les élections du 24 juin sont également importantes pour d'autres raisons: l'âge pour élire et voter est maintenant ramené à 18 ans. La Turquie a une population très jeune, l'âge moyen étant de 28 ans. La jeunesse turque souhaite donc voter pour l'avenir. 56 millions de personnes votent aux élections du 24 juin en Turquie, l'une des démocraties les plus importantes de la région.
Il est important de noter qu'une Turquie forte sera dans le meilleur intérêt de tous les habitants de la région. L’État turc et le président Erdogan ont récemment montré que la Turquie continuera à poursuivre des politiques justes et altruistes. La stabilité continue de la Turquie est essentielle pour une paix permanente dans la région.
Harun Yahya
Turquie
Traduction : Hannibal GENSERIC
Source : https://www.veteranstoday.com/2018/06/23/turkeys-choice-is-not-only-turkeys/

1 commentaire:

  1. Erdogan a enfin compris qu'il est beaucoup mieux sans la CE! Il finira par comprendre qu'il sera beaucoup mieux sans l'OTAN!

    RépondreSupprimer